DE | FR
Des enfants jouant dans le camp d'Al-Hol, en mai 2021.
Des enfants jouant dans le camp d'Al-Hol, en mai 2021.Image: AP

Rapatriement des familles de djihadistes: l'Europe va devoir trancher

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) va devoir se pencher sur l'épineuse question du retour des femmes et des enfants de djihadistes. Elle examine, aujourd'hui, la requête de deux familles françaises.
29.09.2021, 12:0829.09.2021, 15:50

Que faut-il faire de ces épouses européennes de djihadistes et de leurs enfants, enfermés dans des camps en Syrie? Un dilemme extrêmement compliqué auquel sera confrontée la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) ce mercredi.

Des familles dans l'attente

À l'origine de la requête: deux couples, qui réclament le retour en France de leurs filles, toutes deux compagnes de djihadistes, de leurs petits-enfants.

Les deux jeunes femmes avaient respectivement quitté la France en 2014 et 2015 pour rejoindre la Syrie, où elles ont donné naissance à plusieurs enfants. Désormais âgées de 30 et 32 ans, elles sont retenues avec eux, depuis le début de 2019, dans les camps d’Al-Hol et de Roj, gardés par les forces kurdes, dans le nord-est de la Syrie.

La France a refusé de procéder à leur rapatriement, ce que dénonce les avocats des familles. Cités par Le Monde, ils ont lancé peu avant l'audience:

«La France expose ces enfants et leurs mères à des traitements inhumains et dégradants.»
Marie Dosé et Laurent Pettiti, avocats des familles

Avant d'ajouter: «Ces enfants sont des victimes de guerre, et leurs mères doivent répondre de leurs actes devant le seul pays où elles sont judiciarisées: la France.»

Un pays accusé d'être sélectif et hypocrite

Marie Dosé et Laurent Pettiti dénoncent la sélection opérée par la France pour choisir quels enfants seront rapatriés, et lesquels ne le seront pas. Ainsi, sur les 200 enfants encore détenus au camp de Roj, «la France en a rapatrié 35, qu’elle a choisis. Et elle n’exercerait pas de pouvoir sur ces camps ? Soyons sérieux, c’est une hypocrisie totale.»

Les avocats considèrent que Paris est en outre responsable d'une violation du droit à la vie familiale, en empêchant les petits-enfants de rejoindre leurs grands-parents.

Ils rappellent aussi que la convention interdit à un Etat d’empêcher le retour sur son territoire de ses ressortissants.

A l'Europe de trancher

Les deux familles ont épuisé tous les recours en France. C’est donc à la CEDH qu’il revient de trancher. L'affaire, classée comme prioritaire, sera examinée par la plus grande chambre de la cour. Cette cour suprême est composée de 17 juges. Sept Etats membres du Conseil de l’Europe ont demandé à intervenir dans la procédure, de même que plusieurs ONG et rapporteurs des Nations unies.

L'affaire fera sûrement jurisprudence. La décision, non susceptible d’appel, sera rendue dans plusieurs mois.

La question du rapatriement reste un tabou tant au siège de l’Union européenne (UE), à Bruxelles, que dans les capitales concernées.

En 2019, la Finlande a rapatrié six femmes et une vingtaine d'enfants. Suivie de la Belgique en mars 2021, dont le premier ministre, Alexandre De Croo, qui a affirmé au mois de mars que son pays allait rapatrier tous les enfants de moins de 12 ans. Dix enfants et six mères sont rentrés en juillet.

« Les laisser là, c’est faire en sorte qu’ils deviennent les terroristes de demain ».
Alexandre de Croo, premier ministre belge

Selon Le Monde, aucun pays n’a manifesté son intention d’imiter le gouvernement belge, à ce stade. La Suisse fait aussi partie de ces pays frileux.

En avril, la Confédération était vivement critiquée pour son refus de rapatrier les voyageurs du djihad. Vingt experts de l’Organisation des Nations unies (ONU) ont jugé que la Confédération violait les droits humains et le droit international humanitaire en ne mettant pas en place les conditions nécessaires pour le rapatriement de deux petites filles de Syrie.

Des conditions de vie de plus en plus graves

Depuis le début de l'année, 62 enfants sont morts dans les camps d’Al-Hol et de Roj en raison de conditions de vie insoutenables. 73 personnes y ont été assassinées. Les conditions de détention se détériorent et laissent craindre le pire.

Selon l’ONG britannique Save the Children, il est urgent de procéder à des rapatriements. Elle signale que ces deux camps abritent des dizaines de milliers de déplacés, dont quelque 40 000 enfants. (mbr)

Les feux de forêts en Californie

1 / 9
Les feux de forêts en Californie
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

On a tenté de sortir d'un escape game inspiré de Shining

Video: watson
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Accusé d'avoir profité de sa fonction, Dupond-Moretti fait face à sa propre justice
Le ministre français de la justice Eric Dupond-Moretti est accusé d'avoir profité de sa fonction de Garde des Sceaux pour régler des comptes avec des magistrats lorsqu'il était avocat, ce qu'il conteste.

C'est une première pour un Garde des Sceaux français en exercice: la Cour de justice de la République (CJR) a ordonné lundi un procès contre Eric Dupond-Moretti, accusé d'avoir profité de sa fonction pour régler des comptes avec des magistrats à qui il s'était opposé quand il était avocat.

L’article