DE | FR

Une nouvelle victime parmi les migrants en route vers l'Angleterre

Le 12 octobre dernier, des migrants avaient été fauchés par un TER près de Saint-Jean-de-Luz. Le drame vient de se répéter jeudi soir.
Le 12 octobre dernier, des migrants avaient été fauchés par un TER près de Saint-Jean-de-Luz. Le drame vient de se répéter jeudi soir.
Les migrants multiplient ces derniers jours les tentatives de traversée de la Manche en bateau, vers l'Angleterre, souvent au péril de leur vie. Le bilan est lourd dans le nord de la France: plusieurs décès sont à déplorer rien que pour la journée de jeudi.
05.11.2021, 08:2105.11.2021, 09:49

Les tentatives désespérées des migrants pour traverser la Manche avant l’hiver se multiplient ces derniers jours - menant parfois au drame.

Ce jeudi, un groupe de quatre migrants a été percuté autour de 18h30 par un train qui circulait entre Dunkerque et Calais. Un migrant est décédé et un autre, en urgence absolue, a été pris en charge à l’hôpital. Les deux autres ont été blessés légèrement.

L'enquête n'a pas permis à ce stade de déterminer l'âge ni l'identité du défunt et du blessé grave, mais «à priori», les deux blessés légers «seraient de nationalité érythréenne», selon une source judiciaire. Selon des associations d’aide aux migrants, interrogées sur place par La Voix du Nord, les victimes seraient des mineurs arrivés ce jeudi dans la région. Une enquête a été ouverte.

Un contexte particulier

Les tentatives de traversées par des migrants sur des bateaux se multiplient ces derniers jours. Jeudi matin, le corps d’un migrant a été retrouvé «dans une embarcation de 3,5 mètres remplie d’eau sur une plage de Wissant». A ses côtés, deux personnes « en état d’hypothermie sévère » ont été transportées à l’hôpital.

Une opération d'envergure

A ces victimes s'ajoute le décès d'un migrant mercredi. Un autre a été porté disparu et près de 800 personnes ont été secourues en mer, à la suite du naufrage de plusieurs embarcations de fortune dans la Manche.

Ces opérations de sauvetage ont nécessité une intervention d'ampleur de la Marine nationale, constituée de:

  • Plusieurs navires.
  • Des vedettes de la gendarmerie maritime.
  • Diverses unités de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM).
  • Deux hélicoptères des armées française et belge.
«Tous les moyens sur zone ont été impliqués pour porter secours aux personnes»
Marine Gauthier, officier de communication de la préfecture maritime

Le bilan est «très lourd» et «exceptionnel». Les années précédentes, «sur la même période, on observait une diminution des tentatives de traversée en se rapprochant de l'hiver avec une baisse des températures», affirme Marine Gauthier, officier de communication de la préfecture maritime.

Depuis fin 2018, les traversées illégales de la Manche par des migrants cherchant à gagner le Royaume-Uni explosent: de janvier à fin octobre 2021, la préfecture maritime comptabilise «1008 événements liés à des tentatives ou traversées vers le Royaume-Uni par voie maritime impliquant 24 655 personnes» dont «5713 naufragés qui ont été secourus».

Les chemins vers l'Angleterre ont déjà fait de nombreuses victimes

Ces décès et disparitions viennent s'ajouter à une liste déjà longue.

Le 12 octobre dernier, quatre migrants avaient été percutés par un train sur la voie ferrée située entre Saint-Jean-de-Luz et Ciboure. Trois d'entre eux étaient décédés et le quatrième grièvement blessé.

Mi-août, le naufrage d'une embarcation dans la Manche a provoqué la mort d'un migrant érythréen. L'an dernier, sept personnes sont mortes dans le détroit du Pas-de-Calais, après quatre morts en 2019. (ats/mbr)

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Elle apprend qu'elle a gagné le gros lot en vérifiant ses spams

Link zum Artikel

Bob Dylan assure ses arrières en vendant tout son catalogue musical

Link zum Artikel

Evan Rachel Wood accuse Marilyn Manson de viol en plein tournage

Link zum Artikel

Joe Biden, agacé, traite un journaliste de «fils de p***»

Link zum Artikel
La Turquie ne veut plus être confondue avec une dinde
Les autorités turques ont demandé, début janvier, à l'Organisation des Nations Unies (ONU) de modifier l'orthographe anglaise du nom de leur pays. Parce que dans la langue de Shakespeare, «Turkey», ça veut aussi dire «dinde».

Les anglophones devront désormais réfléchir à deux fois avant de prononcer le mot «Turquie» dans leur langue. Début janvier, le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan a demandé à l'ONU de modifier l'orthographe du nom de son pays afin de mettre un terme à une confusion qui l'agace: en anglais, «Turkey» ne signifie pas seulement «Turquie», mais aussi «dinde».

L’article