larges éclaircies
DE | FR
3
International
France

Des sous-marins américains pour l'Australie: «Une claque pour la France»

Hadrien Désuin (médaillon) analyse les raisons du revirement australien.
Hadrien Désuin (médaillon) analyse les raisons du revirement australien.Image: shutterstock

Le choix des sous-marins américains est une claque pour la France

L'Australie renonce à l'achat de 12 sous-marins français d'un montant de 56 milliards d'euros. Elle se fournira aux Etats-Unis dans le cadre d'un nouveau partenariat de sécurité face à la menace chinoise. Le spécialiste de géopolitique Hadrien Desuin analyse ce revirement spectaculaire.
16.09.2021, 13:4616.09.2021, 16:44

C’est un coup de tonnerre. Un «coup dans le dos», a réagi le ministre français des Affaires étrangères, ex-ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. L’Australie renonce à l’achat de douze sous-marins à propulsion conventionnelle, que devait lui livrer la France pour un montant de 56 milliards d’euros, a annoncé mercredi Canberra. Le contrat avait été conclu en 2016. Sa rupture donnera lieu comme il se doit à des compensations, mais pour Paris, «c’est un très gros revers», analyse Hadrien Desuin, auteur de «La France atlantiste ou le naufrage de la diplomatie« (Le Cerf, 2017) et ancien élève de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, en France.

De l'Afghanistan à la Chine

L’Australie fera affaire avec les Etats-Unis en lui achetant des sous-marins à propulsion nucléaire, jugés plus performants. En échange, Washington partagera la technologie liée à cette commande avec son allié australien.

Ce revirement marque la naissance d'un partenariat de sécurité fraîchement scellé par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie, appelé AUKUS et valant pour la zone indo-pacifique. «Chacun le comprend: Il s’agit d’afficher un front déterminé face aux ambitions chinoises dans la région», situe Hadrien Desuin, spécialiste de géopolitique. Qui poursuit: «On a là, sous les yeux, l’illustration du basculement stratégique des Etats-Unis, qui délaissent l’Afghanistan pour un enjeu sécuritaire bien plus important pour eux: la compétition avec la Chine.»

En quoi cette nouvelle alliance entre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie, assortie de la rupture d'un très gros contrat d’armement avec la France, secoue-t-elle cette dernière?

«Le revers pour la France tient bien sûr au manque à gagner pour l’industrie française d’armement, mais aussi à de puissants aspects diplomatiques. La France peut s’estimer mal récompensée de son soutien au Quad, une alliance datant de 2007 entre les Etats-Unis, le Japon, l’Australie et l’Inde, déjà dirigée contre la Chine et dans laquelle elle s’inscrivait de fait en tant que puissance présente dans la zone Pacifique.»
Hadrien Desuin

Le «mal» étant fait, Joe Biden a tenu à rassurer la France, «un partenaire-clé» de Washington dans la zone indo-pakistanaise.

Hadrien Desuin s’interroge sur les conséquences à plus long terme, pour la France, de cette coopération britanno-américano-australienne qui semble l’exclure du jeu dans une zone où elle a pourtant des intérêts, à commencer par la Nouvelle-Calédonie:

«Cela pourrait être entendu par la France comme un "que faites-vous là encore?"»
Hadrien Desuin

Hadrien Desuin rappelle que les habitants de Nouvelle-Calédonie voteront en décembre sur leur appartenance à la France. Une France paraissant affaiblie pourrait pousser ceux qui hésitent à le faire pour l’indépendance. De façon à se mettre sous la protection du «plus fort» face aux appétits chinois.

16 ans face à l'extension du certificat Covid

Video: watson
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Pourquoi ces trois hélicos vont offrir un «avantage décisif» à l'Ukraine
La Grande-Bretagne doit livrer trois hélicoptères de la marque «Sea King» à l'Ukraine. Une opération qui peut paraître mineure, mais qui pourrait faire une grande différence.

Ben Wallace, le ministre britannique de la Défense, a fait plusieurs annonces lors de sa visite à Oslo. Lors de la réunion avec les pays qui soutiennent l'Ukraine, l'élu a annoncé la livraison de 10 000 munitions d'artillerie supplémentaires, selon le journal Times.

L’article