DE | FR

Au procès des attentats de Paris, les victimes racontent leur traumatisme

Salah Abdeslam, en noir, est le seul membre encore en vie des commandos.
Salah Abdeslam, en noir, est le seul membre encore en vie des commandos.Image: sda
Les premières victimes des attentats du 13 novembre 2015, toujours traumatisées, ont commencé à témoigner mardi devant la cour d'assises spéciale de Paris.
28.09.2021, 17:3428.09.2021, 18:07

Près d'un mois après le début du procès, la cour a commencé à entendre mardi les témoignages des victimes du Stade de France, aux abords duquel trois kamikazes se sont fait exploser, faisant un mort. Six ans après les faits, elles sont toujours traumatisées.

«J'ai été choqué par ce tronc humain coupé en deux, ces morceaux de chair un petit peu partout»
Un retraité de la gendarmerie
«Gendarmes, policiers, pompiers, on est tous formés (...) Quand on est appelé pour une intervention, on se prépare sur le trajet. (Mais) on n'est pas formé à voir un kamikaze»
Un major de gendarmerie

Un procès hors norme

«Environ 350» parties civiles – rescapés des attaques et proches des victimes – ont demandé à témoigner, a rappelé le président Jean-Louis Périès avant de donner le coup d'envoi de cinq semaines d'auditions.

Au total, plus de 2200 personnes se sont constituées parties civiles à ce procès, qui juge depuis le 8 septembre et pour environ neuf mois vingt accusés. Le seul membre encore en vie des commandos Salah Abdeslam. (ats/asi)

Le procès hors normes des attentats de Paris a débuté

1 / 18
Le procès hors normes des attentats de Paris a débuté
source: sda / ian langsdon
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment Poutine transforme les minorités russes en «chair à canon»
La mobilisation annoncée par Poutine vise surtout les minorités ethniques habitant dans des régions pauvres et isolées, comme la Bouriatie ou le Caucause du Nord. Une stratégie pas nouvelle qui s'explique.

Vladimir Poutine a annoncé la mobilisation partielle il y moins de deux semaine, mercredi 21 septembre. Alors que les hommes en âge de se battre fuient en masse le pays - les départs se comptent en centaines de milliers, un autre élément devient de plus en plus visible: l'appel aux armes ne touche pas toutes les populations de la même manière.

L’article