DE | FR

La NASA suspend le décollage de sa fusée pour la Lune à cause de SpaceX

Le tout dernier test de la fusée géante de la NASA pour la Lune, SLS, a été suspendu pour pouvoir permettre le lancement en fin de semaine d'une fusée de SpaceX.
Le tout dernier test de la fusée géante de la NASA pour la Lune, SLS, a été suspendu pour pouvoir permettre le lancement en fin de semaine d'une fusée de SpaceX.Image: sda
En attendant, l'engin de 98 mètres de haut restera sur son pas de tir, prêt à décoller dès que cela sera à nouveau possible.
06.04.2022, 04:5906.04.2022, 06:49

Le tout dernier test de la fusée géante de la NASA pour la Lune, SLS, a été suspendu pour pouvoir permettre le lancement en fin de semaine d'une fusée de SpaceX, a annoncé l'agence spatiale mardi.

La répétition générale pour SLS et le décollage de SpaceX prévu vendredi ont lieu à Cap Canaveral en Floride, respectivement sur les aires de lancement 39B et 39A du centre spatial Kennedy.

Le test de la fusée lunaire devrait ainsi reprendre peu après le décollage de SpaceX, qui doit acheminer trois hommes d'affaires et un ancien astronaute vers la station spatiale internationale.

En parlant de fusées appartenant à des milliardaires:

Pour cet ultime test avant son décollage pour la Lune plus tard cette année, toutes les étapes menant à un lancement doivent être répétées, du remplissage des réservoirs au compte à rebours final, arrêté juste avant l'allumage des moteurs.

Myriade de problèmes

Démarré vendredi en fin d'après-midi, il devait initialement prendre fin dimanche soir, mais les équipes de la NASA ont rencontré «une myriade de défis techniques» ainsi qu'une météorologie peu coopérative samedi, a expliqué mardi Mike Sarafin, responsable de l'agence spatiale américaine au sein du programme Artémis de retour sur la Lune.

Parmi les soucis rencontrés: quatre éclairs ayant frappé sur le pas de tir lors d'un orage (il a finalement été déterminé que le système de protection avait fonctionné comme espéré). Une valve a également refusé de s'ouvrir au moment du remplissage des réservoirs d'hydrogène liquide:

Mais il ne s'agit pas là «de problèmes majeurs. Nous n'avons pas rencontré de défauts fondamentaux. Il a qualifié le test mené ces derniers jours de partiellement réussi».
Mike Sarafin, responsable de l'agence spatiale américaine au sein du programme Artémis

Artémis 1 doit marquer le premier vol de SLS, dont le développement a pris des années de retard. La capsule Orion à son sommet sera propulsée jusqu'à la Lune, où elle sera placée en orbite avant de revenir sur terre. Cette première mission ne comportera pas d'astronautes à bord.

La date de décollage doit être annoncée à l'issue de la répétition générale. Une fenêtre de lancement est possible au début juin. Une autre fenêtre de lancement est possible au début juillet. (ats/jch)

Ailleurs, sur la planète: «Un complot!» Comment la TV russe parle du massacre de Boutcha

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Etats-Unis et Corée du Sud renforcent leur coopération militaire, mais contre qui?
Joe Biden, le président américain et Yoon Suk-yeol, son homologue coréen du Sud ont émis le souhait de consolider leur collaboration militaire lors de leur première rencontre à Séoul ce samedi. Quelles idées ont-ils derrière la tête? Explications en 6 points.

Les Etats-Unis et la Corée du Sud veulent renforcer leur coopération militaire afin de contrer la «menace» croissante de la Corée du Nord, ont affirmé samedi à Séoul les présidents des deux pays, Joe Biden et Yoon Suk-yeol.

L’article