International
Guerre contre l'Ukraine

Le «limier de Poutine» se moque des services secrets ukrainiens

Une photo déjà ancienne de Ramzan Kadyrov avec son étalon Zazou.
Une photo déjà ancienne de Ramzan Kadyrov avec son étalon Zazou.image: telegram / kadyrow

Kadyrov a récupéré son cheval favori et se moque des espions ukrainiens

19.05.2023, 14:5520.05.2023, 12:17
Joana Rettig / watson.de
Plus de «International»

Le commandant tchétchène Ramzan Kadyrov a posté un long message sur Telegram:

«Vous vous souvenez du vol de Zazou, mon cheval, qui a subi les sanctions européennes en 2014, a été victime de mauvais traitements occidentaux et a été enfermé pendant des années dans l'une des écuries tchèques?»

Apparemment, l'ami de Poutine - également appelé le «limier de Poutine» - a retrouvé son Zazou. Comment? C'est ce qu'il explique sur Telegram, mettant du même coup en cause les services secrets ukrainiens.

Zazou aurait apparemment été volée en mars dans une écurie en République tchèque. Le cheval de course se trouvait là depuis 2014, car il faisait partie des biens de Kadyrov soumis à des sanctions de l'Union européenne (UE). Kadyrov avait été sanctionné en 2014 pour son soutien à Poutine lors de l'annexion de la Crimée, contraire au droit international.

Réputé dans son domaine, l'étalon s'est donc retrouvé privé de compétition durant près de dix ans. Il serait désormais de retour auprès de son maître. Et Kadyrov raconte librement sur son canal Telegram qui est soi-disant responsable du vol. Selon lui, ce sont les services secrets ukrainiens qui ont volé le cheval afin de le lui échanger contre de l'argent.

Il est pour l'instant impossible de vérifier si cette histoire est vraie, les services secrets ukrainiens ne se sont en tout cas pas encore exprimés sur ce sujet.

Kadyrov rachète un cheval pour 18 000 dollars

Pourtant, selon Kadyrov, c'est ainsi que l'histoire se serait déroulée:

Au début de l'année, des représentants des services de sécurité ukrainiens auraient pris contact avec Kadyrov par le biais d'intermédiaires. Ils lui auraient proposé d'acheter Zazou pour le libérer des sanctions.

Kadyrov continue d'écrire:

«Pour être honnête, je pensais que Zazou allait être remis officiellement d'une manière ou d'une autre, avec la levée des sanctions. Mais il s'est avéré que les services secrets avaient un plan audacieux - ils avaient tout simplement mis en scène son vol dans une écurie en République tchèque, en accord avec des officiers de police tchèques.»

Kadyrov n'avait plus qu'à racheter son étalon. «Et cela m'a coûté... Attention: 18 000 dollars!» En mars, c'était effectivement aussi à peu près la valeur à laquelle les autorités tchèques avaient estimé Zazou.

Kadyrows Zazou 2013 mit dem deutschen Reiter Alexander Pietsch nach seinem Sieg in Düsseldorf.
Zazou de Kadyrov en 2013 avec le cavalier allemand Alexander Pietsch après sa victoire à Düsseldorf.image: imago / sportfotodienst

Mais Kadyrov n'est pas du tout de cet avis:

«Compte tenu de sa valeur réelle et de son pedigree raffiné, ce sont des peanuts!»

A la fin de son texte sur Telegram, Kadyrov se moque des services secrets ukrainiens et adresse un message aux autres oligarques sanctionnés:

«Alors, mes amis, si vous devez rapporter quelque chose d'Europe, adressez-vous aux services spéciaux ukrainiens. Rapide, professionnel, bon marché, sans sanctions.»

(Traduit et adapté par Chiara Lecca)

La guerre en Ukraine dans l'œil d'Alexander Chekmenev
1 / 25
La guerre en Ukraine dans l'œil d'Alexander Chekmenev
Faces of war pour le New York Times.
source: alexander chekmenev
partager sur Facebookpartager sur X
Ce soldat russe risque sa vie pour être prisonnier
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Boeing prévoit de doubler sa flotte mondiale d'ici 2043
D'ici 2043, la flotte mondiale d'avions commerciaux devrait doubler pour atteindre plus de 50 000 appareils, selon Boeing.

La planète devrait être sillonnée en 2043 par un peu plus de 50 000 avions commerciaux, soit quasiment le double de la flotte actuelle, selon les prévisions publiées vendredi par le constructeur aéronautique américain Boeing.

L’article