DE | FR

L'armée syrienne a utilisé des armes chimiques

epa05875792 A photograph made available on 28 March 2017 showing destroyed military hadware amongst the rubble in Kobani, the Kurdish region in the Aleppo Governorate in northern Syria, 26 March 2017. US and coalition military forces continued to attack the Islamic State (IS) of Iraq and Syria, conducting 30 strikes consisting of 72 engagements against ISIS targets 27 March 2017, Combined Joint Task Force Operation Inherent Resolve officials reported on 28 March 2017. EPA/STRINGER

Image: EPA

Le 4 février 2018, l'aviation syrienne a largué au moins une bombe au chlore sur la ville de Saraqueb. C'est ce que révèle une enquête de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).



L'armée de l'air syrienne a utilisé du chlore, une arme chimique, lors d'une attaque dans la ville de Saraqueb en 2018. C'est ce qu'a établi lundi l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) après une enquête.

Une équipe d'enquêteurs de l'OIAC «conclut que des unités de l'armée de l'air arabe syrienne ont utilisé des armes chimiques le 4 février 2018 à Saraqeb», une ville à 50 kilomètres au sud d'Alep, a déclaré l'organisation.

Chargée d'identifier les auteurs d'attaques chimiques, l'équipe d'identification et d'enquête de l'OIAC a déterminé qu'un hélicoptère militaire de l'armée de l'air syrienne «a frappé l'est de Saraqeb en larguant au moins un cylindre». En se rompant, ce dernier a libéré du chlore sur une grande surface, affectant 12 personnes.

epa06464336 A container that was allegedly used to deploy the chlorine gas next to the projectile rockets which carry the chlorine containers, after a shelling attack on rebels-held Eastern al-Ghouta, Syria, 22 January 2018. According to witnesses and activists and local medical sources, allegedly chlorine gas was used during the shelling allegedly by forces loyal to the Syrian government. The smell after the shelling and the symptoms shown on more than 21 people who came for treatments were those shown after the use of chlorine gas. No official confirmation as of yet. EPA/MOHAMMED BADRA

Le cylindre en question. Image: EPA

Malgré de fortes objections de la part de la Syrie et de ses alliés, dont Moscou, une majorité des Etats membres de l'OIAC avaient autorisé en 2018 l'organisation à désigner l'auteur d'une attaque chimique et non plus seulement à documenter l'utilisation d'une telle arme.

L'OIAC, c'est quoi?

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) est une institution internationale qui œuvre au démantèlement des arsenaux d’armes chimiques depuis 1997.

Le gouvernement syrien nie toute implication dans des attaques chimiques, affirmant avoir remis tous ses stocks d'armes chimiques sous supervision internationale aux termes d'un accord conclu en 2013. (ats)

Plus d'articles «Actu»

Travailler en Chine, entre symbole de succès et esclavage moderne

Link zum Artikel

Twitter s'enflamme au sujet du «baiser non consenti»

Link zum Artikel

Le don d'organes doit être facilité en Suisse, cap sur les enjeux

Link zum Artikel

Une énorme fusée chinoise hors de contrôle s'apprête à retomber sur Terre

Link zum Artikel

La Birmanie pourrait bien entrer en «guerre civile»

L'ONU a mis en garde, mercredi, contre un risque de «guerre civile» en Birmanie. Depuis le coup d’État du 1er février, plus de 520 civils ont été tués.

La Birmanie est confrontée à un risque «sans précédent» de «guerre civile», a déclaré mercredi l'émissaire de l'ONU, Christine Schraner Burgener. La Suissesse a appelé le Conseil de sécurité à utiliser «tous les moyens» pour éviter une «catastrophe» et un «bain de sang».

«Cela risque de se passer sous nos yeux, et un échec à éviter une nouvelle escalade dans les atrocités coûtera au monde beaucoup plus, sur le long terme», qu'une action immédiate, a déclaré l'envoyée spéciale du …

Lire l’article
Link zum Artikel