DE | FR
Dans cette guerre entre l'Ukraine et la Russie, la fibre interventionniste de Biden a bien perdu de sa vigueur avec les années.
Dans cette guerre entre l'Ukraine et la Russie, la fibre interventionniste de Biden a bien perdu de sa vigueur avec les années.keystone

5 raisons pour lesquelles Joe Biden ne veut pas envoyer de soldats en Ukraine

Le président américain Joe Biden a exclu la possibilité d'envoyer des troupes en Ukraine. Il a même retiré les militaires qui servaient sur le territoire en tant que conseillers militaires et observateurs. Voici quelques explications.
25.02.2022, 18:2225.02.2022, 18:26
Suivez-moi

Dans son discours prononcé jeudi, le président américain Joe Biden a détaillé la réponse des Occidentaux à l'offensive russe en Ukraine. Il a surtout rappelé qu'il n'était pas question d'envoyer des troupes américaines dans le pays.

Voici les cinq motifs qui découragent le démocrate à sévir militairement contre son adversaire russe.

Pas de menace imminente sur la sécurité nationale

Il ne vous a pas échappé que l'Ukraine ne se trouve pas aux frontières des Etats-Unis. Le conflit ukrainien ne constitue donc pas une menace imminente pour leur sécurité nationale. Ajoutons à cela que les Américains ne possèdent pas d'intérêts fondamentaux sur place:

  • Ni bases militaires.
  • Ni de réserves pétrolières stratégiques.

Argument final et non des moins: l'Ukraine ne représente pas un partenaire commercial majeur, comme le rappelle la BBC.

Le refus de l'interventionnisme militaire

Cette absence d'intérêt national urgent n'avait pas empêché les prédécesseurs de Biden de se lancer dans des conflits armés sanglants et très coûteux qui ne les concernaient pas directement.

Pour vous citer quelques exemples:

  • George Bush senior, en 1990, a justifié la coalition internationale visant à expulser l'Irak du Koweït, au motif de défendre l'Etat de droit.
  • Bill Clinton, en 1995, est intervenu militairement dans la guerre qui a suivi l'effondrement de la Yougoslavie.
  • Barack Obama, lui, a justifié l'intervention militaire américaine en Libye pour des raisons humanitaires et de droits de l'homme.

Des interventions que Joe Biden avait lui-même soutenues: il avait appuyé l'action militaire américaine dans les années 1990 pour faire face aux conflits ethniques dans les Balkans. Et il avait même voté pour l'invasion malheureuse de l'Irak en 2003.

Et pourtant...

La fibre interventionniste de Biden a bien perdu de sa vigueur avec les années. Sa prudence s'est même accrue avec les années: il s'est opposé à l'intervention d'Obama en Libye, ainsi qu'à l'envoi de troupes en Afghanistan.

Plus récemment, Joe Biden s'est résolument maintenu à son ordre de retrait des forces américaines d'Afghanistan l'année dernière. Et ce, en dépit de la catastrophe humanitaire et du chaos qu'il a laissés dans son sillage.

Ajoutons finalement que son ministre des Affaires étrangères, Antony Blinken (qui a joué un rôle essentiel dans la politique étrangère de Biden depuis 20 ans) a défini d'autres combats comme prioritaires: le réchauffement climatique, les pandémies mondiales ou encore la concurrence avec la Chine.

L'opinion américaine ne veut pas d'une guerre

Selon un récent sondage, 72% des Américains estiment que les Etats-Unis devraient jouer un rôle mineur dans le conflit entre la Russie et l'Ukraine - voire pas de rôle du tout, rapporte AP News.

L'opinion publique américaine se sent davantage concernée par les problèmes économiques, l'inflation croissante ou encore l'immigration.

Des éléments dont Biden doit impérativement tenir compte, à neuf mois des élections de mi-mandat susceptibles de redessiner le paysage politique américain.

La crainte d'une nouvelle guerre armée

A Washington, des voix républicaines et démocrates s'élèvent pour exiger des sanctions plus sévères envers la Russie, comme le note Reuters. Toutefois, la plupart s'accordent sur le fait que ces mesures doivent se cantonner à l'économie.

Une guerre armée avec Poutine suscite des craintes de tous les côtés du Sénat.

Même les voix les plus fermes ne souhaitent pas forcément l'envoi de troupes américaines armées sur place. Parmi eux, le sénateur républicain Ted Cruz, virulent opposant à Biden, ou encore le républicain Marco Rubio qui a affirmé qu'une guerre entre les deux plus grandes puissances nucléaires du monde ne serait bonne pour personne.

Biden lui-même a affirmé ouvertement qu'il ne veut pas déclencher une «guerre mondiale» en provoquant un affrontement direct entre les troupes américaines et russes.

«Ce n'est pas comme si nous avions affaire à une organisation terroriste», a déclaré le président à la chaîne NBC au début du mois. «Nous avons affaire à l'une des plus grandes armées du monde. C'est une situation très difficile et les choses pourraient s'emballer rapidement.» Il ne croyait pas si bien dire...

L'Amérique n'est liée par aucun traité

Last but no least: les Etats-Unis n'ont aucune obligation à prendre un tel risque. Aucune convention légale ne les contraint à voler au secours de l'Ukraine.

Pour rappel, l'Ukraine n'est pas membre de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan) - dont l'article 5 oblige tous les membres à se défendre mutuellement.

Une considération quelque peu ironique, quand on sait que le conflit lui-même porte notamment sur l'exigence de Poutine d'obtenir des garanties que l'Ukraine ne soit jamais autorisée à rejoindre cette alliance militaire.

L'opération militaire russe en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Toute l'actu' brûlante sur l'Ukraine...

La crise russo-ukrainienne résumée en 3 points

Link zum Artikel

«Loi martiale», «séparatiste»: vous ne pigez rien? Voici le dico!

Link zum Artikel

Donald Trump persuadé qu'il aurait pu éviter la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

La communauté internationale réagit à l'offensive russe

Link zum Artikel

L'invasion russe provoque l'effondrement des marchés mondiaux

Link zum Artikel

Plusieurs villes et régions d'Ukraine frappées par des explosions

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici les images (sanglantes) de la plus grande réunion de vampires du monde
125 ans après la parution du roman «Dracula», les vampires ont toujours la cote. La preuve: des milliers de participants ont endossé leur cape noire et leurs canines pour une réunion jeudi soir à Whitby, en Angleterre.

Non non, vous ne rêvez pas: ce sont bel et bien 1369 vampires que vous voyez sur cette photo.👇

L’article