DE | FR

Zelensky se dit prêt à discuter du Donbass et de la Crimée avec Poutine

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, à droite, s'est dit prêt lundi à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine, à gauche, d'un «compromis» sur le Donbass et la Crimée pour «arrêter la guerre».
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, à droite, s'est dit prêt lundi à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine, à gauche, d'un «compromis» sur le Donbass et la Crimée pour «arrêter la guerre».Image: twitter
Le chef de l'Etat ukrainien est ouvert à une négociation avec le président russe, mais sous certaines conditions.
22.03.2022, 05:1522.03.2022, 08:55

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est dit prêt lundi à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine d'un «compromis» sur le Donbass et la Crimée pour «arrêter la guerre». Mais tout compromis au sujet de ces territoires devra être ratifié par les Ukrainiens par référendum, a-t-il ajouté.

Et il devra être accompagné de garanties de sécurité pour son pays, a-t-il averti. Il a également prévenu que l'Ukraine sera «détruite» avant de se rendre:

«Au cours de la toute première rencontre avec le président de la Russie, je suis prêt à soulever ces questions. Elles sont pertinentes. Elles sont importantes pour nous»
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky

Il s'est dit prêt, lors de cette hypothétique rencontre avec M. Poutine, à «essayer d'aborder tout ce qui contrarie et mécontente la Russie». «Je crois que la question de la Crimée et du Donbass est une histoire très difficile pour tout le monde», a admis le chef de l'Etat ukrainien.

La Crimée a été annexée par la Russie en 2014, et le Donbass est une région de l'est de l'Ukraine où des séparatistes prorusses ont proclamé deux «républiques», uniquement reconnues par Moscou.

«En accord avec notre peuple»

«Je crois que, sans cette rencontre, il est impossible de comprendre pleinement ce à quoi ils [les Russes, ndlr] sont prêts pour arrêter la guerre. Pour trouver une issue, nous devons d'abord faire le premier pas vers des garanties de sécurité et arrêter les hostilités»
Le chef de l'Etat ukrainien

Un éventuel accord avec Moscou sur la Crimée et le Donbass devra être soumis à référendum, a-t-il prévenu. «Je l'ai expliqué à tous les groupes de négociation: lorsque vous parlez de tous ces changements, et ils peuvent être historiques, [...] nous en viendrons à un référendum», a-t-il dit.

«Je suis prêt à tout, du moment que cela soit en accord avec notre peuple. En aucune façon je ne souhaite diviser notre Etat»
Volodymyr Zelensky

Il a répété que l'Ukraine ne pouvait «accepter aucun ultimatum de la Russie». «Je ne veux pas que l'histoire fasse de nous des héros et une nation qui n'existe pas», a-t-il dit. «Si la nation est détruite, il n'y aura plus de place pour l'héroïsme.» (ats/jch)

Et pendant ce temps-là: Un potentiel «crime de guerre» filmé par un drone

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une loi Covid pour expulser les migrants aux Etats-Unis est maintenue
Vendredi en Louisiane, un juge fédéral a bloqué le gouvernement américain de lever une mesure sanitaire instaurée pendant la pandémie de Covid-19. Elle permet d'expulser sans délai des migrants venant sans visa aux Etats-Unis via part des voies terrestres. Biden n'approuve pas cette décision.

Un juge fédéral de Louisiane a empêché vendredi le gouvernement américain de lever une mesure sanitaire pendant la pandémie de Covid-19 pour pouvoir expulser sans délai les migrants franchissant sans visa les frontières terrestres des Etats-Unis. L'exécutif va faire recours.

L’article