DE | FR

Aux Etats-Unis, les hackers s'attaquent même à des prisons

Une attaque au rançongiciel a totalement paralysé une prison américaine.
Une attaque au rançongiciel a totalement paralysé une prison américaine.Image: DPA
Des pirates informatiques ont réussi la semaine dernière à s'introduire dans le système qui contrôle les serveurs et les accès Internet d'une prison du Nouveau-Mexique.
13.01.2022, 05:4813.01.2022, 08:10

Une attaque au rançongiciel a totalement paralysé une prison américaine. Elle a rendu les caméras de surveillance inopérantes et a contraint les autorités à confiner les détenus dans leurs cellules, selon des documents officiels.

Des pirates informatiques ont réussi, la semaine dernière, à s'introduire dans le système qui contrôle les serveurs et les accès Internet de la prison du comté de Bernalillo, au Nouveau-Mexique.

C'est quoi une attaque au rançongiciel?

Une attaque au rançongiciel consiste pour des pirates à s'introduire dans le réseau informatique d'une entité, puis à en verrouiller les données. Les auteurs demandent ensuite aux responsables de cette entreprise, organisation ou administration de verser une rançon, le plus souvent sous forme de cryptomonnaies, en échange du déverrouillage.

L'attaque avait même brièvement désactivé les portes automatiques de l'établissement pénitentiaire, forçant le personnel à ouvrir et verrouiller chaque grille manuellement lorsque les prisonniers se rendaient à la douche ou en promenade.

«L'absence de vidéosurveillance suscite une inquiétude réelle pour la sécurité du personnel et des détenus, lorsque ces derniers sont hors de leurs cellules. Par conséquent, les détenus sont temporairement cantonnés à leurs cellules et privés d'activités, la seule exception mentionnée portant sur d'éventuels soins médicaux.»
Un document transmis à un tribunal local.

Aucun détail n'a été communiqué quant à l'identité des pirates informatiques ou la nature de leurs demandes.

D'autres services publics ciblés

L'attaque au rançongiciel a non seulement visé la prison, mais de nombreux autres services publics du comté de Bernalillo, le plus peuplé du Nouveau-Mexique, dans la région d'Albuquerque.

Dans un communiqué daté du 10 janvier, le comté expliquait à ses administrés être toujours affecté par des «problèmes informatiques» découlant de cette attaque, empêchant par exemple la remise de certificats de mariage, l'inscription sur les listes électorales ou l'enregistrement de transactions immobilières.

Selon un rapport du département américain du Trésor, quelque 590 millions de dollars de rançons liées à ce type d'attaque ont été signalés pour le seul premier semestre 2021 par les établissements financiers opérant aux Etats-Unis. (ats/jch)

Un peu de légèreté: Un spectateur fait le buzz en chantant avec son idole en plein récital

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Hillary Clinton pourrait-elle être candidate en 2024 face à Trump?

Link zum Artikel

Le président de Credit Suisse pensait être au-dessus des règles Covid-19

Link zum Artikel

Il ne manquait plus qu'un restaurant NFT à New York, le voici

Link zum Artikel

Les îles Tonga sont coupées du monde réel et virtuel à cause d'un volcan

Link zum Artikel
WikiLeaks: Assange est autorisé à faire appel contre son extradition
Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a appris lundi qu'il pouvait faire appel devant la Cour suprême du Royaume-Uni contre une décision de la Haute Cour selon laquelle il pourrait être extradé vers les Etats-Unis.

C'est une étape majeure dans un dossier qui dure depuis plus de 10 ans. Ce lundi, la Haute Cour de Londres a indiqué qu'elle accordait du crédit à l'argumentation des avocats de Julian Assange qui veulent aller devant la Cour suprême du Royaume-Uni afin de faire appel de sa décision à être extradé aux Etats-Unis, selon Express.

L’article