DE | FR

A Bali, on ne badine pas avec le yoga... et les orgasmes

epa08498449 An Indian woman practices yoga on the eve of World Yoga Day at the village of Jalot, India, 20 June 2020. World Yoga Day is observed annually on 21 June and was themed 'Yoga for Health - Yoga at Home' in 2020 adopting social distancing measures by countries to fight the COVID-19 pandemic. The United Nations had proclaimed 21 June as the International Day of Yoga by its resolution 69/131 on 11 December 2014. EPA/SANJAY BAID

Le yoga est une pratique courante sur l’île de Bali. Image: EPA

Les autorités indonésiennes ont considéré cela comme contraire aux valeurs et aux traditions locales.



Bali ne badine pas avec le yoga, quitte à interdire les orgasmes. Christopher Kyle Martin a été expulsé d'Indonésie dimanche pour avoir fait la promotion en ligne d'un cours de yoga tantrique. Il y faisait la promesse d'atteindre l'«orgasme de l'ensemble du corps» au tarif de 20 euros. Son annonce est devenue virale et a déclenché la colère de plusieurs groupes conservateurs.

«Cette activité peut potentiellement porter atteinte à la réputation de l'Indonésie et de Bali en tant que destination touristique et ne respecte pas les coutumes balinaises». Le gouverneur de l'île, Wayan Koster, a fait des declarations à la presse aux côtés du Canadien qui était encadré par des officiers de l'immigration.

Les services de l'immigration de Bali ont confirmé que Christopher Kyle Martin, qui était arrivé en avril en Indonésie avec un visa touristique, avait été expulsé pour avoir porté atteinte à la culture et aux traditions balinaises.

«Si vous voulez revenir, vous devez respecter les coutumes balinaises»

Wayan Koster

Le Canadien a tenté de faire valoir, sans succès, que son cours ne prévoyait aucune activité sexuelle, mais était basé sur des techniques de respiration. Le cours a été annulé après un concert de protestations.

Comportement inapproprié

L'île de Bali, où la population est en majorité hindouiste, a expulsé des dizaines d'étrangers ces derniers mois pour leur comportement inapproprié dans des sites sacrés.

Les touristes y sont souvent mal vus pour leur non respect des règles, notamment pour avoir ignoré les restrictions imposées pour lutter contre la pandémie de coronavirus. L'an dernier, un yogi syrien a été expulsé pour avoir organisé un rassemblement avec des dizaines d'amateurs étrangers de yoga en dépit des restrictions sanitaires. (ats/ga)

Plus d'article sur le thème «Insolite»

A 11 ans, il dort un an dans son jardin et récolte plus de 500 000 francs

Link zum Artikel

Ils ont percé sur Twitter grâce au Covid-19 🐦

Link zum Artikel

Le Prix Nobel de la paix pour Donald Trump?

Link zum Artikel

Des tortues font du toboggan pour rejoindre le golfe du Mexique

Link zum Artikel

Un jeune Hongkongais risque la prison à vie pour avoir agité un drapeau

C'est le premier suspect reconnu coupable en vertu de la loi sur la sécurité imposée par Pékin à Hong Kong. Désormais certains slogans politiques y sont interdits.

Tong Ying-kit, un ancien serveur de 24 ans, a été condamné à Hong Kong, mardi, pour terrorisme et incitation à la sécession dans le premier procès instruit en vertu de la loi drastique sur la sécurité nationale que Pékin a imposée dans l'ex-colonie britannique. Il risque la prison à vie.

Cette décision crée un précédent judiciaire. Elle confirme que certains slogans politiques sont désormais hors-la-loi dans le territoire pourtant censé jouir de libertés inconnues dans le reste de la Chine.

Tong …

Lire l’article
Link zum Artikel