DE | FR
Interview

«Les Russes veulent faire tomber l'Est pour mieux revenir sur Kiev ensuite»

Les forces qui avançaient vers Kiev et Odessa vont se diriger vers l'Est.
Les forces qui avançaient vers Kiev et Odessa vont se diriger vers l'Est. Image: sda
L'armée russe a annoncé ce vendredi qu'elle allait désormais se concentrer sur le Donbass. Pour Julien Grand, rédacteur en chef adjoint de la «Revue militaire suisse», ce choix répond à des problèmes logistiques, mais ne veut pas dire que la guerre est finie, au contraire. Interview.
26.03.2022, 08:0326.03.2022, 12:42
Suivez-moi

L'armée russe a affirmé vendredi qu'elle allait se concentrer sur l'Est de l'Ukraine. Peut-on parler d'un échec?
Dans une certaine mesure, oui. Cela signifie que l'armée russe a constaté que les premiers objectifs planifiés n'ont pas été atteints. Par conséquent, l'Etat-major en redonne de nouveaux, à plus petite échelle. Dans l'armée suisse, on appelle cela une «révision des plans». C'est quelque chose qu'on fait de toute manière lorsqu'on a défini des objectifs dans les temps. Ces derniers ne correspondent jamais tout à fait à la réalité du terrain. Pour la Russie, pousser depuis trois directions différentes s'est révélé trop compliqué.

Qu'est-ce que cette révision des plans implique pour la Russie?
Dans les endroits où l'armée russe arrête de pousser, il va y avoir une pause de combat. On va également assister à un déplacement des troupes: les forces qui avançaient vers Kiev et Odessa vont se diriger vers l'Est pour obtenir une supériorité et tenter de percer les défenses ukrainiennes, qui se sont passablement renforcées entretemps.

Cette révision des plans permet également de régénérer une partie des troupes russes, usées par les combats. D'un point de vue logistique, elles sont à bout. Une division peut tenir pendant une période de temps limité. Si après 72 à 90 heures de combats elle n'est pas ravitaillée, elle ne peut tout simplement plus combattre. Et on sait que les Russes ont de graves problèmes logistiques en Ukraine.

Cela veut-il dire que la guerre pourrait être bientôt finie?
Pas du tout. La pause va juste permettre aux Russes de remonter leurs forces. Ils pourront se concentrer sur l'Est pour le faire tomber. Ensuite, dans une deuxième phase, ils pourront de nouveau se diriger vers Kiev et Odessa.

Les Ukrainiens pourront-ils profiter également de cette pause?
Oui, cette situation leur permet d'augmenter leur préparation logistique. Surtout, si bien exploitée, la pause leur offre une chance de prendre l'initiative et de mener des attaques. Les Ukrainiens, qui ont jusqu'ici plutôt tenté de stopper l'avancée russe, pourraient essayer d'encercler les forces ennemies et de les mettre hors d'état de nuire.

Est-ce que c'est faisable?
Les Ukrainiens manquent de matériel lourd. Ils ne peuvent pas manœuvrer avec des forces mécanisées, comme des chars et des avions. Sans ces éléments, c'est difficile de faire quelque chose. Leur seule possibilité, c'est de mener une guerre de chasse, qui consiste notamment à tendre des embuscades avec des armes antichars.

L'affirmation russe selon laquelle le pays a réduit les capacités militaires de l'Ukraine n'est donc pas fausse.
Les frappes russes ont en effet réduit les possibilités de combats, mais Moscou ne s'attendait pas à une telle résistance. A chaque coin de rue, on peut désormais trouver des sections ukrainiennes armées de lance-roquettes qui visent les chars russes. Cela rend difficile d'avancer et démoralise les occupants.

«Moscou a détruit le plus gros potentiel militaire ukrainien, mais ces nids de résistance sont une épine dans le pied»
Pour Julien Grand, les nids de résistance ukrainiens sont «une épine dans le pied» pour Moscou.
Pour Julien Grand, les nids de résistance ukrainiens sont «une épine dans le pied» pour Moscou.Image: sda

Est-ce que les armes livrées par les Occidentaux ont joué un rôle?
Elles peuvent avoir une vraie influence, mais il faut tenir compte d'un facteur important. Il ne suffit pas de les avoir, il faut aussi savoir les utiliser. Autrement dit, les Ukrainiens doivent disposer des connaissances techniques et tactiques pour s'en servir efficacement. Cela semble être le cas. D'après des informations non vérifiées, les forces de Kiev auraient déjà détruit une centaine d'hélicoptères russes. Il s'agit de pertes importantes.

Et qu'en est-il des civils, très tôt mobilisés par les autorités ukrainiennes?
Ils ont une grande influence du point de vue moral. Ces civils ont été formés très rapidement, ils n'ont pas beaucoup d'expérience et ne sont pas très performants d'un point de vue militaire. Par contre, postés à chaque coin de rue, ils constituent un important potentiel de nuisance.

A la lumière de la situation actuelle, est-ce que les Ukrainiens seront en mesure de repousser les Russes?
Sans une aide extérieure, cela va être difficile, notamment parce que les Ukrainiens ne contrôlent pas l'espace aérien. A mon avis, deux scénarios se dessinent. Soit les Russes arrivent à concentrer leurs forces et à occuper une bonne partie du territoire, ce qui leur donnerait de bons arguments pour négocier. Soit le conflit va gentiment passer à une situation de guérilla, une guerre d'usure qui va s'enliser en absence d'une solution politique.

En Ukraine, voici comment les civils affrontent les soldats russes

Plus d'éclairages sur ce qui se passe en Ukraine:

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Pas facile d'être russe en Suisse: «Je n’ose même plus dire le mot russe»

Link zum Artikel

L'objectif de Poutine en Ukraine? Etendre sa sphère d'influence

Link zum Artikel

Pourquoi personne ne peut se passer de l'Ukraine économiquement

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Tucker Carlson, l'homme le plus dangereux d'Amérique
La star de Fox News est le principal représentant de la thèse du «grand remplacement», la doctrine des suprémacistes blancs.

Dans toutes les sociétés, on trouve des cinglés et des théories du complot. La théorie du «grand remplacement» (great replacement) regroupe les deux: elle est propagée par des cinglés et affirme que les immigrés veulent évincer la population locale.

L’article