DE | FR
Alina Pash, désignée comme la représentante ukrainienne à l’Eurovision 2022, s'est retirée de la compétition en raison d'un ancien voyage en Crimée qui a fait polémique.
Alina Pash, désignée comme la représentante ukrainienne à l’Eurovision 2022, s'est retirée de la compétition en raison d'un ancien voyage en Crimée qui a fait polémique.
Interview

La Russie éjectée de l'Eurovision: «Franchement, qui serait allé au casse-pipe?»

Alors que la guerre fait rage, l'Ukraine avait demandé à ce que la Russie soit bannie de l’Eurovision qui aura lieu en mai. Après plusieurs hésitations, vendredi, l'Union européenne de radiotélévision a tranché: c'est non. Fabien Randanne, journaliste et grand spécialiste de l'Eurovision, nous explique pourquoi ce rendez-vous un peu kitsch a toujours été plus stratégique qu'il n'y paraît.
27.02.2022, 07:5528.02.2022, 18:01
Suivez-moi
Suivez-moi

Tandis que l'Ukraine est l'épicentre d'une guerre, elle avait demandé il y a quelques jours que la Russie soit exclue de l’Eurovision. Plus précisément: la chaîne ukrainienne «UA:PBC» voulait que son homologue russe ne fasse plus partie de l’Union européenne de radiotélévision (UER). Si, jeudi, les organisateurs ont annoncé que la Russie pouvait bien participer à l’édition 2022, vendredi, changement de ton: ce sera non.

«La décision reflète la crainte que, compte tenu de la crise sans précédent en Ukraine, cela ne jette le discrédit sur le concours»
L'Union européenne de radiotélévision dans un communiqué.

Pourquoi l'Eurovision est beaucoup plus stratégique qu'un simple concours de chanson un peu kitsch? watson a lancé un coup de fil à un grand spécialiste de l'Eurovision, le journaliste de 20minutes.fr Fabien Randanne. Selon lui, il fallait s'y attendre «c'était difficile de concevoir que la Russie soit présente à l'Eurovision. Qui aurait-elle envoyé au "casse-pipe"? Parce que, symboliquement, aller à l’Eurovision en tant qu’artiste russe cette année, c'était représenter la Russie et défendre les couleurs russes avec tout ce qu'elles impliquent. Ça semblait difficilement tenable».

C'est déjà arrivé qu'un pays soit exclu de l'Eurovision?
Fabien Randanne: Oui, ça a déjà été le cas pour la Biélorussie l’année dernière, qui s'est vu suspendre son adhésion à l'UER à cause, entre autres, de la détérioration progressive de la liberté de la presse dans le pays. A mon avis, une suspension similaire aurait fait plus de mal à la Russie, là pour le coup, elle échappe à ça. C'est surtout une sanction symbolique qui concerne uniquement le concours de l'Eurovision.

La chanson Ya Nauchu Tebya («Je t'apprendrai») du groupe biélorusse Galasy ZMesta avait été jugée «trop politique» en 2021.
Vidéo: YouTube/ESC Stuff

Ça change quoi au concours ?
Concrètement, ça donnera plus de chance à un autre pays demi-finaliste de pouvoir accéder à la finale. J'imagine que cela apportera un peu de sérénité, mais j’imagine difficilement que la guerre ne soit pas évoquée d’une manière ou d’une autre. Son ombre va planer quoi qu’il arrive.

L'Eurovision est censée être apolitique, non?
L'Eurovision est très régulièrement une caisse de résonance de la géopolitique européenne. C'est assez flagrant avec la Russie et l'Ukraine qui, depuis des années, se font la guerre par chansons interposées. Par exemple, en 2016, la chanteuse Jamala, a remporté l'Eurovision avec une chanson qui s'appelait «1944» et dont les paroles avaient de fortes connotations politiques. Deux ans après l'annexion de la Crimée par la Russie, ce n'était pas anodin. Il y a toujours des non-dits.

«D'ailleurs, quand Jamala a gagné, le sénateur russe Frantz Klintsevitch, a réagi en disant, c'est la politique qui a battu l'art. Il avait appelé à boycotter l'édition 2017 organisée par Kiev»
Vidéo: YouTube/BBC

Est-ce que ça peut vraiment déstabiliser la Russie? Ce n'est pas un peu ridicule?
C'est à la fois quelque chose de très trivial et anecdotique parce que, finalement, cela ne devrait être que du divertissement, l'Eurovision. Mais il y a quand même quelque chose qui est lié à l'orgueil du pays, c'est du divertissement, mais pas n'importe lequel, c'est un des plus gros évènements au monde.

«Je pense que, pour l'Ukraine, l'Eurovision reflète l'envie de se détacher de l'influence russe au profit de l'influence occidentale et de l'Union européenne»

Même si le concours n'est pas lié aux institutions européennes en tant que telles. C'est un concours très symbolique.

Pourquoi, de manière générale, le concours de l'Eurovision est-il si important pour les pays de l’Est?
Selon moi, l'Eurovision est un outil de «soft power». C'est aussi un évènement au cours duquel un pays peut briller. La finale, c'est quand même plus de 300 millions de téléspectateurs. C'est aussi l'occasion de potentiellement gagner et organiser un évènement d'envergure l'année suivante. Il ne faut pas oublier que c'est un évènement qui apporte énormément d'argent à l'économie locale.

L’Ukraine et la Russie sont en guerre. Le concours risque-t-il de devenir un champ de bataille stratégique?
Un champ de bataille, je ne sais pas, mais il y aura forcément des conséquences sur le concours. On peut aussi s'attendre à ce que des symptômes de ces tensions, de cette guerre, se manifestent à Turin. L'UER a confirmé la participation des deux pays au concours cette année, car ils se sont engagés à participer dans de bonnes conditions, il n'y a donc aucune raison. Dans le même temps, la présidente de la chaîne de télévision suédoise dit qu'il faut y réfléchir à deux fois parce que la situation actuelle est préoccupante. La prochaine échéance est autour du 20 mars, tous les pays doivent transmettre à l'UER leur dossier complet pour l'Eurovision. On saura si la Russie a déposé un dossier et participera au concours.

La Russie et l’Ukraine se sont souvent lancé des piques en chanson. C’est une arme de guerre la musique?
Alors ce qui est paradoxal, c'est que de nombreux musiciens ukrainiens ont signé dans des labels russes. Ce sont aussi des pays qui ont des envies musicales communes, avec des valeurs et des goûts communs, donc des artistes se produisent dans les deux pays. Pour la Russie, la sélection est réfléchie en amont et s'effectue de manière assez discrète. En Ukraine, c'est l'inverse, les sélections sont des télé-crochets et il y a régulièrement des scandales.

En parlant de scandale, Alina Pash a d’ailleurs quitté le concours 2022 parce qu'un récent voyage en Crimée a fait polémique. Ces artistes prennent-ils de vrais risques pour leur vie?
Je ne pense pas. La plupart de ces artistes ont des carrières en Russie et en Ukraine. Il n'y a pas de défiance d'emblée, sinon aucune pop-star ukrainienne ne pourrait faire carrière en Russie et inversement. Mais peut-être qu'avec la guerre, ces artistes-là, qui ont une carrière dans les deux pays, vont devoir choisir leur camp.

Les chanteurs y vont comme des soldats ou se considèrent encore comme des artistes?
Alors Alina Pash, par exemple, dit «je suis ukrainienne, j'aime mon pays et je ne suis pas une femme politique».

«Je pense que la plupart des artistes partent du principe que la musique transcende les barrières et la politique. Ce qui est aussi la raison d'être de l'Eurovision»

Ce concours a été créé en 1956 avec la volonté de fédérer les pays européens autour d'un évènement commun. Du côté technique, c'est aussi une collaboration entre différents diffuseurs du monde entier qui vont pouvoir s'échanger des images lors d'évènements sportifs et historiques.

Chaque année, au moment des votes, on soupçonne des alliances politiques et stratégiques. Qu’en est-il selon vous?
Alors des alliances, non. Ce qu'il faut prendre en compte dans les votes, ce sont surtout les diasporas. C'est-à-dire que les pays qui ont des diasporas importantes comme la Pologne ou le Portugal vont potentiellement avoir un nombre de points plus important. Il y a aussi les votes par zone d'influence ou de proximité géographique. Le «schlager» est un genre de musique très populaire en Allemagne et dans les pays scandinaves, donc si un pays présente ce genre de musique, il aura des chances de récupérer des votes de ces pays-là, en plus du sien. Il y a une certaine proximité culturelle qui fait qu'on a tendance à voter pour ce qu'on aime.

L’Eurovision, c’est dans trois mois. Il y a des risques que le concours soit repoussé ou carrément annulé?
Il ne faut jamais dire jamais, car il a bien été annulé à cause du Covid. Mais, a priori, non. Les organisateurs sont décidés à le mener à bien, ils sont surtout en pleine réflexion en termes de capacité d'accueil de la salle, surtout par rapport au Covid. C'est assez lourd d'organiser un concours de cette envergure, donc à mon avis, il aura lieu.

L'opération militaire russe en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Les derniers mots de ces soldats ukrainiens

Toute l'actu' brûlante sur l'Ukraine...

La crise russo-ukrainienne résumée en 3 points

Link zum Artikel

«Loi martiale», «séparatiste»: vous ne pigez rien? Voici le dico!

Link zum Artikel

Donald Trump persuadé qu'il aurait pu éviter la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

La communauté internationale réagit à l'offensive russe

Link zum Artikel

L'invasion russe provoque l'effondrement des marchés mondiaux

Link zum Artikel

Plusieurs villes et régions d'Ukraine frappées par des explosions

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«La situation empire pour nous», un ex-colonel russe se montre franc à la TV
L'ex-militaire et stratège militaire russe Mikhaïl Khodarenok n'a pas mâché ses mots à la télévision publique russe. Sans détour, l'homme de 68 ans met en garde contre la force de frappe de l'armée ukrainienne.

A la télévision d'Etat russe, le récit de Poutine sur le succès de son intervention en Ukraine a essuyé un sérieux coup de frein. L'ancien colonel Mikhaïl Khodarenok a profité hier de l'une des émissions les plus regardées pour faire une évaluation étonnamment honnête et sombre de la situation actuelle.

L’article