DE | FR

Premières sanctions contre l'Iran de l’ère Biden

epa09047424 US President Joe Biden makes remarks on the ongoing COVID-19 pandemic in the State Dining Room of the White House, in Washington, DC, USA, 02 March 2021.  EPA/Doug Mills / POOL

Joe Biden veut revenir sur l'accord nucléaire iranien, mais sans oublier le respect des droits humains. Image: sda

Le gouvernement de Joe Biden, qui souhaite revenir dans l'accord sur le nucléaire iranien, a annoncé, mardi, ses premières sanctions visant des responsables iraniens.



Biden sort les muscles face à l'Iran, avec pour cause la défense des droits de l'homme. Deux membres des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de la République islamique d'Iran, sont interdits d'entrée aux États-Unis pour leur rôle dans des interrogatoires musclés de détenus.

Hier au Conseil des droits de l'Homme, à Genève, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a exprimé sa préoccupation au sujet des abus dont le gouvernement iranien continue de se rendre responsable à l'égard de ses concitoyens. Il a par ailleurs alerté que tous les moyens appropriés seront pris pour que les responsables d'abus et atteintes aux droits humains en Iran rendent des comptes.

Ambiance, ambiance... Sachant que l'administration Biden a promis de revenir dans l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien dont l'ex-président Donald Trump avait retiré les États-Unis, si Téhéran respecte aussi ses engagements en la matière. (ga/afp)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Ces pays qui «volent» la pluie

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les Etats-Unis relancent les pourparlers sur le nucléaire iranien

Les Etats-Unis ont procédé jeudi 18 février à trois gestes à l'égard de l'Iran, dans une volonté de relancer l'accord nucléaire de 2015.

Après une réunion virtuelle des chefs de la diplomatie française, britannique, allemande et américaine, Washington a annoncé accepter une invitation de l'Union européenne à des pourparlers en présence de Téhéran pour relancer l'accord international mis à mal par Donald Trump.

«Les Etats-Unis acceptent une invitation du haut représentant de l'Union européenne à une réunion du P5+1 (un groupe rassemblant États-Unis, Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni et Russie) et de l'Iran pour évoquer …

Lire l’article
Link zum Artikel