DE | FR

Un ultraconservateur élu président en Iran

Ebrahim Raïssi.
Ebrahim Raïssi.Image: sda
Ebrahim Raïssi a remporté la présidentielle iranienne de vendredi au premier tour avec plus de 62% des voix.
19.06.2021, 08:3620.06.2021, 09:52

Les Iraniens ont élu un nouveau président au premier tour, a déclaré, samedi, le président sortant Hassan Rohani, accréditant, avant même l'annonce des résultats officiels, l'idée d'une victoire de l'ultraconservateur Ebrahim Raïssi, archifavori du scrutin de la veille, a remporté la présidentielle avec plus de 62% des voix, selon des résultats officiels partiels publiés samedi en fin de matinée.

«Je félicite le peuple pour son choix»
Hassan Rohani, président sortant
C'est qui ce monsieur?
Ebrahim Raïssi, 60 ans, est un religieux traditionaliste et jusqu'alors chef du système judiciaire iranien. Ultraconservateur, décrit comme étant «sans grand charisme», il se présente comme le champion de la lutte contre la corruption et de la défense des classes défavorisées. Cet adepte de la répression a condamné à mort des milliers de prisonniers politiques, rappelle Le Monde.
«Mes félicitations officielles viendront plus tard, mais on sait qui a eu suffisamment de voix lors de cette élection et qui est élu aujourd'hui par le peuple»
Hassan Rohani, président sortant

Dans des messages sur Instragram, sur Twitter ou relayés par les médias iraniens, les trois candidats opposés à Raïssi ont reconnu à leur manière sa victoire.

Selon les médias d'Etat, le dépouillement était encore en cours en début de matinée samedi. Les chiffres de la participation et les résultats définitifs sont attendus avant midi (9h30 heure suisse). (ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une Saoudienne est condamnée à 34 ans de prison pour avoir tweeté
Et pourtant, sous la houlette du prince héritier Mohammed ben Salmane, le pays a donné de nouveaux droits aux femmes, comme celui de conduire ou de voyager seule.

Un tribunal saoudien a condamné une étudiante à 34 ans de prison pour avoir «fourni de l'aide», via ses tweets, à des opposants politiques qui cherchent à «troubler l'ordre public». C'est ce qu'indique un document judiciaire vu par l'AFP mercredi.

L’article