DE | FR
Shireen Abu Akleh
Shireen Abu AklehKeystone

Une journaliste d'Al Jazeera tuée durant un reportage en Cisjordanie

Shireen Abu Akleh, reporter américano-palestinienne a été tuée par balle alors qu'elle couvrait une opération de l'armée israélienne en Cisjordanie.
11.05.2022, 22:0212.05.2022, 12:07

Après la mort d'une célèbre journaliste de la chaîne Al Jazeera en Cisjordanie, les appels à une enquête transparente se multipliaient mercredi.

Al Jazeera a accusé les forces israéliennes d'avoir tué «de façon délibérée» et de «sang-froid» sa journaliste-vedette, atteinte d'une balle dans la tête. Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a, de son côté, affirmé qu'elle avait «probablement» été tuée par des tirs de combattants palestiniens en marge d'affrontements dans le camp de Jénine.

Un photographe de l'AFP à Jénine a fait état de tirs de l'armée israélienne et a vu le corps de la reporter qui portait un casque et un gilet pare-balles sur lequel était inscrit le mot «presse». Il a indiqué ne pas avoir vu de combattants palestiniens à proximité du lieu où la journaliste a été tuée.

Armée israélienne mise en cause

Un autre journaliste, Ali Al-Samoudi, blessé lors de ces affrontements, a accusé l'armée israélienne d'avoir «ouvert le feu» sur les journalistes qui étaient «en route pour couvrir l'opération de l'armée». «Une balle m'a atteint. La seconde balle a touché Shireen», a-t-il déclaré.

Shireen Abu Akleh «s'est retournée en panique» lorsque son collègue a été touché, et puis elle a été elle-même atteinte d'une balle derrière la tête, a indiqué à l'AFP Majid Awais, témoin de la scène.

L'armée israélienne a indiqué avoir mené des opérations dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine, afin «d'appréhender» un combattant. D'après le premier ministre israélien: «Il semble probable que des Palestiniens armés soient responsables de la mort malheureuse de la journaliste».

Le ministère de la Défense avait indiqué de son côté «qu'il n'y avait eu aucun tir (de l'armée) en direction de la journaliste». Mais le chef de l'armée, Aviv Kohavi, a dit plus tard «qu'il n'était pas possible de savoir d'où venait le tir qui l'avait atteinte», ajoutant avoir diligenté une enquête interne sur les faits.

Selon le médecin légiste palestinien qui a pu examiner la dépouille de la journaliste, celle-ci a été tuée d'une balle l'ayant atteinte «à grande vitesse» à la tête, sans préciser l'origine de ce tir.

Une enquête internationale et indépendante

Les Etats-Unis ont appelé à une enquête «transparente», de préférence conjointe entre Israéliens et Palestiniens, tandis que l'ONU et l'Union européenne ont exhorté à une investigation «indépendante». La directrice générale de l'Unesco Audrey Azoulay a, quant à elle, exigé une «enquête approfondie».

Palestinienne chrétienne, âgée d'une cinquantaine d'années et ayant aussi la nationalité américaine, Shireen Abu Akleh avait travaillé à «La Voix de la Palestine» et Radio Monte-Carlo, avant de rejoindre la chaîne Al Jazeera, où elle s'est faite connaître à travers le Moyen-Orient pour ses reportages sur le conflit israélo-palestinien.

Elle est la septième journaliste tuée depuis 2018 dans les territoires palestiniens, selon Reporters sans frontières.

Les stars dans le thème du Met Gala

1 / 9
Les stars dans le thème du Met Gala
source: instagram
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Qui est ce journaliste chinois qui raconte la guerre côté russe?

Plus d'articles sur la Palestine et Israël

Benyamin Netanhyaou ne règne plus sur Israël

Link zum Artikel

L'Iran promet une «vengeance» à Israël après l'attaque d'une centrale nucléaire

Link zum Artikel

Mahmoud Abbas annonce le report des législatives palestiniennes

Link zum Artikel

L’Autorité palestinienne accuse Israël de bloquer des vaccins

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
En Afghanistan, les présentatrices de télévision doivent se voiler le visage
Auparavant, un foulard couvrant les cheveux suffisait. Désormais, celles-ci portent le voile intégral, ne laissant apparaître que leurs yeux et leur front.

Les présentatrices des principales chaînes de télévision afghanes sont passées à l'antenne dimanche en se couvrant le visage, un jour après avoir défié l'ordre des talibans de dissimuler leur apparence et ainsi se soumettre à la vision austère de l'islam du groupe.

L’article