International
Israël

La vidéo des rebelles Houthis attaquant un cargo «israélien»

Les Houthis ont débarqué à bord d'un hélico sur le cargo «Galaxy Leader» et ont pris l'équipage en otage.Vidéo: watson

Ils prennent un cargo «israélien» en otage

Des images dignes d'un film d'action montreraient le débarquement de ce groupe armé à bord du «Galaxy Leader» dimanche.
21.11.2023, 16:5321.11.2023, 20:22
Plus de «International»

Les rebelles Houthis yéménites ont détourné dimanche un cargo en mer Rouge et pris plusieurs otages. Des enregistrements vidéo ont désormais été publiés, qui montreraient les rebelles débarquant à bord du cargo «Galaxy Leader» et s'en emparant.

Selon Israël, 25 membres d'équipage, dont des Ukrainiens, des Bulgares, des Mexicains et des Philippins, se trouvent à bord.

Pourquoi les Houthis attaquent-ils des cargos?

Les Houthis ont fait savoir qu'ils avaient capturé un navire israélien lors d'une «opération militaire» en mer Rouge et qu'ils l'avaient amené sur la côte yéménite. Le porte-parole militaire Houthi Yahya Saree a déclaré dans un communiqué qu'il s'agissait d'une «obligation morale envers le peuple palestinien opprimé».

«Si la communauté internationale se soucie de la sécurité et de la stabilité de la région et ne veut pas que le conflit s'étende, elle devrait arrêter l'agression d'Israël contre Gaza»
Houthi Yahya Saree, porte-parole militaire des Houthis

Ce n'est que dimanche matin que les Houthis avaient menacé d'attaquer en conséquence «tous les navires» ayant un lien avec Israël.

Que disent les parties impliquées?

La République islamique d'Iran est le principal soutien des rebelles yéménites Houthis. Téhéran a toutefois démenti toute implication dans le détournement du cargo en mer Rouge.

«Les groupes de résistance de la région» prennent des décisions sur la base de leurs propres intérêts, a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanaani, lors d'une conférence de presse lundi à Téhéran.

Selon les médias israéliens, le cargo serait exploité par une entreprise appartenant en partie à l'homme d'affaires anglo-israélien Rami Ungar. Il ne s'agirait toutefois pas d'un navire israélien. De plus, aucun ressortissant israélien ne se trouverait à bord.

La vidéo ici 👇

Vidéo: watson

Le bureau du chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahou a directement mis en cause le régime de Téhéran pour cette attaque et a parlé d'un nouvel acte de terrorisme de la part de la République islamique. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de Téhéran a rejeté ces accusations.

Quelle est l'importance stratégique du Yémen?

Le Yémen est situé au sud de la péninsule arabique. Il est longé par l'une des plus importantes voies maritimes du monde, en provenance et à destination du canal de Suez en Egypte. Ce canal relie la Méditerranée à la mer Rouge et offre ainsi la liaison la plus courte par voie maritime entre l'Asie et l'Europe. Environ 10% de l'ensemble du commerce mondial passe par la mer Rouge, y compris le pétrole et le gaz liquéfié. (rbu/sda)

Traduit et adapté par Noëline Flippe

L'attaque du Hamas contre Israël, en images
1 / 12
L'attaque du Hamas contre Israël, en images
Des habitants de la ville d'Ashkelon, dans le sud d'Israël, évacués par la police.
source: ap / tsafrir abayov
partager sur Facebookpartager sur X
Ils ne sont pas d'accord, ils mettent le feu au parlement
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le président égyptien veut empêcher tout déplacement de Gazaouis
Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a appelé jeudi la communauté internationale à empêcher tout déplacement de Gazaouis «par la force», lors d'un forum Chine-pays arabes à Pékin. L'Egypte a fermé sa frontière avec la bande de Gaza.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi veut empêcher tout déplacement de Gazaouis «par la force». C'est ce qu'il a déclaré jeudi à Pékin.

L’article