DE | FR

Confinement acte 3: l'Italie de nouveau sous cloche

Italian Carabinieri officers check vehicles near the Colosseum in Rome, Thursday, Dec. 24, 2020. Italians are easing into a holiday season full of restrictions, and already are barred from traveling to other regions except for valid reasons like work or health. Starting Christmas eve, travel beyond city or town borders also will be blocked, with some allowance for very limited personal visits in the same region. (AP Photo/Gregorio Borgia)

Avec une augmentation de 33% du nombre de cas hebdomadaire, l'Italie fait face à une troisième vague. Image: AP

Entre crainte du nouveau variant anglais et retard de vaccination, le gouvernement de Mario Draghi ne veut pas prendre de risques. Une majorité des italiens vont devoir être confinés, pour la troisième fois.



Les italiens fêtent les un an de leur premier confinement avec... un nouveau confinement! Ce régime de rigueur, qui concerne les trois quarts de la population, sera maintenu jusqu’au 6 avril. Toute l’Italie sera sous cloche durant le week-end de Pâques.

Le variant britannique combiné à un lent déploiement du vaccin ont conduit à une augmentation de 15% des cas en Italie la semaine dernière. Des chiffres alarmants pour le gouvernement dirigé par le Premier ministre Mario Draghi.

Une moyenne de 25 000 nouveaux cas par jours

Les zones rouges concernent le Lazio, la Marche, la Campania et les Pouilles. Les écoles y seront fermées et les résidents seront interdits de quitter leur domicile sauf pour le travail, la santé ou pour nécessité absolue. Parmi les activités commerciales, seuls les supermarchés, les pharmacies et quelques autres magasins resteront ouverts, mais les restaurants seront fermés.

Dans le reste du pays, considéré comme zone orange, les résidents ne sont pas autorisés à quitter leur municipalité sans raison liée au travail, à la santé ou à d'autres nécessités, mais les écoles et de nombreux magasins resteront ouverts.

80% de la population vaccinées d'ici septembre

Le gouvernement du premier ministre italien, conscient de l'enjeu, veut prendre les mesures adéquates avant qu'il ne soit trop tard. Il comprend également ses conséquences sur chacun et promet d’apporter toutes les aides financières rapidement. Une rallonge de 10 à 15 milliards par mois de confinement supplémentaire doit s’ajouter aux 32 milliards déjà engagés depuis janvier, selon Bloomberg.

Tous les médecins, dentistes, et pharmaciens sont appelés à vacciner

Le principal enjeu concerne surtout la campagne de vaccination. Draghi «assure» qu’elle va encore s’accélérer et passer de 170 000 injections par jour ces dernières semaines à 500 000. L'objectif est de vacciner 80% de la population d'ici septembre. Jusqu'à présent, moins de deux millions de personnes dans le pays ont été complètement vaccinées, du à des livraisons tardives et des problèmes logistiques dans certaines régions.

La région du Piémont, cependant, a suspendu l'utilisation du vaccin AstraZeneca, une mesure de précaution alors que des enquêtes sur un lien possible avec des problèmes de santé sont en cours. L'Italie est l'un des pays les plus durement touchés au monde: plus de 100 000 personnes y sont mortes et 3,2 millions ont été infectées. (ga)

Plus d'articles sur la gestion du Covid-19:

Chaque habitant pourrait bientôt se faire dépister du Covid en Suisse

Link zum Artikel

Se faire vacciner? Les Suisses Romands préfèrent laisser ça aux Alémaniques

Link zum Artikel

Les effets secondaires des vaccins restent limités en Suisse

Link zum Artikel

Pfizer teste son vaccin chez les jeunes enfants

Link zum Artikel

L'Europe veut faire respecter les droits humains, mais...

L'Union européenne veut pénaliser les Etats qui violent les droits universels. Seul problème, personne ne veut se mettre à dos certaines superpuissances.

Les Européens ont approuvé lundi de nouvelles sanctions ciblées pour les violations des droits humains commises dans différents pays. Ils ont aussi adressé une mise en garde à la Turquie.

Seul problème: personne n'est prêt à rompre ses relations avec des villes comme Pékin, Moscou ou encore Ankara.

Toutes les options sont prévues pour encourager le développement de bonnes relations, mais des mesures restrictives sont également présentes si la situation venait à se détériorer.

Un récent rapport …

Lire l’article
Link zum Artikel