DE | FR

Procès contre Maxwell: à 14 ans, des massages sexuels chez Epstein

Image: FR142054 AP
Ghislaine Maxwell est jugée depuis fin novembre pour avoir fourni à son compagnon, le richissime Jeffrey Epstein, des jeunes filles mineures afin qu'il les exploite sexuellement. Mardi, une nouvelle victime a témoignée sur le comportement de l'homme d'affaire.
07.12.2021, 22:2008.12.2021, 07:08

Au procès à New York de Ghislaine Maxwell jugée pour trafic sexuel, une nouvelle victime a raconté mardi sa vie cabossée. Elle a souligné le rôle actif que jouait l'ancienne partenaire du financier américain Jeffrey Epstein.

Exploitations sexuelles

Au septième jour du procès de la fille du magnat britannique Robert Maxwell, une troisième femme, «Carolyn», a expliqué être allée «plus de 100 fois» dans la résidence d'Epstein à Palm Beach, en Floride, entre 14 et 18 ans, pour ce qui commençait toujours par un massage.

Mme Maxwell, une figure mondaine de la jet-set de 59 ans - Britannique, Américaine et Française - est jugée depuis le 29 novembre pour avoir fourni à son compagnon et collaborateur qui s'est suicidé en prison à l'été 2019, le richissime Jeffrey Epstein, des jeunes filles mineures afin qu'il les exploite sexuellement.

«A chaque fois, il se passait quelque chose»

Les faits incriminés remontent à 1994-2004. «A chaque fois, il se passait quelque chose de sexuel», a témoigné «Carolyn», la voix chevrotante.

Contrairement à deux témoignages précédents cités par l'accusation, «Carolyn» n'a pas désigné Ghislaine Maxwell comme celle l'ayant emmenée pour la première fois chez Jeffrey Epstein

Elle a parlé d'une autre femme, qui n'est pas partie à ce procès, Virginia Giuffre. Cette Américaine a déposé plainte en 2021 à New York contre le prince britannique Andrew, un proche d'Epstein et de Maxwell, l'accusant d'«agressions sexuelles» quand elle était mineure il y a plus de 20 ans.

«Virginia m'a demandé si je voulais me faire de l'argent (...) J'allais rencontrer un ami riche» et lui faire des massages, a raconté «Carolyn» vêtue d'un pull ample à rayures.

Elle a évoqué une enfance difficile: le départ de l'école en 5ème et une «mère alcoolique et toxicomane».

«J'étais payée 300 dollars»

En Floride, chez Epstein, les relations sexuelles sous la contrainte se déroulaient toujours selon le même scénario: «Nous étions accueillies par Mme Maxwell, une femme plus âgée (que nous) avec des cheveux noirs».

«J'étais payée 300 dollars à chaque visite à Palm Beach»

«Nous montions jusqu'à la salle de bain» où se trouvait une table de massage, selon «Carolyn» qui se rappelle qu'Epstein «se brossait les dents» avant des relations sexuelles avec lui et Virginia Guiffre.

Maxwell plaide non coupable

Ce troisième témoignage s'ajoute à ceux de «Jane», 14 ans à l'époque, et de «Kate», une Britannique de 17 ans dans les années 1990, qui ont mis au jour le rôle actif de Ghislaine Maxwell auprès de Jeffrey Epstein, qu'elle était chargée de fournir en jeunes mineures selon l'accusation.

Des crimes sexuels pour lesquels elle plaide non coupable. (sda/ats/afp)

Plus d'articles sur les Etats-Unis

Google ignore le télétravail en s'offrant des bureaux à 2 milliards

Link zum Artikel

Cette jeune fille prête à tout pour réussir dans le porno

Link zum Artikel

La Californie veut une loi pour des rayons de jouets «non genrés»

Link zum Artikel

Après 30 ans d'interdiction, le retour des fusils d'assaut en Californie?

Link zum Artikel
La Turquie ne veut plus être confondue avec une dinde
Les autorités turques ont demandé, début janvier, à l'Organisation des Nations Unies (ONU) de modifier l'orthographe anglaise du nom de leur pays. Parce que dans la langue de Shakespeare, «Turkey», ça veut aussi dire «dinde».

Les anglophones devront désormais réfléchir à deux fois avant de prononcer le mot «Turquie» dans leur langue. Début janvier, le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan a demandé à l'ONU de modifier l'orthographe du nom de son pays afin de mettre un terme à une confusion qui l'agace: en anglais, «Turkey» ne signifie pas seulement «Turquie», mais aussi «dinde».

L’article