DE | FR

Premier coup de fil entre Joe Biden et Xi Jinping

Joe Biden s'est entretenu au téléphone avec son homologue chinois, Xi Jinping.

Joe Biden s'est entretenu avec son homologue chinois, Xi Jinping. Image: sda

Pour la première fois, le nouveau résident de la Maison Blanche s'est entretenu avec son homologue chinois. Un entretien durant lequel Joe Biden a fait part de ses inquiétudes quant à la politique interne de la Chine, et ses espoirs pour vaincre la pandémie.



Le président américain Joe Biden s'est entretenu par téléphone mercredi, pour la première fois, avec son homologue chinois Xi Jinping. Il a exprimé son inquiétude sur la situation à Hong Kong et sur le sort réservé à la minorité musulmane ouïghoure.

Lors de cet appel, qui intervient trois semaines après son arrivée au pouvoir, Joe Biden a également fait part de ses «profondes inquiétudes» concernant les pratiques économiques «injustes et coercitives» de Pékin, selon un compte-rendu de la Maison-Blanche.

Les deux dirigeants ont aussi échangé sur la pandémie de Covid-19 et les «défis communs» que représentent la sécurité sanitaire mondiale et le changement climatique. Selon des experts, plus d'un million d'Ouïghours sont ou ont été détenus dans des camps de rééducation politique au Xinjiang.

Joe Biden qualifie Xi Jinping de «voyou»

abspielen

Durant la campagne électorale, Joe Biden avait traité de «voyou» le président chinois Xi Jinping. Vidéo: YouTube/Bloomberg Politics

Pékin récuse le terme de «camps» et affirme qu'il s'agit de centres de formation professionnelle, destinés à fournir un emploi à la population et donc à l'éloigner de l'extrémisme religieux.

«Pas une once de démocratie en lui»

Le nouveau président américain est très attendu sur le dossier sensible des relations américano-chinoises tant les sujets de tension entre les deux premières puissances mondiales sont nombreux. S'il a clairement affiché sa volonté de rupture avec la politique étrangère de son prédécesseur à la Maison-Blanche Donald Trump, c'est l'un des rares dossiers où il pourrait, sur le fond, prôner une certaine continuité.

Dans un entretien diffusé dimanche sur CBS, Joe Bien a prévenu que la rivalité entre les États-Unis d'Amérique et la Chine prendrait la forme d'une "compétition extrême", tout en assurant qu'il voulait éviter un "conflit" entre les deux pays.

Interrogé sur son homologue chinois, le président américain avait ajouté: "Il est très dur. Il n'a pas, et je ne dis pas cela comme une critique, c'est juste la réalité, il n'a pas une once de démocratie en lui".

Un haut responsable de l'administration américaine, s'exprimant sous couvert de l'anonymat, a réaffirmé mercredi que les taxes douanières sur les produits chinois mises en place sous la présidence Trump restaient pour l'heure en place, dans l'attente d'un réexamen global de la stratégie commerciale américaine.

"Nous n'avons pas pris de décision sur ce dossier", a-t-il indiqué. "Il y aura des changements dans notre politique commerciale vis-à-vis de la Chine, mais ils ne sont pas immédiats et dans l'intervalle, nous ne supprimons pas les taxes douanières," a-t-il ajouté, soulignant la volonté de la Maison-Blanche d'élaborer cette stratégie "en lien avec les alliés". (ats/afp)

Aux USA, de la neige en veux-tu en voilà

1 / 6
Aux USA, de la neige en veux-tu en voilà
source: keystone
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

«Berset était obligé de lâcher un peu de lest»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Une transgenre rejoint le gouvernement américain, une première

Le Sénat américain a confirmé mercredi, par une courte majorité, Rachel Levine, une pédiatre transgenre, au poste de ministre adjointe de la santé. La Maison-Blanche a salué une première «historique».

Professeure d'université en pédiatrie et psychiatrie, Rachel Levine, 63 ans, était, jusqu'en janvier, directrice de la santé dans l'Etat de Pennsylvanie. Elle était notamment chargée de la lutte contre le Covid-19. Elle est, désormais, ministre adjointe de la santé.

Rachel Levine a été confirmée par 52 voix contre 48 au Sénat. Seules deux sénatrices républicaines s'étant ralliées aux 50 élus du camp démocrate pour approuver sa nomination.

Les associations de défense des personnes LGBT ont …

Lire l’article
Link zum Artikel