DE | FR
Législatives 2022

Le nouveau gouvernement français est dans l'embarras pour des accusations de viol

La ministre des affaires étrangères Catherine Colonna et la ministre des Outre-mers Yael Braun-Pivet, le 23 mai à l'Elysée.
La ministre des affaires étrangères Catherine Colonna et la ministre des Outre-mers Yael Braun-Pivet, le 23 mai à l'Elysée. Image: sda
Sitôt formé, déjà éclaboussé! Et il y a de quoi... Le gouvernement français s'en est remis à la justice, lundi, pour «trancher» le cas d'un ministre accusé de viols, Damien Abad.
23.05.2022, 21:3024.05.2022, 06:47

Une affaire embarrassante pour le président Emmanuel Macron qui a promis la «tolérance zéro» en matière de violences faites aux femmes. Elle touche un exécutif à peine nommé vendredi dernier, et qui doit, en plus, se mettre en ordre de marche en vue des élections législatives des 12 et 19 juin.

Principal concerné: Damien Abad

Le tout nouveau ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées est accusé par deux femmes de viols en 2010 et 2011. Des allégations qu'il récuse fermement: «Je n'ai jamais violé une seule femme de ma vie», a-t-il déclaré lundi soir à la presse, disant «contester ces accusations d'agressions sexuelles avec une grande fermeté».

Damien Abad, le 23 mai 2022.
Damien Abad, le 23 mai 2022.Image: sda

Transfuge de l'opposition de droite, Damien Abad était, jusqu'à la semaine dernière, le responsable des députés du parti Les Républicains à l'Assemblée nationale. Il venait tout juste de démissionner pour faire son entrée au gouvernement.

Le ministre, lui-même handicapé, a encore écarté toute idée de démission. «Un homme innocent doit-il démissionner? Je crois pas». Deux plaintes pour viol ont déjà été classées, mais la justice dit analyser un nouveau signalement.

La justice devra trancher

Des appels à la démission se sont déjà faits entendre du côté de l'opposition de gauche. Mais pour l'instant, le gouvernement attend les conclusions de la justice sur cette affaire embarrassante. La ligne du président est qu'il revient à la justice d'établir la «vérité» et «la justice est la seule à devoir et à pouvoir trancher», a indiqué la nouvelle porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire.

Elle a toutefois fait valoir la politique de «tolérance zéro pour les délinquants sexuels» du président Macron. Le gouvernement est «aux côtés de celles qui, suite à une agression ou un harcèlement, ont l'immense courage de parler», a-t-elle indiqué.

La porte-parole a conclu que Damien Abad s'est entretenu avec la nouvelle première ministre Elisabeth Borne, dimanche soir. L'intéressé a déclaré n'avoir appris ces allégations que samedi, dans un article du média en ligne Mediapart, qui a révélé l'affaire.

Mauvais timing

Une chose est sûre: celle-ci tombe au plus mal pour le tout nouveau gouvernement, à moins de trois semaines des législatives. Emmanuel Macron espère toujours voir son parti, Renaissance, et ses alliés centristes rafler la majorité absolue dans la nouvelle Assemblée.

Le sort de ce nouveau gouvernement est suspendu au résultat du scrutin. S'il est battu, la moitié de ses membres (dont la première ministre) devront faire leurs bagages et démissionner. (mbr/ats)

La finale de The Voice à Neuchâtel

Plus d'articles sur les élections législatives en France

Pourquoi Macron a toutes les chances de triompher aux législatives

Link zum Artikel

Ces militants dégoûtés par leur héros Eric Zemmour et son parti

Link zum Artikel

Accord conclu entre le PS et les Insoumis en France

Link zum Artikel

Député français depuis 20 ans, l'original Jean Lassalle ne rempile pas

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi la Chine veut désormais la paix en Ukraine
Alors que l'armée russe peine à gagner du terrain en Ukraine, Pékin commence à trouver le temps long et a donc décidé de s'engager davantage dans une tentative de résolution du conflit.

Le point de vue des dirigeants chinois sur la guerre en Ukraine a évolué. Ils constatent que, depuis quatre mois, la progression de l'armée russe sur le terrain est lente, incertaine et exige des moyens militaires considérables. Très loin du scénario qu'avait sans doute annoncé Vladimir Poutine début février, quand il avait rencontré Xi Jinping. Mais en plus, à Pékin, on s'inquiète désormais des conséquences néfastes pour la marche de l'économie mondiale que commence à avoir ce conflit qui s'éternise.

L’article