DE | FR

Après la mort d'un gay, l'homophobie en question en Lettonie

Members of the Gay and Lesbian community participate at the Gay Pride parade in Fribourg, Switzerland, 25 June 2016. (KEYSTONE/Manuel Lopez)

Normunds Kindzulis, 29 ans, a été brûlé à 85 % le 23 avril. Image: KEYSTONE

Le décès d'un jeune homosexuel, qui après avoir été menacé a été brûlé par ses vêtements arrosés d'essence et enflammés faisait polémique hier en Lettonie. La police n'exclut pas le suicide les associations dénonçent une attaque homophobe.



La mort d'un jeune homosexuel letton, brûlé par ses vêtements arrosés d'essence et enflammés, était au centre d'une polémique jeudi 29 avril, les associations dénonçant une attaque homophobe.

La police, accusée d'inaction, n'excluait pas un suicide à la suite de menaces. Des associations, quant à elles y voit un acte homophobe flagrant. Normunds Kindzulis, 29 ans, un soignant, dont le corps a été brûlé à 85% le 23 avril, est mort mercredi des suites de ses blessures.

Il avait reçu des menaces de mort à caractère homophobe et avait déménagé de Riga à Tukums, une ville tranquille situé à 70 km à l'ouest de la capitale, selon Diena. Mais à Tukums, il a également été la cible de comportements homophobes et a été physiquement attaqué à quatre reprises. La police locale n'a pas exclu l'hypothèse d'un suicide en raison des menaces qu'il a reçues.

«Pas de place pour la haine en Lettonie»

Egils Levits, président de Lettonie.

Cette affaire a suscité un débat national sur l'homophobie en Lettonie, un pays membre de l'Union européenne qui a amendé sa Constitution en 2006 pour interdire spécialement les mariages de personnes du même sexe. La police locale avait initialement refusé d'ouvrir une enquête, expliquant qu'il n'y avait pas de «preuves» avérées qu'un crime ait été commis.

Mais après la mort de Normunds Kindzulis, la police est tenue par la loi d'ouvrir une enquête criminelle. Une enquête séparée sur la supposée inaction de la police de Tukums qui n'avait pas enquêté sur les menaces à l'encontre de la victime a été également ouverte. (ga)

Plus d'articles sur la communauté LGBTQIA+

Une transgenre rejoint le gouvernement américain, une première

Link zum Artikel

Raiffeisen refuse un compte aux opposants au mariage pour tous

Link zum Artikel

En Floride, on veut légaliser les contrôles génitaux des écolières trans

Link zum Artikel

Brisé puis reconstruit, il raconte sa thérapie de conversion

Link zum Artikel

Svetlana Tikhanovskaïa: «Bien sûr, je crains pour ma vie, mais c'est mon destin»

La dirigeante en exil de l'opposition démocratique de Biélorussie est en Suisse, invitée du FIFDH avant Berne mardi, où elle ne sera pas reçue par le Conseil fédéral. Interview sur fond de répression féroce à Minsk.

Où en est la révolution en Biélorussie ? On a l'impression que, sept mois après le début du mouvement suite à l'élection truquée du 9 août 2020, la vague de contestation s'éteint au fur et à mesure que la répression du dictateur Loukachenko s'accentue.Svetlana Tikhanovskaïa: Le régime a jeté des milliers de personnes en prison, dans l'arbitraire le plus absolu. Je vais vous donner une anecdote. Vous savez ce que font les gens, quand ils sortent de chez eux le matin ? Ils emportent …

Lire l’article
Link zum Artikel