DE | FR

Des enfants sont gravement touchés par une hépatite d'origine «inconnue»

Plusieurs cas ont été signalés au Royaume-Uni mais aussi en Espagne, aux Pays-Bas ou encore aux Etats-Unis. Pour l'heure, aucun décès n'est à déplorer.
19.04.2022, 15:0119.04.2022, 17:17
L'OMS enquête actuellement sur des cas d'hépatites aiguës qui touchent plusieurs jeunes enfants.
L'OMS enquête actuellement sur des cas d'hépatites aiguës qui touchent plusieurs jeunes enfants. Image: keystone

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé, vendredi 15 avril, dans un communiqué, surveiller des cas d'hépatites aiguës «d'origine inconnue». Ces derniers seraient apparu en premier lieu au Royaume-Uni et touchent principalement des enfants de moins de dix ans.

L'Ecosse, point de départ

Tout est parti d'un signalement fait en Ecosse, le 5 avril dernier, explique BFM TV. Le Royaume-Uni a alors rapporté dix cas d'hépatites aiguës supplémentaires et trois jours plus tard, ils étaient 74. Cette hépatite se manifeste par des symptômes comme jaunisse, diarrhées, vomissements et douleurs abdominales, ont indiqué les autorités sanitaires.

C'est quoi une hépatite?
L'hépatite désigne toute inflammation aiguë ou chronique du foie. Les causes les plus connues étant les infections virales du foie et l'alcoolisme. Mais l'hépatite peut aussi être due à certains médicaments ou à un trouble du système immunitaire de l'organisme.

Certains cas ont nécessité une hospitalisation au service spécialisé des maladies du foie et six enfants ont subi une transplantation, révèle l'OMS. Aucun décès n'a été recensé, mais il semblerait que d'autres pays soient touchés comme l'Espagne où trois cas ont été signalés.

Des cas suspects ont également été repérés en Irlande où des «cliniciens au Danemark et aux Pays-Bas signalent également des cas similaires», révèle la revue Science. Aux Etats-Unis, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont déclaré qu'ils enquêtaient sur neuf cas en Alabama, a-t-elle ajouté.

D'origine inconnue

«Les tests de laboratoire ont exclu les virus de l'hépatite de type A, B, C et E dans ces cas, tandis que le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère de type 2 (SRAS-CoV-2) et/ou l'adénovirus ont été détectés dans plusieurs cas», peut-on lire sur le communiqué de l'OMS. D'autres hypothèse incluant d'autres infections ou des facteurs environnementaux sont également en cours d'examination.

Les autorités sanitaires ont, en revanche, écarté tout lien avec le vaccin contre le Covid, ce dernier n'ayant pas été administré. Dans un communiqué, Meera Chand, de l'agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a souligné que des «mesures d'hygiène normales» comme le lavage des mains «aident à réduire beaucoup des infections sur lesquelles nous enquêtons» et appelé parents et gardes d'enfants à être attentifs aux signes d'hépatite, et de «contacter un professionnel de santé s'ils sont inquiets». (sia)

Des activistes du climat bloquent l'autoroute

Le vaccin et les enfants

Si vous avez des enfants, vous avez plus de risques d'attraper le Covid

Link zum Artikel

Du Covid plein les bras, les enfants vont-ils gâcher Noël?

Link zum Artikel

Ana, 11 ans: «Si je me vaccine, je déçois maman, sinon je déçois papa»

Link zum Artikel

«On devrait vacciner les enfants de manière ciblée et individualisée»

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cette enquête montre comment Poutine a préparé un génocide en Ukraine
Un rapport indépendant révélé par CNN vient confirmer que les manœuvres guerrières menées par la Russie contre l'Ukraine causent un génocide.

Il existe un risque sérieux et imminent de génocide en Ukraine. C'est la conclusion d'un rapport, signé par plus de 30 juristes et experts du domaine. Ils accusent l'Etat russe de violer plusieurs articles de la Convention des Nations unies (Onu). Ces graves accusations sont étayées par pléthore de preuves accablantes, notamment des exemples de massacres de civils, de déportations forcées et de rhétorique anti-ukrainienne déshumanisante utilisée par de hauts responsables russes.

L’article