DE | FR

Tirs de gaz lacrymogènes contre des manifestants à Bangkok

Des centaines de manifestants étaient dans la rue samedi à Bangkok pour demander la démission du Premier ministre thaïlandais. La lenteur de la campagne vaccinale est également en cause.
07.08.2021, 15:0408.08.2021, 10:07

La police thaïlandaise a tiré samedi des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc contre plusieurs centaines de manifestants pro-démocratie rassemblés à Bangkok. Ils demandaient une réforme politique et une meilleure gestion de l'épidémie de coronavirus.

Gestion de la pandémie critiquée

«Gouvernement meurtrier», «démission», pouvait-on lire sur des affiches, alors que près de 22'000 cas de Covid-19 et 212 morts ont été recensés samedi, un record.

Les protestataires critiquent la lenteur de la campagne vaccinale: moins de 4.5 millions sur les 70 millions de Thaïlandais ont reçu deux injections. Ils demandent aux autorités d'utiliser des vaccins à ARN messager tels que Pfizer et Moderna, plutôt que le Sinovac chinois, réputé moins efficace contre le variant Delta.

Démission demandée

Le mouvement pro-démocratie réclame la démission du chef du gouvernement, Prayut Chan-O-Cha, issu d'un coup d'Etat en 2014 et légitimé par des élections controversées cinq ans plus tard, ainsi qu'une réforme en profondeur de la monarchie.

En tête de leurs revendications, l'abolition du redoutable article sur la lèse-majesté qui punit jusqu'à 15 ans de prison les diffamations, critiques et insultes envers le roi et sa famille. Plus de 110 personnes ont été inculpées sur le fondement de ce texte ces derniers mois.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Attaques au Canada: seul l'un des deux frères a commis les meurtres
Onze personnes ont été tuées dans ce drame et la quasi-totalité des victimes, âgées de 23 à 78 ans, sont des Canadiens d'origine Autochtones.

Myles Sanderson, l'un des deux frères suspectés d'avoir perpétré les attaques au couteau dans le centre du Canada au début septembre, a commis seul tous les meurtres, a annoncé jeudi la police.

L’article