DE | FR

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

A l’apogée des manifestations, plus de 100 000 personnes s’étaient rassemblées contre Loukachenko.
A l’apogée des manifestations, plus de 100 000 personnes s’étaient rassemblées contre Loukachenko.Image: AP TUT.by
Affaiblie par la répression du régime d'Alexandre Loukachenko, l'opposition se donne une seconde chance pour tenter de faire basculer le gouvernement actuel.
25.03.2021, 05:4625.03.2021, 17:31

Après une trêve hivernale, l'opposition biélorusse a appelé à des manifestations jeudi 25 mars pour tenter d'insuffler une seconde vie au grand mouvement de contestation de 2020.

Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, a été confronté l'année dernière à des protestations d'une ampleur historique après sa réélection controversée. Mais la contestation, qui rassemblait jusqu'à 100 000 manifestants pacifiques, a été progressivement étouffée. Les milices du président cherchaient à apeurer à coup d'arrestations massives, de violences, et de lourdes peines de prison qui continuent de tomber. Les manifestations ont fait au moins quatre morts.

Image: AP TUT.by

Une victoire sur l'Occident

Début février, Alexandre Loukachenko, a ainsi assuré avoir triomphé du «Blitzkrieg» fomenté, selon lui, par l'opposition qu'il dénonce comme le suppôt des Occidentaux. La principale opposante biélorusse, Svetlana Tikhanovksaïa, en exil en Lituanie, a néanmoins appelé ses concitoyens à se mobiliser jeudi. «Le monde entier croit en vous», appelant chaque citoyen «à croire en soi» et à aller «manifester au printemps» a t-elle déclaré sur Telegram.

25 mars, «Jour de la liberté»

Tous les 25 mars, l'opposition commémore le «Jour de la liberté» en référence à la déclaration d'un Etat biélorusse indépendant en 1918. Renversé quelques mois plus tard par les bolchéviques qui y ont ensuite créé une république soviétique. A Minsk, la capitale, et dans d'autres villes, les forces de l'ordre ont déjà annoncé que les rassemblements seront interdits et les manifestants s'exposeront donc à des arrestations.

En parallèle, les tribunaux travaillent à plein régime lors de procès de manifestants ou des journalistes. Ils sont souvent accusés d'avoir organisé des «troubles massifs» ou d'avoir commis des «violences» contre la police.

Mi-mars, le parquet général du pays a ainsi indiqué que plus de 400 personnes avaient été condamnées dans ce cadre. Jusqu'ici, la peine la plus sévère infligée a été de 10 ans de prison, selon des défenseurs biélorusses des droits humains. (ga)

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Tout savoir sur le Dragon de la Mort, et non, ce n'est pas une arme de Poutine
Découvert en Argentine, le Dragon de la Mort a foulé la Terre et le ciel préhistorique il y a plusieurs millions d'années.

C'est une découverte majeure dans l'Histoire: des restes fossilisés d'un reptile volant géant ont été découverts en Argentine, rapporte la BBC mardi. La bête volante a existé il y a environ 86 millions d'années et vivait vraisemblablement aux côtés des dinosaures.

L’article