DE | FR

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

People with old Belarusian national flags march during an opposition rally to protest the official presidential election results in Minsk, Belarus, Sunday, Sept. 27, 2020.Hundreds of thousands of Belarusians have been protesting daily since the Aug. 9 presidential election. (AP Photo/TUT.by)

A l’apogée des manifestations, plus de 100 000 personnes s’étaient rassemblées contre Loukachenko. Image: AP TUT.by

Affaiblie par la répression du régime d'Alexandre Loukachenko, l'opposition se donne une seconde chance pour tenter de faire basculer le gouvernement actuel.



Après une trêve hivernale, l'opposition biélorusse a appelé à des manifestations jeudi 25 mars pour tenter d'insuffler une seconde vie au grand mouvement de contestation de 2020.

Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, a été confronté l'année dernière à des protestations d'une ampleur historique après sa réélection controversée. Mais la contestation, qui rassemblait jusqu'à 100 000 manifestants pacifiques, a été progressivement étouffée. Les milices du président cherchaient à apeurer à coup d'arrestations massives, de violences, et de lourdes peines de prison qui continuent de tomber. Les manifestations ont fait au moins quatre morts.

Police officer detain a woman with an old Belarusian national flag during an opposition rally to protest the official presidential election results in Minsk, Belarus, Saturday, Sept. 26, 2020. Hundreds of thousands of Belarusians have been protesting daily since the Aug. 9 presidential election. (AP Photo/TUT.by)

Image: AP TUT.by

Une victoire sur l'Occident

Début février, Alexandre Loukachenko, a ainsi assuré avoir triomphé du «Blitzkrieg» fomenté, selon lui, par l'opposition qu'il dénonce comme le suppôt des Occidentaux. La principale opposante biélorusse, Svetlana Tikhanovksaïa, en exil en Lituanie, a néanmoins appelé ses concitoyens à se mobiliser jeudi. «Le monde entier croit en vous», appelant chaque citoyen «à croire en soi» et à aller «manifester au printemps» a t-elle déclaré sur Telegram.

25 mars, «Jour de la liberté»

Tous les 25 mars, l'opposition commémore le «Jour de la liberté» en référence à la déclaration d'un Etat biélorusse indépendant en 1918. Renversé quelques mois plus tard par les bolchéviques qui y ont ensuite créé une république soviétique. A Minsk, la capitale, et dans d'autres villes, les forces de l'ordre ont déjà annoncé que les rassemblements seront interdits et les manifestants s'exposeront donc à des arrestations.

En parallèle, les tribunaux travaillent à plein régime lors de procès de manifestants ou des journalistes. Ils sont souvent accusés d'avoir organisé des «troubles massifs» ou d'avoir commis des «violences» contre la police.

Mi-mars, le parquet général du pays a ainsi indiqué que plus de 400 personnes avaient été condamnées dans ce cadre. Jusqu'ici, la peine la plus sévère infligée a été de 10 ans de prison, selon des défenseurs biélorusses des droits humains. (ga)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

Le président turc humilie la présidente européenne

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

«Nous ne pouvons pas faire table rase du passé!»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Des heurts entre manifestants anti-France et la police au Pakistan

Le Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP), parti islamiste, réclame l'expulsion de l'ambassadeur français depuis qu'Emmanuel Macron a défendu le droit à la caricature au cours de l'hommage rendu à Samuel Paty.

A Lahore, deuxième plus grande ville du pays, deux policiers sont décédés après avoir été blessés lors d'affrontements avec les manifestants. Le Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP), influent mouvement extrémiste, a également affirmé que trois de ses militants avaient été tués, une information non confirmée par la police.

Les partisans du TLP ont réagi avec colère à l'arrestation lundi à Lahore de leur leader Saad Rizvi. Les étincelles ont atteint la capitale Islamabad, et Karachi, la plus …

Lire l’article
Link zum Artikel