DE | FR

En cinq ans, SOS Méditerranée a sauvé plus de 5000 femmes

Une migrante est secourue par des membres de l'équipage de SOS Méditerranée.
Une migrante est secourue par des membres de l'équipage de SOS Méditerranée.Image: EPA
L'ONG de sauvetage en mer a secouru plus de 5000 femmes en cinq ans, parmi les quelque 33 000 personnes auxquelles elle est venue en aide.
03.03.2021, 13:2503.03.2021, 14:19

Ce chiffre, atteint en janvier, est «symbolique» a affirmé le porte-parole de SOS Méditerranée Suisse. Chaque année, des milliers de migrantes quittent leur pays pour éviter des mutilations ou des violences.

L'ONG SOS Méditerranée

L’association a été créée en 2015, à Genève, constatant qu’il n’existait pas de dispositif de sauvetage adéquat en mer Méditerranée. L'action de l'ONG se concentre sur des personnes en détresse, naviguant avec des embarcations de fortune et fuyant l’enfer libyen. Près de 40% des membres du personnel à bord sont des femmes. Parmi elles, cinq à six sont sauveteuses et le reste est réparti entre le dispositif médical et celui d'encadrement organisationnel.

Pendant leur périple, elles se retrouvent souvent dans des centres de détention où viols, torture et chantage sont observés régulièrement, notamment en Libye. Elles sont aussi victimes d'exploitation par des employeurs qui abusent d'elles ou font preuve de violences.

Sur les embarcations secourues, elles sont souvent retrouvées au centre. Un dispositif décidé par les hommes pour les protéger de la noyade. Or SOS Méditerranée considère au contraire ce dispositif dangereux pour elles. Ces femmes sont davantage exposées aux fuites de carburant qui, au contact de l'eau salée, constitue une substance corrosive et libère des gaz toxiques.

Autre problème, elles se blessent facilement avec le revêtement de l'embarcation. Et si le navire prend l'eau, elles sont souvent victimes des effets des mouvements des autres migrants. De son côté, SOS Méditerrannée a adapté son bateau à la prise en charge des femmes. Une zone est aménagée pour elles et les enfants. Aucun homme n'est autorisé à y entrer. Selon les témoignages recueillis à bord, presque toutes les femmes retenues dans les camps de détention, notamment en Libye, ont été victimes de violences sexuelles. (ats)

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Exécuté par les Russes, cet Ukrainien est ressorti de sa tombe
Un uniforme de l'armée ukrainienne à leur domicile a signé l'arrêt de mort de Mykola et de ses deux frères. Mais le destin du jeune homme était tout autre. Il a pu sortir de sa tombe. Récit.

Le 18 mars, des soldats russes sont arrivés devant la maison de Mykola Kulichenko et de ses deux frères dans un village près de Tchernihiv. A ce moment-là, l'armée de Poutine avait déjà assiégé et bombardé la ville au nord-est de Kiev pendant des semaines. Durant l'occupation par les troupes russes, des centaines de personnes ont été tuées dans la région.

L’article