DE | FR
Etre parent est en train de perdre son attrait aux Etats-Unis.
Etre parent est en train de perdre son attrait aux Etats-Unis.Image: shutterstock

Presque un Américain sur deux ne veut plus faire d'enfant

En lisant ce chiffre, assez édifiant, le parallèle avec la crise liée à la pandémie semble tout tracé. Et, pourtant, la peur économique n'est de loin pas la seule raison qui pousse vers ce choix.
23.11.2021, 03:3623.11.2021, 17:51

Etre parent perd de son attrait aux Etats-Unis. Une enquête a été réalisée sur environ 4000 Américains et Américaines (50/50), âgés entre 18 et 49 ans, en octobre dernier. 44% des sondés ont déclaré qu'il était «peu» ou «pas du tout probable» qu'ils aient des enfants. Ce chiffre représente une hausse de sept points, par rapport à la dernière étude publiée en 2018 par le Pew Research Center.

Par ailleurs, déjà avant la pandémie, le nombre de bébés nés au pays de l'Oncle Sam était à son plus bas depuis 1979, selon les données du Centre national des statistiques de la santé.

L'Amérique ne va pas très bien en ce moment:

Les raisons

Les hommes étaient aussi nombreux que les femmes à répondre qu'il était peu probable qu'ils aient des enfants à l'avenir. Cinquante-six pour cent des sondés ont affirmé «qu'ils n'ont tout simplement pas besoin d'avoir des enfants». Voici les autres raisons, comme le rapporte Insider:

  • Médicales, principalement à cause d'infertilité (19%);
  • Financières, surtout les frais de garde ou la peur de perdre son emploi, ce que des millions d'Américains ont connu pendant la pandémie (17%);
  • L'absence d'un partenaire (15%);
  • L'âge des répondants au sondage ou celui de leur partenaire (10%);
  • L'état du monde, en général (9%);
  • Et... le changement climatique (5%).

La fin du stéréotype de la femme qui rêve d'enfants?

S'exprimant dans les colonnes d'Insider, Anna Brown, associée de recherche au Pew Research Center et auteur du rapport de l'enquête, explique également que les femmes décident de plus en plus tardivement si elles souhaitent ou non avoir des enfants.

«Il s'agit de l'accès des femmes à l'éducation et aux opportunités d'emploi. Il s'agit de la montée de l'individualisme. Il s'agit de la montée de l'autonomie des femmes et d'un changement de valeurs»

Aujourd'hui, les millennials (âgés entre 25 et 35 ans) aiment être libres et leurs expériences économiques les ont amenés à s'interroger sur ce qui fait une vie réussie et pleine de sens. «Une vie riche et bien remplie est une vie débordante de créativité, de voyages, d'exploration... ce sont toutes des choses que les enfants rendent plus difficiles à réaliser», toujours selon l'analyse d'Anna Brown.

Quid des parents qui ont déjà des enfants?

Dans le cadre d'une autre enquête, près des trois quarts des adultes qui sont déjà parents disent qu'il est peu probable qu'ils aient d'autres enfants, ce qui, selon l'institut Pew, reste inchangé depuis 2018. Comme pour leurs homologues sans enfants, la plupart des personnes interrogées ont dit qu'ils ne veulent tout simplement pas d'autres enfants.

Les autres ont largement cité l'âge et les raisons médicales comme leurs principaux facteurs de dissuasion d'avoir d'autres bébés, suivis par les raisons financières.

Ailleurs aux Etats-Unis: un 4x4 fonçe dans une parade de Noël dans le Wisconsin

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

C'est officiel, Eric Zemmour annonce sa candidature ce mardi

Link zum Artikel

La ville la plus chère au monde... n'est pas celle que vous croyez

Link zum Artikel

Affaire Baldwin: elle avoue «ne pas vraiment avoir vérifié l'arme»

Link zum Artikel

Les héritiers Gucci se plaignent alors que le film est déjà sorti

Link zum Artikel
Les Pays-Bas présentent des excuses officielles à la communauté transgenre
C'est une première dans le monde. Le gouvernement néerlandais s'est publiquement excusé auprès des personnes transgenres pour une loi qui les obligeaient à subir chirurgie et stérilisation si elles voulaient changer de sexe dans leur papiers d'identité.

Discrète célébration au cœur de la salle du Parlement de La Haye. Samedi 27 novembre, le gouvernement des Pays-Bas a présenté des excuses publiques pour une loi désormais abrogée. Celle-ci imposait aux personnes transgenres de subir une stérilisation ou une intervention chirurgicale lorsqu'elles demandaient à changer de sexe sur leur acte de naissance.

L’article