DE | FR

Attaque djihadiste dans un supermarché en Nouvelle-Zélande, assaillant tué

Un homme proche du groupe djihadiste Etat islamique a poignardé, vendredi, six personnes dans un supermarché d'Auckland, avant d'être tué par la police.
03.09.2021, 09:1903.09.2021, 14:38
Image: sda

Un homme proche du groupe djihadiste Etat islamique a poignardé, vendredi, six personnes dans un supermarché d'Auckland, avant d'être tué par la police. Le suspect était surveillé en permanence par des agents en civil.

Ce que l'on sait sur ce qui est arrivé

Un Sri-Lankais arrivé en Nouvelle-Zélande en 2011 et qui figurait sur une liste antiterroriste des personnes à surveiller, est entré dans un centre commercial de la banlieue d'Auckland, vendredi, s'est emparé d'un couteau sur un présentoir et a commencé à poignarder des passants, a relaté, Jacinda Ardern, la première ministre (c'est elle 👇).

Image: sda

Elle a précisé que six personnes avaient été blessées, dont trois grièvement, avant que des policiers qui le surveillaient n'ouvrent le feu, dans la minute qui a suivi le début de l'attaque.

Ce que l'on sait sur les motivations de l'agresseur

La première ministre a expliqué: «c'est une idéologie violente et inspirée du groupe Etat islamique». Elle a assuré ne pas pouvoir tout dire publiquement sur cet homme qui était surveillé depuis 2016 après une décision de justice.

Ajoutant que cet acte n'était représentatif d'aucune religion ni d'aucune communauté, elle a commenté:

«Ce qui s'est passé aujourd'hui était ignoble, c'était détestable, c'était mauvais.»

Les autorités estiment que l'homme a agi seul et que la population ne court plus aucun risque, a assuré le commissaire de police Andrew Coster.

En 2019, une attaque menée par un suprémaciste

La Nouvelle-Zélande a connu sa pire attaque terroriste en mars 2019 à Christchurch, lorsqu'un suprématiste blanc a ouvert le feu dans deux mosquées, tuant 51 personnes et en blessant 40 autres. (jah/ats)

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Tire, cours et cache-toi»: un Allemand qui se bat pour l'Ukraine raconte
Revendications, liens familiaux, manque de nourriture ou de matériel: Micha, 32 ans, a intégré la légion internationale ukrainienne et raconte son quotidien entre imaginaires collectifs virilistes et ambitions personnelles.

Spécialiste des questions de violence politique, le chercheur Romain Huët, qui avait déjà séjourné en Ukraine en 2014 au moment de la révolution du Maïdan et cette année après le déclenchement de l'offensive russe, a effectué un nouveau séjour sur place dans la deuxième moitié du mois de juillet. Il nous propose plusieurs portraits de personnes qu'il a rencontrées et longuement interrogées durant cette période.

L’article