DE | FR

L'ONU adopte une résolution pour des départs «sûrs»

Image: sda
Le texte adopté par le Conseil de sécurité de l'ONU grave dans le marbre les «engagements» des talibans, en faveur du départ «sûr» de ceux qui veulent quitter l'Afghanistan.
30.08.2021, 21:3431.08.2021, 14:54

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté lundi une résolution gravant dans le marbre les «engagements» des talibans, en faveur du départ «sûr» de ceux qui veulent quitter l'Afghanistan, sans toutefois exiger la zone protégée évoquée par la France.

13 membres sur 15 ont dit oui à la résolution

Treize des 15 membres ont voté en faveur de ce texte rédigé par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni. La Chine et la Russie se sont abstenues.

Dans la résolution, le Conseil dit «s'attendre» à ce que les talibans tiennent tous leurs «engagements», notamment en ce qui concerne «le départ sûr» et «ordonné» d'Afghanistan «d'Afghans et ressortissants étrangers», après le retrait des Etats-Unis qui doit s'achever mardi.

Emmanuel Macron y croit

Dimanche, Emmanuel Macron avait déclaré que Paris et Londres allaient plaider à l'ONU pour la création d'une telle «safe zone» à Kaboul, notamment pour permettre la poursuite des «opérations humanitaires».

«Je pense que ce projet est totalement réalisable. J'ai bon espoir qu'il puisse trouver une issue favorable, je ne vois pas qui pourrait s'opposer à la sécurisation des projets humanitaires»

«Surtout des messages politiques»

Interrogés lundi, des diplomates à l'ONU ont expliqué qu'il ne s'agissait pas d'une «zone protégée» à proprement parler, mais plutôt de tenir les talibans comptables de leur engagement à permettre un «passage sûr» pour les candidats au départ.

«Cette résolution n'est pas opérationnelle, il s'agit surtout de principes, de messages politiques clés et d'avertissements»
Diplomate de l'ONU, interrogée par des journalistes

Selon Richard Gowan, spécialiste de l'ONU à l'organisation de prévention des conflits International Crisis Group, la résolution «adresse au moins un message politique aux talibans au sujet de la nécessité de garder l'aéroport ouvert et d'aider les Nations unies à acheminer l'aide».

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le danger a-t-il augmenté? 10 questions sur la menace nucléaire russe
Vladimir Poutine a ouvertement menacé d'utiliser ses armes nucléaires. Alexander Bollfrass, expert militaire, explique l'ampleur du danger et quelles armes pourraient être utilisées.

«Nous ne bluffons pas», a déclaré Poutine, cette semaine, en s'adressant à l'Occident. Il ne l'a pas explicitement dit, mais le message est passé: la Russie est prête à utiliser l'arme nucléaire si elle estime que son intégrité territoriale est menacée.

L’article