International
Pakistan

Des centaines militants transgenres manifestent au Pakistan

Des militants transgenres manifestent au Pakistan grâce à un film

Selon Amnesty Intenational, 18 personnes transgenres ont été tuées au Pakistan en une année.
Selon Amnesty Intenational, 18 personnes transgenres ont été tuées au Pakistan en une année.Image: sda
Les droits des personnes transgenres font l'objet d'une féroce résistance des partis islamistes pakistanais qui dénoncent l'intrusion de valeurs occidentales.
21.11.2022, 05:2521.11.2022, 07:09
Plus de «International»

Des centaines de militants transgenres ont manifesté dimanche à Karachi pour dénoncer les discriminations à l'égard de leur communauté au Pakistan.

La manifestation est survenue quelques jours après la sortie sur les écrans de «Joyland», un film pakistanais sur la relation d'un homme marié avec une femme transgenre, qui avait initialement été interdit sous la pression de groupes islamistes.

La bande-annonce de Joyland:

«Le temps est venu pour nous de dire aux gens qui nous sommes et ce que nous demandons», a dit à l'AFP Shahzadi Rai, un des organisateurs:

«Nous sommes des êtres humains et nous avons le même coeur, les mêmes sentiments, les mêmes émotions que vous»

Les manifestants ont défilé en chantant et en brandissant des pancartes demandant le respect des droits des personnes transgenres:

«Peu importe votre genre, vous devez avoir les mêmes droits»
Sheema Kirmani, vedette de la danse classique au Pakistan

Avancées contestées

Bien que leurs droits soient a priori protégés par la loi, la plupart des personnes transgenres au Pakistan sont forcées de vivre en marge de la société, devant souvent mendier, danser lors de mariages ou se prostituer pour pouvoir survivre.

En 2009, le Pakistan, un pays de culture conservatrice et patriarcale, a été parmi les premiers au monde à légalement reconnaître un troisième sexe. Puis en 2018, il a adopté une loi accordant aux personnes transgenres le droit de déterminer elles-mêmes leur sexe sur tous les documents officiels et même d'opter pour un mélange des deux.

Mais ces avancées et toutes les tentatives de mieux protéger encore les droits des personnes transgenres au Pakistan ont fait l'objet d'une féroce résistance des partis islamistes qui dénoncent l'intrusion de valeurs occidentales.

Le film «Joyland», qui a obtenu la «Queer Palm», récompense LGBT+, en mai au festival de Cannes et qui représentera le Pakistan aux prochains Oscars, a finalement été autorisé la semaine passée. L'autorité de la censure a annulé une interdiction imposée par le gouvernement sous la pression de partis islamistes. (ats/jch)

Ce photographe se fait braquer durant le shooting d'un mariage
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«J'ai vu un juge suisse dormir au Tribunal»
Donald Trump qui pique du nez sur le banc des accusés? L'affaire a provoqué l'hilarité des journalistes américains. Pourtant, au tribunal, une attaque de paupières est loin d'être rarissime. Témoignages d'habitués du barreau.

Faire l'objet de 34 actes d'accusation, risquer dix ans de taule, tout en aspirant à diriger le monde libre? La perspective a de quoi causer quelques nuits blanches. Pas étonnant que Donald Trump, alors que son procès pénal historique s'ouvrait ce lundi à Manhattan, ait profité de la sélection des jurés pour rattraper quelques heures de sommeil. On précise: aurait profité. Car, en fait, nous n'en savons rien. La «rumeur» est partie d'une chroniqueuse judiciaire du New York Times, assise dans la salle d'audience.

L’article