DE | FR
People

Harry et Meghan sont passés faire un petit coucou à la reine Elizabeth

La reine Elizabeth II de Grande-Bretagne, Meghan, la duchesse de Sussex et le prince Harry regardent un défilé aérien de la Royal Air Force, au-dessus du palais de Buckingham à Londres, en 2018.
La reine Elizabeth II de Grande-Bretagne, Meghan, la duchesse de Sussex et le prince Harry regardent un défilé aérien de la Royal Air Force, au-dessus du palais de Buckingham à Londres, en 2018.Image: sda
Le couple se rend aux Pays-Bas à l'occasion des Invictus Games, compétition sportive ouverte aux blessés et invalides de guerre, fondée par Harry, qui ouvre ce week-end.
15.04.2022, 04:5115.04.2022, 08:25

Le prince Harry a rendu visite à sa grand-mère la reine Elizabeth II jeudi, avec son épouse Meghan, lors d'une halte au Royaume-Uni en route vers La Haye, a-t-on appris auprès d'un porte-parole du couple.

Harry, 37 ans, et Meghan, 40 ans, n'étaient plus venus ensemble au Royaume-Uni depuis leur mise en retrait fracassante de la famille royale il y a deux ans et demi. Ils vivent désormais en Californie.

Selon plusieurs médias, le couple a rendu visite à la souveraine, qui doit fêter son 96e anniversaire dans quelques jours, au château de Windsor dont elle a fait sa résidence principale et qui est situé à une quarantaine de kilomètres de Londres.

Absent fin mars à la cérémonie en hommage à son grand-père le prince Philip, décédé il y a un an à 99 ans, Harry a été accusé dans le tabloïd The Sun de snober l'événement ainsi que la reine.

Lors de l'annonce de l'absence du couple à la cérémonie, un porte-parole avait souligné qu'ils espéraient rendre prochainement visite à la reine, dont les 70 ans de règne seront célébrés début juin lors de plusieurs jours de festivités.

La mise en retrait de la famille royale a mécaniquement privé Harry et Meghan de la protection policière qui leur était jusque-là accordée au Royaume-Uni aux frais du contribuable britannique.

Harry a proposé de prendre en charge les frais et a contesté devant la justice le refus qui lui a été opposé par le ministère de l'Intérieur. (ats/jch)

En parlant de people: Ouverture des débats par l'avocat de Johnny Depp

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Vexés et frustrés, les Russes convoquent «The Terminator»
Pour Poutine, plus question de bander mou sur le territoire ukrainien. Le taux de testostérone militaire grimpe donc d'un cran avec l'arrivée du BMPT «Terminator». Agile et lourdement blindé, ce «char qui protège les chars» abrite les rêves de victoire d'une armée russe qui, avant les petites avancées dans le Donbass, étaient plutôt abonnée aux pannes à répétition. Portrait.

«Terminator» est né en 1998 et porte tous les espoirs d'une nation. Comme Kylian Mbappé. Ici s'arrêtent les comparaisons, même si Vladimir Poutine abandonnerait volontiers quelques maîtresses et deux ou trois généraux s'il avait l'assurance que son engin de 47 tonnes pouvait se montrer aussi efficace sur la ligne d'attaque que le chouchou d'Emmanuel Macron. Présenté comme la botte secrète du Kremlin, ce gros char au blindage réactif est d'abord une bestiole qui permettrait à l'armée russe de ne pas trébucher définitivement sur la résistance ukrainienne.

L’article