DE | FR
People

40 ans après la mort de Bob Marley, voici comment sa famille exploite son nom

Image: keystone/shutterstock
Café organique, weed ou encore vêtements: Alors que l'on fête aujourd'hui les 40 ans de la mort du roi du reggae, sa famille a su tirer de son deuil un business lucratif. Avec le risque de voir l'icône de l'anti-matérialisme se changer en marque. Retour, en musique.
11.05.2021, 18:2812.08.2021, 16:41
Suivez-moi

Le 11 mai 1981, Robert Nesta Marley, dit Bob, mourait à Miami d'un cancer généralisé. Si ses nombreux enfants s'occupent de poursuivre son héritage musical grâce à leurs propres carrières de chanteurs, depuis 40 ans, jour pour jour, le nom et l'image de la superstar du reggae font également l'objet d'une récupération purement commerciale.

Concrètement, ses descendants en ont fait une marque et exploitent son mythe pour se faire de la thune. Bien sûr, cela n'est pas nouveau. C'est même le cas pour la plupart des artistes très connus. Sauf que Bob Marley était un anticapitaliste convaincu (comment oublier Burnin' and Lootin?), rendant cette situation pour le moins ironique. Une ironie qui a probablement échappé à certains de ses enfants. Tour d'horizon.

La weed

C'est très cliché, mais s'il faut évoquer un produit associé à Bob Marley, c'est bien à Miss Marie Jeanne que l'on pense en premier. Le visage et le nom de la star ont été utilisés, de manière plus ou moins licite, sur une multitude d'accessoires liés au cannabis.

Depuis quelques années, ce lien est devenu officiel. En 2014, la famille de Bob Marley s'est associée à un fonds américain de private equity pour lancer «Marley Natural», une gamme de produits à base de cannabis destinés aux pays où ce produit est légal.

«Il voyait l'herbe comme quelque chose de spirituel de nature à réveiller notre bien-être, approfondir notre réflexion, nous relier à la nature et libérer notre créativité», explique dans le Guardian sa fille Cedella, impliquée dans le projet.

Dans Kaya (1979), Bob Marley louait notamment les bienfaits du cannabis

Bien qu'elle voit cette opération comme «une façon authentique d’honorer l'héritage de son père», pas tous les fans de Marley partagent cet avis. Cela leur ferait même monter le sang dans les yeux.

Le café

Sixième fils du chanteur, Rohan Marley est né en 1972. D'abord musicien et footballeur, en 2007, il devient entrepreneur et lance une marque de café bio et local appelée «Marley Coffee».

«La vie de Bob Marley a été guidée par le respect de la nature et de l’humanité. Sa famille perpétue cet héritage en tant que force œuvrant pour le bien commun que l’on retrouve dans chaque tasse de café Marley Coffee», peut-on lire sur son site internet.

S'il est vrai que le visage de Bob n'apparaît pas dans le logo ou l'identité visuelle de Marley Coffee, Rohan n'a pas renoncé à tout lien avec son père: les mélanges proposés par sa marque portent le titre de ses chansons les plus célèbres parmi lesquels on compte:

Buffalo Soldier (1978)

Get Up Stand Up (1973)

One Love (1977)

Les vêtements

Cedella Marley n'est pas seulement impliquée dans le business de l'herbe. La première fille de Bob, née en 1967, est aussi styliste.

Cette «descendante de la royauté du reggae, chanteuse accomplie, auteure inspirante, créatrice de mode aventureuse et entrepreneuse visionnaire» (c'est son site qui le dit, pas nous) a lancé plusieurs lignes de vêtements depuis 2001. Chacune porte le titre d’une chanson ou d’un album de son papa tels que Catch a Fire, High Tide ou encore Nice Time et Is This Love dont voici les musiques.👇

Nice Time (1967)

Is This Love (1978)

Il paraît que, juste avant de mourir, Bob Marley avait lancé quelques mots à son fils David Nesta (dit Ziggy), alors âgé de 12 ans. «L’argent ne peut pas acheter la vie», lui aurait-il notamment soufflé. Peut-être pas la vie, semblent lui répondre ses enfants, mais sûrement plein d'autres choses.

Bob Marley en images

1 / 10
Bob Marley, superstar du reggae, mourait il y a 40 ans
source: ap
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Révolte en Iran: ces femmes criblées de balles dont on découvre le visage
Ghazaleh Chalabi, Hadis Najaf, Hananeh Kian. Depuis le début de la révolte iranienne, les réseaux sociaux ressemblent à un tombeau ouvert: après neuf jours de manifestations, et la mort de Mahsa Amini, 54 jeunes femmes auraient déjà perdu la vie. La sauvage répression de la «police des mœurs» a, désormais, plusieurs visages.

Ghazaleh Chalabi, Hadis Najaf, Hananeh Kian. Un seul combat, plusieurs visages. Il y a neuf jours, la population iranienne s'est littéralement soulevée à la mort de Mahsa Amini, cette jeune femme arrêtée mi-septembre pour «port de vêtements inappropriés». Des manifestations, menées principalement par les femmes, ont éclaté dans tout le pays. Dans les rues, mais également sur les réseaux sociaux. Un mouvement de protestation qui fait de dramatiques ravages. Chiffres officiels? 41 décès. Chiffres de l'ONG Iran Human Rights, basée à Oslo? 54.

L’article