DE | FR

Facebook soutient la démocratie en Birmanie

Bild

Le peuple birman manifeste pour la démocratie. shutterstock

Le réseau social a fermé tous les comptes liés à l'armée birmane. L'interdiction a pour but d'empêcher les violences meurtrières contre les manifestants pro démocratie.



«Les risques d'autoriser les forces militaires birmanes sur Facebook et Instagram sont trop grands», a annoncé Facebook qui précise: «L'interdiction a pour but d'empêcher les généraux birmans d'abuser de notre plate-forme». Cette décision, qui prend effet immédiatement, interdit également toute publicité.

La Birmanie a vécu un push militaire récemment.

L'armée a beaucoup utilisé Facebook contre les manifestants pro démocratie. Depuis sa prise du pouvoir, les forces militaires ont arrêté des centaines d'entre eux, ordonné des coupures nocturnes de l'Internet et interdit plusieurs médias sociaux.

Les comptes Facebook et Instagram de l'armée birmane ferment avec effet immédiat. facebook / twitter

«Les événements depuis le coup d'Etat du 1er février, y compris des violences meurtrières, ont précipité la nécessité de cette interdiction», a encore expliqué le géant de la Silicon Valley.

Ces dernières années, le réseau social a interdit des centaines de pages liées à l'armée, mais est resté largement critiqué pour son manque d'efficacité dans la lutte contre les publications malveillantes dans le pays. (ats)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

«Berset était obligé de lâcher un peu de lest»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

En Birmanie, l'armée assiège les manifestants et fouille les maisons

Les militaires ont encerclé des centaines de contestataires dans un quartier de Rangoun. Quiconque sera surpris en train de les cacher sera puni.

Dans la nuit de lundi à mardi, des centaines de manifestants, dont de nombreuses Birmanes venues célébrer la journée internationale des droits des femmes, ont été acculés pendant des heures dans le quartier de Sanchaung, à Rangoun. Les forces de sécurité ont fouillé les maisons à la recherche de manifestants et des détonations ont été régulièrement entendues.

«La police a inspecté toutes les habitations de la rue», a relaté un résident. «Ils nous ont dit de ne pas les regarder, sinon ils …

Lire l’article
Link zum Artikel