DE | FR

Crise politique au Salvador après un vote contesté du Parlement

epa09174878 Members of civil society organizations demonstrate against the dismissal of magistrates of the Constitutional Chamber of the Supreme Court of Justice in San Salvador, Salvador, 02 May 2021. The protesters have raised their voices for what they consider a dictatorial move on the part of country's President Nayib Bukele.  EPA/Rodrigo Sura

Image: sda

Une tempête politique secoue le Salvador après le vote par le Parlement de la révocation des juges de la Cour suprême hostiles au président Nayib Bukele.



Une décision qualifiée de putsch par l’opposition et qui suscite des inquiétudes internationales. Les alliés du président ont destitué, lors de leur investiture samedi, l’ensemble des magistrats de la chambre constitutionnelle de la Cour suprême pour avoir émis des jugements « arbitraires ».

Les parlementaires ont aussi voté la destitution du procureur général du Salvador, Raul Melara, considéré comme proche d’un parti d’opposition.

«Et le peuple du Salvador, à travers ses représentants, a dit : DESTITUÉS !», s’est félicité le président Bukele

Populaire pour sa volonté de combattre le crime organisé et l’insécurité, le président de 39 ans s’était opposé plusieurs fois à la Cour suprême et au parquet général. Au pouvoir depuis 2019 dans ce pays d’Amérique centrale, il a bousculé la classe politique traditionnelle, discréditée par des affaires de corruption.

Tentative de putsch

Les juges évincés, dont les remplaçants ont été aussitôt désignés par les parlementaires de la majorité, ont refusé de quitter leur poste, invoquant «l’inconstitutionnalité du décret de destitution». Minoritaires au Parlement, le parti de droite Arena et l’ex-guérilla d’extrême gauche du Front Farabundo Martí pour la libération nationale (FMLN) ont dénoncé une tentative de putsch.

La «grave préoccupation» de Washington

Les Etats-Unis ont critiqué cette mesure et prévenu qu’elle pourrait porter atteinte à leurs relations avec le Salvador, précise CNN. Le secrétaire d’État Antony Blinken s’est entretenu dimanche avec Nayib Bukele par téléphone, exprimant la «grave préoccupation» de Washington.

«Je condamne les mesures prises par le pouvoir politique pour démanteler et affaiblir l’indépendance judiciaire des magistrats en révoquant des membres de la Chambre constitutionnelle», Diego Garcia-Sayan, rapporteur spécial de l’ONU sur l’indépendance des juges et des avocats.

Des ONG tirent la sonnette d'alarme

Selon le directeur exécutif de Human Rights Watch, José Miguel Vivanco, «Bukele rompt avec l’État de droit et tente de concentrer tout le pouvoir dans ses mains», rapporte el Pais.

Élu en 2019 pour un mandat de cinq ans, Bukele contrôle avec ses alliés depuis les élections parlementaires de février, 61 des 84 sièges du Congrès unicaméral. Une situation inédite depuis les accords de paix de 1992 qui ont mis fin à 12 années de guerre civile. Les penchants autoritaires du président lui valent des critiques véhémentes de ses opposants. (ga)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Légaliser le cannabis en Suisse? Ailleurs, ça roule!

La Suisse s’approche toujours plus d’une légalisation du cannabis consommé à des fins récréatives. Quel effet dans les pays qui ont déjà franchi le pas?

Dès le 15 mai, les cantons pourront soumettre une demande à la Confédération pour participer aux essais de distribution de cannabis à des fins récréatives.

L’objectif: fournir une base scientifique aux futures décisions sur la réglementation du cannabis en Suisse. Mais la légalisation, ça marche ou pas? Tour du monde des différents modèles connus.

Qui n’a jamais été faire un tour à Amsterdam pour fumer des joints visiter cette belle ville riche culturellement? Aux Pays-Bas, le cannabis n'est …

Lire l’article
Link zum Artikel