DE | FR
Mélenchon, Le Pen, Taubira, Zemmour... Malgré leur médiatisation, aucun de ces candidats n'a rempli la condition indispensable des 500 parrainages.
Mélenchon, Le Pen, Taubira, Zemmour... Malgré leur médiatisation, aucun de ces candidats n'a rempli la condition indispensable des 500 parrainages.
Présidentielle 2022

Même les candidats les plus connus galèrent à obtenir leurs parrainages

Pour pouvoir se présenter à l'élection présidentielle française, les candidats doivent rassembler 500 parrainages avant le 4 mars. Où en sont-ils? Tour d'horizon des principales figures de la campagne. Il risque de vous étonner.
21.02.2022, 13:1022.02.2022, 08:30
Suivez-moi

Tout candidat à la présidentielle qui se respecte doit remplir une condition sine qua non avant se présenter en avril: avoir obtenu au moins 500 parrainages d'élus français, et ce avant la date fatidique du 4 mars.

Mais au fait, c'est quoi ce parrainage?
Ce dispositif permet d'éviter d'avoir trop de candidats et d’écarter les candidatures fantaisistes. Chaque élu (qu'il soit député, sénateur, maire, représentant au Parlement européen...) ne peut parrainer qu’un seul candidat. Son choix est irrévocable (si, par exemple, le candidat parrainé renonce à se présenter, l’élu ne peut pas parrainer un autre candidat). Pour vous donner une idée, la liste des élus habilités à présenter un candidat représentait quelque 42 000 personnes en 2017.
Dernière précision: récolter 500 parrainages seuls ne suffit pas. Il faut, en outre, garantir une certaine «représentativité nationale». Les parrainages doivent émaner d’élus d’au moins 30 départements ou collectivités d’outre-mer différents.
vie-publique.fr

Jeudi dernier, trois nouveaux candidats ont rejoint la liste des prétendants déjà qualifiés pour la course officielle: le communiste Fabien Roussel, Jean Lassalle qui a son propre parti et Nathalie Arthaud du parti Lutte ouvrière.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, des candidats nettement plus médiatisés comme Jean-Luc Mélenchon, Eric Zemmour ou Marine Le Pen ne sont pas aussi avancés. Voici un petit pointage des parrainages (étonnant) des candidatures les plus scrutées.

Valérie Pécresse

Image: sda

La candidate des Républicains Valérie Pécresse est en tête des suffrages. Le dernier état des lieux du Conseil constitutionnel publié jeudi dernier la plaçait à l'avant du peloton, avec 1945 parrainages.

Emmanuel Macron

Image: sda

Il n'est toujours pas officiellement candidat, mais le président Emmanuel Macron dispose déjà des plus de 500 signatures nécessaires pour se présenter à l'élection au mois d'avril. Il en compte désormais 1345.

Anne Hidalgo

Image: sda

Si la maire de Paris peine à décoller dans les intentions de vote (1,5%), elle est au bénéfice de 1074 suffrages. Elle se présente déjà comme la seule représentante possible pour la gauche.

Nathalie Arthaud

Image: Wikimedia CC 4.0

La candidate de Lutte ouvrière (LO) Nathalie Arthaud a validé sans problème sa candidature pour l'élection présidentielle. Elle compte déjà 529 signatures. C'est la troisième fois consécutive, après avoir réussi en 2012 et 2017. Comment expliquer ce rapide succès, malgré son faible poids politique? «C'est notre implantation locale qui explique ces parrainages», explique la candidate à France info.

Fabien Roussel

Image: sda

Le candidat du Parti communiste français (PCF) a enfin atteint le quota, avec 529 voies, selon le dernier décompte du Conseil constitutionnel. Il s’est dit «agréablement surpris» de voir des parrainages émaner d’élus non communistes. Fabien Roussel est crédité de 4% d’intentions de vote au premier tour.

Jean Lassal

GIF animéJouer au GIF
(Faute d'autres images, voici un GIF du candidat en train de manger une banane.)

Le député béarnais du parti Résistons!, Jean Lassal, a rempli pour la deuxième fois la condition nécessaire pour se porter candidat. Il avait déjà remporté le pari pour l'élection de 2017. Le 17 février, il comptait 503 parrainages.

Yannick Jadot

Image: sda

Yannick Jadot approche du but. Le candidat écologiste n’est plus qu’à dix parrainages du minimum nécessaire pour pouvoir participer au premier tour, avec un total de 490.

Nicolas Dupont-Aignan

Image: AP

Le candidat souverainiste (Debout la France) engrange petit à petit les soutiens nécessaires. Il vient de passer le seuil des 379 parrainages.

Jean-Luc Mélenchon

Image: AP

Le leader de La France insoumise (LFI) n'a pour l'instant que 370 paraphes malgré ses 10% d'intentions de vote. Il vient d'obtenir le parrainage bienvenu de David Lisnard, le maire LR de Cannes et porte-parole de Valérie Pécresse, dans la campagne pour les élections présidentielles. Ce dernier a justifié ce parrainage a priori paradoxal, par souci «démocratique».

Marine Le Pen

Image: sda

Alors qu’elle a actuellement 366 signatures, la candidate du Rassemblement national (RN) a affirmé n’avoir «jamais été aussi inquiète».

Eric Zemmour

Image: sda

Son concurrent d’extrême droite, Eric Zemmour, a lui assuré dimanche qu’il était «très possible» qu’il n’obtienne pas les 500 parrainages nécessaires. Il détient actuellement 291 signatures. Il a estimé que l’élection serait «illégitime» s’il n’obtenait pas ces 500 parrainages.

Christiane Taubira

Image: sda

La candidate de gauche Christiane Taubira n'a pour l'instant que 86 parrainages. L’ancienne ministre de la Justice assure pourtant avoir reçu «plus de 600 promesses de parrainages». Quoi qu'il en soit, la barre des 500 semble presque impossible à atteindre d'ici au 4 mars.

Fun fact: les candidats improbables ont aussi reçu des parrainages
Bien que la plupart des candidats le soient bien de leur plein gré, les élus ont le droit de parrainer qui ils veulent. Ainsi, l'ancien président François Hollande a reçu son premier parrainage le 15 février. De même que l'humoriste de France Inter, Guillaume Meurice.

On a des nouvelles de Kim Jong-un, il va bien, il fait du cheval

Tous nos articles sur la présidentielle 2022:

Valérie Pécresse est-elle une féministe de droite?

Link zum Artikel

Eric Zemmour veut construire un mur anti-immigration «à la Trump»

Link zum Artikel

La jeunesse macronienne joue de l'érotisme pour sa précampgne

Link zum Artikel

Fabien Roussel, le candidat steak-frites qui redonne espoir en France

Link zum Artikel

«Face à Baba»: le cas Mélenchon a mis en lumière l'arnaque d'Hanouna

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ces militants dégoûtés par leur héros Eric Zemmour et son parti
«Reconquête!», le parti d'Eric Zemmour, désormais candidat aux législatives (qui auront lieu à la mi-juin), compte des déçus parmi ses jeunes militants. En cause, un manque de reconnaissance crasse.

Le parti de celui qui voulait rompre avec les partis politiques traditionnels semble finalement être un parti comme les autres. Avec les mêmes hiérarchies, les mêmes tromperies, les mêmes machines à désillusion. Le Monde a recueilli les témoignages de jeunes militants dont le désenchantement est à la mesure de leur engagement – non récompensé – pour Eric Zemmour et la cause qu'il porte désormais dans le cadre des élections législatives, comme candidat dans le Var.

L’article