DE | FR
Présidentielle 2022

«Choix de la raison», «moindre mal»: les médias suisses saluent la victoire de Macron

Sans se bercer d'illusions sur le nouveau quinquennat, les médias suisses ont dans l'ensemble salué la réélection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République française. Tour d'horizon.
25.04.2022, 06:2325.04.2022, 06:30

Dans son éditorial, le quotidien neuchâtelois Arcinfo donne le ton:

«La France a évité le pire. Pour le mieux, il faudra attendre. Emmanuel Macron peut savourer sa victoire. Mais le temps de la célébration sera bref»

Au TJ de la RTS, Laurent Burkhalter a estimé que le «combat ne faisait que commencer». Ukraine, réforme des retraites, inflation, pouvoir d'achat: les défis sont nombreux, et «la colère pourrait exploser» en France, a-t-il prévenu.

Image: sda

Le Temps, sous la plume de Richard Wehrly, évoque aussi la colère:

«La grande question, désormais, est de savoir si ce président de 44 ans, largement réélu parce qu’il entend maintenir son pays arrimé à l’Union européenne, peut répondre aux colères des électeurs du Rassemblement national, mais aussi à celles des 28% d’abstentionnistes, un record sous la Ve République.»

Même tonalité du côté du correspondant à Paris des titres romands de Tamedia, Alain Rebetez.

«Cette victoire ne doit pas occulter l’état de tension du pays»

Et d'ajouter: «En cinq ans, l’électorat de Marine Le Pen a progressé, au second tour, de 34% à 42% des voix exprimées. L’abstention également a progressé et si l’on additionne les bulletins blancs ou nuls (...), c’est une très forte minorité, peut-être même une majorité qui a exprimé un vote contestataire».

Le Courrier n'y va pas par quatre chemins: «Visiblement, le vote barrage fonctionne toujours. Ce qui est une bonne nouvelle, tant il est vrai que si les deux candidats sont issus du même moule libéral fait de démantèlement social et de cadeaux au grand capital, l’arrivée au pouvoir de l’héritière d’un parti fasciste aurait eu des effets dévastateurs», écrit-il.

La Liberté, par la voix de son rédacteur en chef François Mauron, est d'avis que «les Français ont fait le choix de la raison. En confiant les clés du Palais de l’Elysée à Emmanuel Macron, ils optent pour une forme de continuité rassurante plutôt que d’engager leur pays sur la pente savonneuse qu’aurait représentée l’élection de Marine Le Pen».

Regard plus sombre Outre-Sarine

Pour l'hebdomadaire conservateur Die Weltwoche, si Macron a été souverainement réélu, son parti pourrait bien ne plus obtenir la majorité aux législatives en juin. «Le big bang de la politique française continue», observe le journal. «L'euphorie est passée.»

Sur son site internet, la radio-télévision alémanique SRF estime simplement que:

«L'élection d'Emmanuel Macron correspond à la logique du moindre mal. L'aversion envers Marine Le Pen était trop forte»

Le Tages-Anzeiger évoque un «soulagement à Paris». Mais l'heure n'est pas à l'euphorie. «Beaucoup de Français doivent avoir poussé un léger ouf de soulagement. Cela s'est encore une fois bien passé», note le journal en tentant de résumer le sentiment général.

«Emmanuel Macron va devoir réconcilier un pays fatigué»

Pour la NZZ, Emmanuel Macron a «triomphé sans éclat». Au final, «la raison l'a emporté, mais le pays reste très polarisé, et le dégoût de la politique est important. Le président y a contribué. Il faut y remédier». (ats)

Macron et Merkel ne savent pas comment se dire adieu

Plus d'articles sur le deuxième tour de la présidentielle

Le récap' du premier tour en mèmes

Link zum Artikel

5 ans après son échec, comment Le Pen prépare son débat face à Macron

Link zum Artikel

«Ni Macron, ni Le Pen!» La Sorbonne assiégée par des étudiants en colère

Link zum Artikel

Macron contre Le Pen, place au duel télévisé

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Risque-t-on une pénurie d'huile en Suisse? Voici ce que l'on sait
Chez nos voisins français, les rayons contenant de l'huile de tournesol sont vides, mais qu'en est-il en Suisse? Doit-on craindre une pénurie? Explications en trois points.

La crainte d'une pénurie est sur toutes les lèvres: la France voit ses rayons d'huile de tournesol vidés par les consommateurs inquiets. Doit-on craindre des conséquences semblables? Réponses des principaux acteurs suisses de la grande distribution.

L’article