DE | FR
Image: Watson
Présidentielle 2022

6 points pour comprendre pourquoi la Corse est à feu et à sang

Depuis deux semaines, la Corse est déchirée par de violentes émeutes. Au point de raviver ses vieilles tentations autonomistes. Récap' de cette situation explosive en six points.
16.03.2022, 18:1116.03.2022, 18:35
Suivez-moi

Criques aux eaux cristallines, paysages sauvages, ports où il fait bon s'attabler pour observer les pêcheurs. Voilà pour le décor. Le théâtre de cette petite île méditerranéenne de 340 000 habitants semble quelque peu décalé pour abriter cette déferlante d'émeutes. Mais les faits sont là: depuis deux semaines, le gouvernement français ne parvient pas à contenir la vague de violences qui ébranle la Corse.

L'agression d'Yvan Colonna

Tout est parti d'Arles, dans le Sud de la France, le 2 mars 2022.

Alors qu'il s'adonne à ses exercices de musculation, seul, dans une salle de l'établissement pénitentiaire, le détenu Yvan Colonna, d'origine corse, est violemment agressé par un autre détenu, un djihadiste de 36 ans, connu pour son tempérament violent.

Qui est donc ce Yvan Colonna?
Un berger indépendantiste condamné pour le meurtre d'un préfet corse, Claude Erignac, commis à Ajaccio le 6 février 1998. Après plusieurs années de cavale, le fugitif a été arrêté dans une bergerie, le 4 juillet 2003, raconte le Parisien dans un long récit. Huit ans plus tard et après trois procès, celui qui affirme n'avoir «jamais tué» personne a été condamné le 20 juin 2011 à la réclusion criminelle à perpétuité. Il a toujours nié les faits.

Cette agression laisse Yvan Colonna dans un état «gravissime», selon son avocat Patrice Spinosi dans une interview pour France Inter. Actuellement, il se trouve encore dans le coma, entre la vie et la mort.

Mais comment cette attaque, aussi grave soit-elle, d'un prisonnier détenu bien loin de son île, a-t-elle pu semer à ce point la pagaille? C'est qu'en fait, Yvan Colonna constitue un symbole.

Le problématique statut de «DPS»

L'étincelle qui a mis le feu aux poudres est précisément le statut de «détenu particulièrement signalé» (DPS) dont est affublé le Corse.

Qu'est-ce que c'est, un «détenu particulièrement signalé»?
Ce statut particulier s'applique aux personnes ayant commis «des atteintes graves à la vie d’autrui, des viols ou actes de torture et de barbarie ou des prises d’otage en établissement pénitentiaire». Ces détenus nécessitent donc des dispositions spécifiques (emplacement de leur cellule, etc.). Au quotidien, ils font surtout l’objet d’une vigilance accrue, explique le journal La Croix.

Aussi et surtout, ce statut empêche les détenus corses de longue durée de purger leur peine sur leur île – les prisons y étant dépourvues des normes sécuritaires requises.

Or, cela fait des années qu'Yvan Colonna demande la levée de cette mesure. Idem pour ses deux coaccusés dans l'affaire Erignac, Alain Ferrandi et Pierre Alessandri. Le changement leur aurait permis d’être transférés en Corse depuis déjà plusieurs mois. Les demandes de rapprochement ont toutes été refusées.

Pour Gilles Simeoni, le président du Conseil exécutif de la collectivité de Corse et ancien avocat d’Yvan Colonna, ce constat est insupportable. Au lendemain de l'agression de son ex-client, il affirme sur franceinfo:

«L'État porte une responsabilité majeure, accablante, dans cette affaire»

«Si le droit au rapprochement avait été appliqué, le drame de ce matin n'aurait pas eu lieu», estime-t-il.

Des manifestations qui tournent à l'émeute

L'agression d'Yvan Colonna provoque l'émoi sur son île d'origine. Etudiants, lycéens, organisations nationalistes ou syndicats se mobilisent et descendent dans la rue pour soutenir l'ancien militant indépendantiste, à grands renforts de banderoles «Gloire à toi Yvan» et «Etat français assassin», détaille Sud Ouest.

Les tensions montent crescendo. A Bastia, Calvi, Ajaccio, plusieurs manifestations virent à l'émeute. Rapidement, les banderoles sont remplacées par des cocktails Molotov, bombes agricoles, raquettes de tennis, pavés déchaussés et cailloux récupérés sur les voies ferrées. Elles s'achèvent à coups de gaz lacrymogènes et canons à eau par les forces de l'ordre, raconte Corse Matin.

Bilan final: plus d'une centaine de blessés à Bastia dimanche dernier, des bâtiments publics et des résidences secondaires sont incendiés.

Résultat: «Dans un esprit d'apaisement», le Premier ministre français Jean Castex lève le 14 mars le statut de DPS d'Yvan Colonna.

Le lendemain, le Ministère français de la justice approuve également les demandes de Pierre Alessandri et Alain Ferrandi – lesquels devraient pouvoir purger le reste de leur peine dans une prison corse.

Si d'aucuns prennent cette décision comme une provocation, (Colonna se trouvant désormais entre la vie et la mort dans un hôpital de Marseille), c'est aussi la preuve, pour certains protestataires, que seuls l’affrontement et la force paient... là où la politique et les négociations avec Paris échouent.

Le réveil de vieilles frustrations et du nationalisme corses

Quoi qu'il en soit, l'agression d’Yvan Colonna a réveillé «deux volcans», analyse Le Temps:

  • Des frustrations sociales et économiques de longue date. Le sentiment d'être ligoté «par Paris au nom d’une fausse représentation de la société insulaire».
  • Le nationalisme armé, avec lequel la plupart des élus régionaux autonomistes ont décidé de rompre il y a plus de vingt ans, en échange d'une certaine autonomie.

Comme le précise le sociologue Jean-Louis Fabiani, à L'Express: «L'idéologie de l'autonomie a gagné l'hégémonie culturelle, tout le monde est convaincu que la Corse est une entité». De fait: depuis l'été dernier, les trois quarts des bancs de l'hémicycle territorial sont occupés par des élus autonomistes et indépendantistes.

Le gouvernement français tente «l'apaisement»

Désormais, la majorité autonomiste exige un «dialogue de fond». Elle attend de pied ferme Gérald Darmanin, qui s'est vu refiler le dossier par le président Macron.

Les responsables nationalistes corses exigent déjà plusieurs choses:

  • Le retour physique dans l'île des prisonniers, voire même leur libération.
  • La création d'une commission d'enquête parlementaire sur les conditions de l'agression d'Yvan Colonna.
  • L'ouverture d'un véritable processus politique prenant en compte les demandes des Corses pour davantage d'autonomie.

Dans une interview accordée à Corse Matin avant sa visite sur l'île cette semaine, Darmanin a pris tout le monde par surprise en affirmant sans détours:

«Nous sommes prêts à aller jusqu'à l'autonomie»

C'est une première: jamais un représentant du gouvernement français n'avait ouvert ainsi la porte à la revendication de longue date des nationalistes corses. «Après, la question est de savoir ce qu’est cette autonomie. Il faut qu’on en discute», a précisé le ministre de l’Intérieur. Il n'a fourni aucune indication sur les compétences dont bénéficierait la Corse si jamais elle obtenait ce statut.

Mais avant tout, le ministre de l'Intérieur pose comme condition à toute discussion le retour au calme et la fin des violences.

La France est-elle prête à accepter l'indépendance?

Invité sur le plateau de BFM TV, Gérald Darmanin a insisté sur le fait que le processus autour de cette revendication serait «long». «J'ai dit que [nous serions prêts à aller] jusqu'au statut d'autonomie. Cela veut dire qu'à mon avis, il y a aussi d'autres étapes possibles», a déclaré le nouveau monsieur Corse du gouvernement.

«Je commence une négociation, l'esprit ouvert», a assuré Gérald Darmanin. Quoi qu'il en soit, «nous devons discuter cependant des difficultés que nous avons depuis très longtemps». La pression sur les épaules de Darmanin est grande:

«Il n'y aurait rien de pire qu'un énième rendez-vous manqué, l'embrasement serait devant et pas derrière nous»
Le député Jean-Félix Acquaviva, cité par Sud Ouest.

En ce qui concerne le calendrier, Gérald Darmanin a rétorqué à BFM TV: «Il y a une élection présidentielle, donc il est sûr que c'est dans le prochain mandat d'un prochain président de la République ou d'une prochaine présidente de la République.»

Des promesses dont les Corses prendront bonne note.

Les vacances, c'est pas toujours super

1 / 27
Les vacances, c'est pas toujours super
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur la présidentielle:

Pourquoi le président Macron s'est fait taper sur les doigts

Link zum Artikel

Le débat entre Pécresse et Zemmour en dix punchlines

Link zum Artikel

Ils sont douze... mais il n'en restera plus qu'un le 24 avril

Link zum Artikel

Valérie Pécresse, cette mine d'or de tweets et de mèmes

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Etats-Unis: Une fusillade dans une école primaire fait au moins 14 morts
Une fusillade dans une école primaire à Uvalde, au Texas, a fait plusieurs dizaine de morts et de blessés. Le suspect, un adolescent de 18 ans, est également décédé.

Quatorze élèves et un enseignant sont morts après une fusillade à Robb Elementary School à Uvalde, au Texas, selon le gouverneur Greg Abbott, cité par ABC News.

L’article