International
Présidentielle 2022

Pourquoi personne n'aime Manuel Valls

Depuis 2014, l'ex-premier ministre Manuel Valls n'a pas la vie politique facile.
Depuis 2014, l'ex-premier ministre Manuel Valls n'a pas la vie politique facile. image: keystone
Présidentielle 2022

Pourquoi personne ne peut blairer Manuel Valls

Et ce n'est pas seulement parce qu'il s'est copieusement tapé l'incruste au tout premier rang lors de la réélection d'Emmanuel Macron… alors qu'il n'était même pas invité.
25.04.2022, 19:1226.04.2022, 06:43
Suivez-moi
Plus de «International»

C'est ce qui s'appelle faire une apparition remarquée. Manuel Valls, ex-premier ministre français, s'est particulièrement bien positionné dimanche soir, lors du discours de réélection d'Emmanuel Macron. Au premier rang, glissé, sans une once de discrétion, entre les alliés de la première heure: Jean Castex, François Bayrou, François Patriat... Ben ouais quoi, quand il y a de la gêne, y'a pas de plaisir.

Lui-même n'a pas eu l'air de savoir exactement ce qu'il faisait là.
Lui-même n'a pas eu l'air de savoir exactement ce qu'il faisait là.image: keystone

Plusieurs observateurs n'ont pas manqué de s'étonner de cette présence inattendue.

«On ne savait pas qu’il serait là», a affirmé l’entourage du président réélu à Libération. La soirée sur le Champ-de-Mars, «c’était du placement libre» confirme quelqu'un d'autre. En d'autres termes: Manuel Valls s'est tapé l'incruste au premier rang du camp Macron, et sa présence n'y était pas désirée outre mesure.

«L'homme à abattre»

Ce n'est de loin pas la première fois que Manuel Valls fait figure de persona non grata sur la scène politique française. En 2017 déjà, aux yeux d'une partie des socialistes et de l'aile gauche, Valls n'est rien de plus que «l'homme à abattre», «l'ennemi public numéro 1», ou encore celui qu'on «adore détester», selon Le Point. Aïe.

L’ancien bras droit de François Hollande s’en est souvent pris plein la figure. Et ce, dès son accession à Matignon, en avril 2014. On déniche ses principaux détracteurs au sein même de son parti. Toutes tendances confondues, Manuel Valls incarne le bouc émissaire tout désigné de la gauche. «Le symbole de l'acharnement du parti socialiste à s'autodétruire», assène carrément Les Echos.

Parmi les principaux chefs d'inculpation: il aurait durci et «droitisé» le quinquennat Hollande, précipité son président au cimetière des éléphants politiques... et, cerise sur le gâteau, conduit à l’avènement d'Emmanuel Macron.

En 2015, aux côtés de l'ancien président François Hollande et de l'actuel, Emmanuel Macron.
En 2015, aux côtés de l'ancien président François Hollande et de l'actuel, Emmanuel Macron.image: keystone

Parmi ses anciens collaborateurs, on ne mâche pas ses mots: «Je me suis toujours méfié de lui. J’ai toujours pensé qu’il était surcoté, personnel», confie au Monde Pierre Moscovici, ancien ministre de François Hollande.

«Manuel, c’est un 50 cc: la carrosserie est superbe, mais dedans, il n’y a pas de moteur»
Pierre Moscovici

Même le très mesuré Jean-Marc Ayrault, prédécesseur de Valls à Matignon, confirme: «Beaucoup de gens en veulent à Manuel Valls».

L'intéressé se voit mourir politiquement en 2017, après son échec à la primaire socialiste de l'élection présidentielle. Il manque son engagement à soutenir le vainqueur, Benoît Hamon, et préfère faire les yeux doux à Emmanuel Macron. Candidat qu'il n'a pourtant pas hésité à qualifier de «méchant» et avec lequel il se reconnaît une franche «rivalité». Qu'à cela ne tienne: fort de ce soutien revendiqué, il est élu député LREM en 2017... mais ne sera jamais nommé à un poste à responsabilités au sein du parti.

Le naufrage politique est engagé. Lentement mais sûrement, Valls prend l'eau: «J’avais mal au dos, l’hostilité des gens sur les réseaux sociaux ou dans la rue me déstabilisait. Je ressentais une forme inédite de fragilité», confie-t-il. En 2018, il donne finalement sa démission pour effectuer un retour aux sources radical: il s'exile loin de Paris, dans son Espagne natale.

La trahison (ratée) de Barcelone

De retour à Barcelone, Manuel Valls entame une seconde vie politique et devient conseiller municipal. L'ambitieux se lance à la conquête de la mairie. D'après Jean-Marc Ayrault, nombreux sont ceux qui, à Paris, lui souhaitent «de mordre la poussière».

Aux yeux de beaucoup, en effet, Manuel Valls ne vaut guère plus qu'un «traître». Un (ex)-premier ministre dont les ambitions politiques en Espagne, après avoir tourné le dos à la France qui l'a naturalisé et lui a offert de hautes responsabilités, ont choqué.

Quoi qu'il en soit, les vœux d'insuccès de quelques Parisiens rancuniers sont exaucés: en mai 2018, Manuel Valls est largement battu, éliminé dès le premier tour de la course à la mairie de la capitale catalane.

Un possible come-back?

Trois ans après cet échec, en mai 2021, Manuel Valls quitte ses fonctions de conseiller municipal de Barcelone et revient de son exil catalan. «Je ne veux plus vivre entre Barcelone et Paris, je suis inquiet de la situation en France», assure-t-il dans le quotidien espagnol La Vanguardia.

Il amorce dès lors son «grand» retour dans l'arène politique française, à coups de grandes promesses et de confessions intimes, dans un livre autobiographique, «Pas une goutte de sang français». «Aujourd'hui, il me semble que les Français sont plus nombreux à m'écouter», spécule-t-il dans ses pages. L'ancien premier ministre a une conviction:

«Ai-je un rôle à jouer, je le pense. Suis-je à même de défendre l'idéal auquel je crois, une civilisation démocratique, laïque et tolérante? J'en suis convaincu».

En mars 2022, Manuel Valls clame pour la seconde fois son soutien au président sortant. Avec, en fond, l'ambition d'obtenir un poste au sein du gouvernement? En tout cas, l'ex-ministre n'a cessé de multiplier les appels du pied ces derniers mois... sans se voir proposer une fonction au sein du gouvernement.

«J’ai l’ardent désir d’être utile», conclut Manuel Valls dans son livre. Message reçu cinq sur cinq dimanche. Une chose est sûre: s'il n'est pas certain de devenir la prochaine étoile du gouvernement Macron, Valls a déjà relevé un défi: faire rire les réseaux sociaux.

Image
capture d'écran: twitter

Et si vous vous posiez la question sur Anne Hildago...

Cette soirée dans un club lausannois dégénère
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Houston dévastée par une tempête meurtrière
Le bilan de la tempête qui a causé des ravages jeudi à Houston, la plus grande ville du Texas, est passé à sept morts, ont annoncé vendredi les autorités locales.

Le bilan de la tempête qui a provoqué d'importants dégâts jeudi à Houston, la plus grande ville du Texas, est passé à sept morts, ont annoncé vendredi les autorités locales. Le premier bilan faisait état de quatre morts.

L’article