pluie modérée
DE | FR
International
Presse

Journalistes de Charlie Hebdo inculpés pour «insulte» à Erdogan

Journalistes de Charlie Hebdo inculpés pour «insulte» à Erdogan

Image
Charlie Hebdo a nouveau épinglé pour délit de satire. Un procureur turc exige jusqu'à quatre ans de prison pour une caricature illustrant le président Erdogan.
26.03.2021, 21:3506.08.2021, 21:26
Plus de «International»

Un procureur turc a réclamé vendredi jusqu'à quatre ans d'emprisonnement contre quatre collaborateurs de l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo. Il l'accuse d'avoir «insulté» le président Recep Tayyip Erdogan dans une caricature publiée l'an dernier.

Il s'agit de la caricaturiste Alice Petit et trois responsables du célèbre hebdomadaire, Gérard Biard, Julien Sérignac et Laurent Sourisseau, dit Riss.

Réaction du principal intéressé:
Après la parution de cette caricature, M. Erdogan avait dénoncé une «attaque ignoble» commise par des «vauriens».
epa08781049 A handout photo made available by the Majorelle PR Agency on 28 October 2020 shows the cover of the issue of French satirical weekly Charlie Hebdo with the title 'Erdogan. In private, ...
Image: EPA CHARLIE HEBDO / MAJORELLE PR

La publication de cette caricature, en octobre, avait suscité la colère de M. Erdogan dans un contexte de vives tensions diplomatiques entre Ankara et Paris.

Dans son acte d'accusation, qui doit encore formellement être accepté par un tribunal pour que s'ouvre un procès, le procureur turc estime que cette caricature «n'entre d'aucune manière dans le cadre de la liberté d'expression ou de la presse», qualifiant le dessin de presse de «vulgaire, obscène et déshonorant».

(ats/afp)

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Son of a bitch»: Biden s'emporte contre Poutine, le Kremlin réagit
Le président américain Joe Biden a qualifié son homologue russe Vladimir Poutine de «salopard cinglé» pendant une rencontre à San Francisco avec des donateurs du parti démocrate.

Par le passé, Joe Biden avait déjà traité le président russe de «boucher» et de «criminel de guerre».

L’article