DE | FR

Le procès du cluster autrichien d'Ischgl s'est ouvert vendredi

En mars 2020, la station de ski d'Ischgl devenait l'un des premiers foyers épidémiques d'Europe. Le procès des autorités autrichiennes s'apprête à débuter.
16.09.2021, 09:0019.09.2021, 08:09

Souvenez-vous: le 7 mars 2020, alors que le Covid sonnait encore comme une menace abstraite et un peu lointaine, cette célèbre station de ski du Tyrol autrichien se transformait en foyer de contagion, à l'origine de milliers de cas en Europe. Le procès a débuté vendredi 19 septembre.

Comment le «Ibiza des Alpes» s'est muté en cluster

Au coeur de ce foyer contagieux, le Kitzloch, bar populaire niché au pied des pistes, haut-lieu des after-skis endiablés, où l'on danse et joue au bière-pong en souliers de ski.

Si vous vouliez savoir à quoi ça ressemblait, voici un aperçu 👇

Après plusieurs signalements de contamination de touristes norvégiens, islandais, allemands, anglais ou encore danois, la station finit par prendre des mesures. La fin de la saison et l'évacuation des hôtels n'ont été décrétées qu'à partir du 12 mars dans le Tyrol et les remontées mécaniques ont traîné encore quelques jours avant de s'exécuter. Trop tard.

Selon Le Monde, Ischgl a été désigné responsable de la contamination de près de 9000 Allemands, de plus de 1000 Autrichiens, d’au moins 1000 Scandinaves, et de centaines de Belges et de Néerlandais. La station est aussi liée à plusieurs décès dans tous ces pays.

La réaction tardive des autorités tyroliennes est vivement critiquée, d'aucun leur reprochant d'avoir voulu privilégier des intérêts économiques à la santé publique.

L'heure de rendre des comptes

Les autorités vont désormais devoir s'expliquer devant les tribunaux. L'association de protection des consommateurs VSV, qui représente les plaignants a annoncé que le procès débute aujourd'hui, le 17 septembre.

Le fils et la veuve d'un citoyen autrichien décédé du coronavirus seront les premiers à témoigner. Ils réclament 100 000 euros de dommages et intérêts à l'État. Les plaignants affirment que le journaliste de 72 ans a été contaminé durant les départs chaotiques de la station en bus.

En effet, le 13 mars, des milliers de vacanciers avaient été surpris par l'annonce du chancelier Sebastian Kurz d'un isolement avec effet immédiat pour la région. Cette décision avait suscité un vent de panique et de nombreux touristes avaient tenté de quitter les lieux en urgence. Du point de vue des plaignants, ces circonstances ont contribué à la propagation du virus à d'autres endroits d'Europe.

Douze autres procédures doivent s'ouvrir dans les jours suivants. Les plaignants accusent les autorités d'avoir émis des avertissements trop tard et d'avoir décrété des fermetures trop tardivement. (mbr)

Si le ski et l'hiver vous dépriment, voici des animaux mal empaillés pour vous faire rigoler.

1 / 23
Animaux mal empaillés
source: imgur
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

À propos de danser dans les stations de ski, voici le Caprices festival.

Plus d'articles Actu

Ces cinq artistes vont marquer l'histoire du prochain Super Bowl

Link zum Artikel

Crise des sous-marins: La France utilise l'UE pour se venger

Link zum Artikel

Comment est votre blanquette? Has-been! (Auprès des jeunes)

Link zum Artikel

Les Etats-Unis échappent à la paralysie, mais pas encore à une crise financière

Link zum Artikel

Un artiste s'enfuit avec l'argent prêté par un musée

Link zum Artikel

Ils lancent un jeu de société qui dénonce les inégalités raciales

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

En Chine, un Canadien condamné à la peine de mort et c'est «approprié»

La peine de mort d'un Canadien condamné en Chine pour trafic de drogue a été confirmée mardi en appel par un tribunal local, sur fond de crise diplomatique entre Pékin et Ottawa.

Un Canadien a été reconnu coupable d'avoir fait passer plus de 220 kg de méthamphétamine avec des complices. Ce rebondissement intervient alors que la justice chinoise doit annoncer mercredi son verdict dans une autre affaire visant un ressortissant canadien, le consultant Michael Spavor, soupçonné d'espionnage.

Déjà reconnu coupable dans le passé au Canada de trafic de drogue, Robert Lloyd Schellenberg clamait son innocence et assurait être allé en Chine pour y faire du tourisme. Condamné …

Lire l’article
Link zum Artikel