DE | FR
Suite à une vague de racisme, Twitch forcé à prendre des mesures.

Twitch a expliqué avoir identifié une faille dans ses filtres automatiques de modération. Image: shutterstock

Suite à une vague de racisme, Twitch forcé à prendre des mesures

Depuis trois jours, Twitch a dû faire face à une vague d'indignation de ses utilisateurs victimes de propos haineux dans les commentaires. Le réseau social a rapidement modifié ses règles de modération.



Une remise en question s'est imposé chez le réseau social favori des gamers. Twitch a lancé une mise à jour de ses filtres pour mieux détecter les propos haineux dans les conversations. Un changement forcé par trois jours de plaintes de la part de nombreux créateurs de contenu. La majorité étant victime de harcèlement, notamment raciste.

Le populaire service a reconnu ces incidents sur Twitter:

«Nous avons vu beaucoup d'échanges sur les bots, les raids de haine et d'autres formes de harcèlement visant des créateurs marginalisés»

Twitch Twitter

Mais, c'est quoi Twitch?

Créé en 2011 et racheté par Amazon en 2014, Twitch est un service de diffusion de vidéos en direct principalement portés sur les jeux vidéo. Tout le monde peut créer un compte gratuitement et développer sa chaîne. Les vidéos sont dotées d'un chat où les spectateurs commentent en temps réel par écrit.

Comment ces propos violents ont pu se retrouver dans les conversations en direct? La plateforme a expliqué avoir identifié une faille dans ses filtres automatiques de modération et avoir déployé une mise à jour adaptée qui comporte ces différentes possibilités:

Elle indique également avoir prévu de lancer d'autres mesures de sécurité pour repérer les chaînes interdites qui tentent de revenir et mieux vérifier les comptes.

Un hashtag pour rassembler les témoignages

#TwitchDoBetter. Depuis lundi, à l'aide de cet hashtag «Twitch doit mieux faire», les utilisateurs ont commencé à partager leurs mauvaises expériences. Ces témoignages sont très vite arrivés aux oreilles de Twitch qui s'est alors emparé du problème.

Le créateur américain, CriticalBard, suivi par 15 800 personnes, a partagé la vague de haine raciste qu'il a subi lors d'un récent live dans une vidéo sur Twitter. Il montre une de ses parties de jeux vidéos avec l'espace de conversation pour les commentaires des spectateurs ouvert. Soudainement, le chat se couvre d'un seul mot, martelé à l'infini par différents auteurs, en lettres majuscules: «Nigger». Un mot considéré comme extrêmement raciste aux États-Unis.

Le joueur ne s'est pas retenu d'exprimer sa colère face à la situation: «Les gens font comme si les pluies de haine et les bots harceleurs qui disent des trucs horribles n'existaient pas. Voici ce qu'il vient de m'arriver sur ma chaîne, il y a vingt minutes» avant d'ajouter «Je ne vais pas continuer à jouer. Twitch, bordel, fais mieux»

Le réseau social a d'ailleurs remercié les usagers pour les témoignages et l'utilité de ces derniers pour améliorer la plateforme. (ats/fag)

Voici quelques créations de Tom Daley postées sur Instagram

1 / 9
Quelques créations de Tom Daley postées sur Instagram
source: instagram madewithlovebytomdaley
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Internet regorge de pépites! Voici les plus gros fails de bateaux

Plus d'articles sur le thème des réseaux sociaux

Comment les réseaux sociaux se sont retournés contre les sportifs

Link zum Artikel

5 stars des réseaux sociaux qui ont le vent en poupe

Link zum Artikel

700 plaintes pour tenter d'en finir avec l'impunité sur les réseaux

Link zum Artikel

La haine raciale sur les réseaux déchire le foot anglais

Link zum Artikel

Panne des numéros d'urgence: Swisscom demande pardon et s'explique

Les dirigeants du géant suisse se lancent dans une opération de communication dans les grands journaux nationaux pour s'expliquer sur la panne de la semaine dernière

Le directeur de Swisscom Urs Schaeppi s'excuse auprès des pompiers et de toutes les personnes concernées par la panne des numéros d'urgence de vendredi dernier. Il assure dans la Neue Zürcher Zeitung que tout sera fait pour éviter de tels incidents à l'avenir.

Interrogé dans l'édition de mercredi du quotidien zurichois, Urs Schaeppi affirme que les nombreuses mesures prises par Swisscom après la série de pannes de l'année dernière ont eu un vrai impact. «Swisscom effectue 4000 opérations …

Lire l’article
Link zum Artikel