DE | FR

Le chef du groupe d'extrême droite «Proud Boys» fera 5 mois de prison

Henry "Enrique" Tarrio, chef des Proud Boys.
Henry "Enrique" Tarrio, chef des Proud Boys.Image: Keystone
Connu pour son rôle central dans l'attaque du Capitole en janvier, le leader d'un mouvement d'extrême droite américain a été condamné pour d'autres faits.
24.08.2021, 03:4824.08.2021, 15:45

Le chef des Proud Boys, une milice américaine d'extrême droite, a été condamné lundi à cinq mois de prison pour la destruction d'une banderole Black Lives Matter. Les faits remontent aux manifestations de soutien à l'ex-président américain Donald Trump.

Figure clé de ce mouvement d'extrême droite ayant joué un rôle central dans l'attaque du 6 janvier contre le Capitole à Washington, Henry «Enrique» Tarrio, 37 ans, avait été arrêté deux jours auparavant pour avoir arraché cette banderole de la façade d'une église de la capitale américaine et l'avoir brûlée, selon le ministère de la justice.

Les «Proud Boys» en images:

Inculpé à cause d'une photo sur les réseaux sociaux

Il avait été inculpé en décembre par un tribunal de Washington de destruction de biens de l'Église méthodiste Asbury United, une église dont les fidèles sont principalement afro-américains. L'inculpation était fondée sur une photographie postée sur les réseaux sociaux, sur laquelle il posait avec la banderole et un briquet dans la main.

Les Proud Boys en train de brûler un drapeau Black Lives Matter:

Image: twitter

Il est également accusé d'avoir été en possession de deux chargeurs d'arme à feu haute capacité illégaux lors de son arrestation, a précisé la police.

Fervent soutien de Trump

Enrique Tarrio a organisé plusieurs manifestations de soutien à l'ex-président Donald Trump et des contre-manifestations aux défilés contre les violences policières du mouvement Black Lives Matter.

En juillet, il avait plaidé coupable des deux accusations. Il a été condamné à 155 jours de prison et une amende de 1000 dollars et devra rembourser 347 dollars à l'église pour la banderole brûlée. (ats/jch)

Manifestations à Minneapolis après la mort de Daunte Wright

1 / 12
Manifestations à Minneapolis après la mort de Daunte Wright
source: ap star tribune / richard tsong-taatarii
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
De fils d'ouvrier à «criminel de guerre»: Vladimir Poutine fête ses 70 ans
Il y a 70 ans ce vendredi, le petit Vladimir Vladimirovich Putin voyait le jour dans une famille ouvrière de Saint-Pétersbourg. Depuis, l'ancien môme des rues a gravi les échelons, conquis le pouvoir et bouleversé l'ordre mondial. Retour sur sept décennies tumultueuses.

Notre histoire commence le 7 octobre 1952, au sein d'une modeste famille ouvrière de Léningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg). Des trois fils de Maria Ivanovna et Vladimir Spiridonovitch, le petit Vladimir est le seul survivant.

L’article