DE | FR
Annemasse, le 21 avril 2022.
Annemasse, le 21 avril 2022.image: watson
Reportage

«Moi, avec ma double nationalité, voter Macron, ça s’impose»

Au lendemain du débat Macron-Le Pen, visite à Annemasse, à côté de Genève, où l'on affûte ses arguments à trois jours du second tour de la présidentielle française. On vous prévient: c'est assez brutal.
21.04.2022, 19:3522.04.2022, 18:44

Annemasse, terminus du tram 17 en provenance de Genève. «J’habite là.» Michel, retraité de 66 ans, montre du doigt un immeuble de moyenne hauteur, avec de grands balcons en bois et un grand pin façon côte balnéaire. «C’est tranquille.» Michel est l'un des rares Annemassiens à avoir voté «socialiste» au premier tour. Cet ancien infirmier, toute sa carrière à Genève avec carte à la VPOD, l’ancien nom du SSP, le Syndicat des services publics, est attaché aux «idées progressistes, non radicales».

«Mes enfants auraient bien voulu que je vote Mélenchon plutôt qu'Anne Hidalgo, mais c’était impossible. Mélenchon soutient Maduro (réd: le président vénézuélien) et il a soutenu Poutine», se justifie Michel.

Comme 15,6 millions de Français, un mauvais score d’audience rapporté aux précédentes éditions, Michel a regardé, mercredi soir, le débat de l’entre-deux-tours. «Emmanuel Macron était d’un bon niveau. Il écrasait Marine Le Pen du fait de ses compétences», a-t-il trouvé. Dimanche, il donnera sa voix au président sortant et non pas à son adversaire, qui «reste une extrémiste».

«Ma femme, je ne sais pas pour qui elle va voter»

«Ma femme, je ne sais pas pour qui elle va voter. Elle bosse à la poste, le bâtiment juste là, un peu plus loin. Elle n’a pas les mêmes a priori que moi. C’est lié à son travail, aux populations qu’elle voit dans la journée», confie Michel, tout en sous-entendus. «Moi, ça va bien», ajoute-t-il comme pour équilibrer la balance.

Avec Hayat, on retrouve le réel électoral d’Annemasse, 35 000 habitants. Dirigée par un maire socialiste, la ville haut-savoyarde a placé Jean-Luc Mélenchon largement en tête du premier tour avec 33,85% des voix, devant Emmanuel Macron (26,08%) et Marine Le Pen (16,52%). Employé à 50% dans un commerce genevois, Hayat, la quarantaine, a voté Mélenchon le 10 avril. «Depuis, j’ai arrêté de suivre», dit-elle, plus lassée qu’excédée.

Jean-Luc Mélenchon.
Jean-Luc Mélenchon.image: watson

Pour dimanche, «le choix n’est pas fait», lâche-t-elle, comme pour entretenir le suspense, ce pouvoir d’empereur romain bien furtif en l'occurrence.

«Le Pen? Elle a un côté facho qui me fait peur. Macron, il a fait souffrir les Français: les salaires stagnent, le gasoil est à deux euros»
Hayat

Bien que Française, son travail en Suisse ne permet pas à Hayat d'accéder à l'aide sociale en France, dit-elle. Un salaire net équivalent à 2000 euros, mais un loyer de 1000. Et pas d'allocation logement, donc.

«Je suis plutôt d’extrême gauche, tendance Poutou»

Voilà deux jeunes, Solène et Farid*, des origines martiniquaises pour la première, la double nationalité franco-algérienne pour le second. «Je suis plutôt d’extrême gauche, tendance Poutou», se présente Camille, réceptionniste dans un hôtel d’Annemasse. Ne s’étant pas inscrite à temps sur une liste électorale, la jeune femme n’a pas pu voter au premier tour et ne pourra pas le faire au second. En tout cas, pas d’hésitation pour Farid, en recherche d’emploi dans la restauration: ce sera Macron, pour faire barrage à Le Pen. «Moi, avec ma double nationalité, ça s’impose», dit-il.

«En toute sincérité, je pense m’abstenir dimanche»

Hôtel de Ville d'Annemasse.
Hôtel de Ville d'Annemasse.image: watson

Au coin de l’Hôtel de Ville voilé d’un soleil discret, on croise Jean-Marie, 27 ans, un Franco-Congolais né à Annemasse. «Je me suis abstenu au premier tour. En toute sincérité, je pense m’abstenir au second», annonce-t-il avec le sourire. Le jeune homme considère que les dés sont pipés, que les choix sont faits à l’avance «par de hautes sphères». Il ne se reconnaît ni dans la droite ni dans la gauche, même si Jean-Luc Mélenchon, «idéalement», pourrait lui convenir.

Un emploi de coiffeur, Jean-Marie est aussi «artiste», dans le chant, le RnB, la soul, le gospel. Il a été «leader de louange» au temple évangélique d’Annemasse. Ses propos sur la politique pourraient paraître complotistes. Il s’en défend. Et enchaîne:

«On a tassé le fléau du Covid pour amener la guerre en Ukraine, des sujets de distraction pour calmer les masses»
Jean-Marie

La cause de tout cela, «c’est le capitalisme», soutient celui qui se dit anti-masque et anti-vaccin. Si Marine Le Pen devait l'emporter dimanche, la «responsabilité» en incomberait à ceux du «peuple» qui ont voté pour elle, mais aussi à «l’Etat», estime-t-il.

Ce couple traverse la place de l’Hôtel de Ville. Des Franco-Suisses à la retraite. L’accent suisse, mais vivant en France dans une localité proche d’Annemasse. Si tous deux vont donner leur voix à Macron dimanche, leur choix a divergé au premier tour, Sophie* optant déjà pour Macron, quand Charles*, son mari, autrefois dans l’architecture d’intérieur, votait Zemmour.

«L’idéal, pour ce deuxième tour, serait un candidat qui réunisse les qualités de Macron et de Le Pen, lui pour l’économie et son engagement européen, elle pour sa lutte contre l’immigration et l’islam»
Sophie

Charles et Sophie l’affirment: «Certains jours, pas aujourd’hui, on dirait qu’on n’est plus en France à Annemasse». Anciennement dans la sécurité à Genève, Sophie, comme prise de scrupules, ajoute: «Il faudrait pouvoir aider les populations sur place, dans leur pays».

Le ciel est déjà plus clair et l’air plus chaud. La France élit dimanche son président de la République. En pleines vacances de Pâques et pendant le ramadan.
*Prénoms d'emprunt

Jean Lassalle pète un plomb et insulte un journaliste

Plus d'articles sur le deuxième tour de la présidentielle

Le récap' du premier tour en mèmes

Link zum Artikel

5 ans après son échec, comment Le Pen prépare son débat face à Macron

Link zum Artikel

«Ni Macron, ni Le Pen!» La Sorbonne assiégée par des étudiants en colère

Link zum Artikel

Macron contre Le Pen, place au duel télévisé

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Zelensky et Cassis ont parlé au WEF de Davos: voici les 3 points à retenir
Les présidents ukrainien et suisse, Volodymr Zelensky (virtuellement) et Ignazio Cassis (physiquement), ont pris la parole à l'occasion du lancement du Forum économique mondiale de Davos. Voici en substance le résumé de leurs discours très attendus.

C'est devant tout le gratin de l'économie mondiale, réuni lundi au cœur des montagnes grisonnes pour le Forum économique mondial (WEF), que le président ukrainien a donné l'un de ses (innombrables) discours depuis le début de l'offensive. Ovationné à deux reprises par la foule enthousiaste, il a débuté sa prise de parole virtuelle par... une mise en garde:

L’article