DE | FR
Les sanctions occidentales introduites contre la Russie pourraient provoquer la chute de la Station spatiale internationale.
Les sanctions occidentales introduites contre la Russie pourraient provoquer la chute de la Station spatiale internationale.Image: Twitter

Les sanctions vont-elles faire chuter l'ISS? Moscou menace

A en croire le Kremlin, les sanctions prises à l'encontre de la Russie suite à l'attaque de l'Ukraine risquent de provoquer «l'atterrissage» forcé de la station spatiale internationale.
12.03.2022, 10:0814.03.2022, 09:06

Les sanctions occidentales introduites contre la Russie pourraient provoquer la chute de la Station spatiale internationale, a affirmé samedi Dmitri Rogozine, le patron de l'agence spatiale russe Roscosmos, demandant leur levée.

Selon lui, le fonctionnement des vaisseaux russes ravitaillant l'ISS sera perturbé par les sanctions, affectant donc le segment russe de la station, qui sert notamment à corriger l'orbite de la structure orbitale. En conséquence, cela pourrait provoquer «l'amerrissage» ou «l'atterrissage» de l'ISS pesant 500 tonnes.

«Le segment russe veille à ce que l'orbite de la station soit corrigée (en moyenne onze fois par an), y compris pour éviter les débris spatiaux»
Dmitri Rogozine, patron de l'agence spatiale russe Roscosmos

Où peut-elle s'écraser? Pas en Russie, selon Moscou

Publiant une carte du monde où la station pourrait tomber, le patron de Roscosmos relève que la Russie est largement à l'abri.

«Mais les populations des autres pays, notamment ceux dirigés par les chiens de guerre (réd: les Occidentaux) devraient réfléchir au prix des sanctions contre Roscosmos», écrit-il, qualifiant de «fous» ceux qui ont imposé ces mesures de représailles.

Le 1er mars, la Nasa avait indiqué travailler à des solutions pour maintenir la station en orbite sans l'aide de la Russie.

Le ravitaillement victime des sanctions

Les équipages et le ravitaillement sont acheminés sur ce segment par les vaisseaux Soyouz et les cargos Progress. Or, M. Rogozine explique que le lanceur nécessaire au départ de ces vaisseaux est «sous sanctions américaines depuis 2021 et sous sanctions de l'UE et du Canada depuis 2022».

Roscosmos affirme avoir envoyé des appels à ses partenaires américains (NASA), canadiens (ASC), européens (ESA) «exigeant la levée des sanctions illégales à l'encontre de nos entreprises».

L'espace est un des derniers domaines de coopération russo-américaine.

Priorité aux satellites militaires

Début mars, Roscosmos a annoncé son intention de donner la priorité à la construction de satellites militaires, en raison de l'isolement croissant de la Russie à cause du conflit en Ukraine.

M. Rogozine avait également annoncé que Moscou ne fournira plus aux Etats-Unis des moteurs des fusées américaines Atlas et Antares. «Qu'ils s'envolent dans l'espace sur leurs balais», a-t-il commenté.

Le 30 mars, un astronaute, Mark Vande Hei, et deux cosmonautes, Anton Chkaplerov et Pïotr Doubrov, doivent revenir sur terre depuis l'ISS, à bord d'un vaisseau Soyouz. (ats/ffe)

Guerre en Ukraine: un couple se marie en pleine guerre

Sur l'épineux dossier des sanctions contre la Russie

Les sanctions vont-elles faire chuter l'ISS? Moscou menace

Link zum Artikel

La Suisse et ses sanctions contre la Russie font rire les américains

Link zum Artikel

Les sanctions de l'UE contre la Russie que la Suisse a adoptées

Link zum Artikel

Les sanctions contre la Russie portent leurs fruits (et nous touchent aussi)

Link zum Artikel

Washington va prendre de nouvelles sanctions contre la Russie

Link zum Artikel

Les yachts des oligarques sont dans le viseur d'une taskforce internationale

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Vadim Chichimarine: «Pardon. Je ne voulais pas tuer votre mari»
Deuxième jour du procès historique pour crime de guerre à Kiev. L'accusé a été confronté, jeudi, à la veuve de sa victime, un «conducteur de tracteur, un citoyen inoffensif». En s'engageant dans l'armée, le sous-officier russe Vadim Chichimarine, 21 ans, ne s'attendait pas à devoir faire la guerre. Sa maman, effondrée, ne comprend pas comment il a pu appuyer sur la gâchette en étant «sobre».

«La perte de mon mari est tout pour moi. Il était mon protecteur.» La Cour d'appel de Kiev a beau être plus grande que le petit tribunal qui a accueilli, mercredi, la première session du procès, les places sont toujours chères. Hier, Vadim Chichimarine, sous-officier russe de 21 ans, accusé d'avoir abattu un homme en février dernier, a plaidé coupable. Les chefs d'accusation: crime de guerre et meurtre avec préméditation.

L’article