faible pluie
DE | FR
International
Russie

Ukraine: Poutine a tout ce qu'il faut pour continuer la guerre

epa10142272 Russian soldiers on a T-72 B3 battle tank celebrate coming in first place during the finals of the the Tank Biathlon 2022, as part of the International Army Games ARMI-2022 at the Alabino  ...
La Russie dispose encore d'au moins 3000 chars d'assaut, selon l'Estonie.Image: sda

La Russie a tout ce qu'il faut pour continuer la guerre

Combien de temps la Russie peut-elle encore mener la guerre contre l'Ukraine? Au moins un an, craignent les services secrets militaires estoniens.
20.12.2022, 06:0720.12.2022, 12:07
Plus de «International»
Un article de
t-online

Les pertes sont énormes: la Russie aurait perdu à elle seule 1400 chars depuis l'invasion de l'Ukraine le 24 février. C'est ce que vient de révéler le service de renseignement militaire estonien. Il met néanmoins en garde contre une sous-estimation de l'armée russe: «Aussi triste que cela puisse être, il ne semble pas y avoir de fin rapide à cette guerre», a déclaré la chaîne EER, en citant le chef des services secrets Margo Grosberg.

Lors d'un point de presse vendredi, Grosberg a donné d'autres chiffres sur les stocks d'armes du Kremlin: selon lui, la Russie dispose toujours d'environ 9000 chars sur des bases de réparation et dans des entrepôts. Ce ne sont «pas les plus modernes ni les plus récents, mais ce sont toujours des chars», a déclaré Grosberg. Comme un sur trois peut être remis en état de marche, le pays disposerait donc encore d'au moins 3000 chars.

«Ce nombre très, très important ne constitue pas seulement une menace pour l'Ukraine, mais pour tous les pays voisins de la Russie»
Margo Grosberg, chef des services secrets

La situation est similaire pour les pièces d'artillerie. La Russie en a perdu environ 500, ce qui ne représente que 10% de ses systèmes opérationnels. «Il ne s'agit pas non plus des pièces les plus modernes, mais il en reste encore beaucoup, beaucoup», explique Grosberg.

Russian tanks damaged in recent fighting are seen near the recently retaken village of Kamianka, Kharkiv region, Ukraine, Sunday, Oct. 30, 2022.(AP Photo/Efrem Lukatsky)
La Russie aurait perdu 1400 chars depuis l'invasion de l'Ukraine le 24 février.Image: sda

Assez de munitions pour continuer

Les munitions pour ces armes ne seront pas non plus épuisées de sitôt: «Nous estimons qu'avant la guerre, la Russie avait environ 17 millions d'unités de munitions, dont 10 millions ont été utilisées», a déclaré Grozberg. Le Kremlin ayant augmenté ses capacités de production, la Russie pourrait toutefois continuer à faire la guerre pendant encore au moins un an, estiment les services secrets de Grosberg.

Selon les estimations estoniennes, les troupes ne manquent pas non plus. Margo Grosberg estime que la Russie a jusqu'à présent perdu environ 100 000 hommes en Ukraine, y compris les blessés et les disparus. Mais ce chiffre serait plus que compensé par la mobilisation de 300 000 nouveaux soldats, même si ceux-ci ne sont pas aussi bien formés et équipés que les troupes du début de la guerre.

Vidéo: watson

«Si nous regardons la perspective à plus long terme et les chiffres, nous pouvons dire que les capacités militaires de la Russie n'ont disparu nulle part, malgré les terribles pertes», a déclaré Grosberg.

«Préparons-nous à une guerre longue»

Les chiffres et les estimations des services secrets estoniens sont parfois en contradiction avec les données d'autres services de renseignement. Ainsi, selon les dernières données du ministère ukrainien de la Défense, la Russie a perdu près de 3000 chars et près de 2000 pièces d'artillerie depuis le 24 février, soit bien plus que ce qu'indique l'Estonie.

Toutefois, l'Ukraine a un intérêt propagandiste dans ces chiffres et il est possible que les pertes russes soient plus élevées qu'elles ne le sont en réalité.

L'estimation de l'Estonie selon laquelle la Russie peut encore transformer ses 9000 chars stockés en 3000 chars opérationnels est également controversée. Le général finlandais Pekka Toveri a ainsi récemment déclaré à The Economist que Moscou disposait certes de grandes quantités d'armes datant de l'époque soviétique, mais que la plupart d'entre elles étaient «heureusement de la ferraille»: deux tiers de ces stocks seraient entreposés à ciel ouvert et une grande partie des véhicules auraient déjà été pillés pour des pièces de rechange.

L'expert militaire et journaliste britannique Shashank Joshi a écrit sur Twitter qu'il était sceptique quant aux déclarations de l'Estonie, avant de nuancer:

«Il est intéressant de constater que les services secrets estoniens, qui connaissent assez bien l'armée russe, pensent qu'une grande partie de ces chars stockés sont encore utilisables»

L'expert militaire Carlo Masala considère de son côté les indications estoniennes comme crédibles: «Préparons-nous à une longue guerre», a-t-il écrit sur Twitter.

Les ravages de la guerre à Marioupol vus du ciel
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Harry tente de recoller les morceaux
Entre la visite éclair à son père, une interview émouvante sur l'importance de la famille et un changement de patronyme très commenté, tout indique que le prince Harry est prêt à remettre un pied dans le giron royal. Pas sûr que la Firme veuille de lui.

Qu'on l'adore ou qu'il nous insupporte, une chose est sûre: le duc de Sussex a un don inégalé quand il s'agit de faire parler de lui. Prenez sa dernière prouesse sportive. Jeudi dernier, le prince s'est dit à peine «nerveux» avant de s'élancer la tête la première à bord d'un skeleton, sur l'une des pistes de bobsleigh les plus rapides au monde. Pour l'anecdote, il a presque atteint les 100 kilomètres/heure.

L’article