DE | FR

Les médias russes sont mis sous pression pour supprimer les enquêtes d'Alexeï Navalny

L'opposant Alexeï Navalny dans une vidéo le montrant dans sa cellule, le 28 décembre 2021.
L'opposant Alexeï Navalny dans une vidéo le montrant dans sa cellule, le 28 décembre 2021.Image: sda
Plusieurs médias russes ont indiqué avoir supprimé des articles en lien avec l'opposant Alexeï Navalny, dont une investigation retentissante.
01.02.2022, 18:2001.02.2022, 18:32

Au moins neuf médias ont annoncé avoir reçu des notifications du gendarme des télécoms, Roskomnadzor, leur demandant d'effacer des dizaines de contenus en langue russe. Parmi ces articles, des enquêtes anticorruption de l'opposant Navalny, dont un sujet particulièrement retentissant sur le «palais de Vladimir Poutine».

Ces articles font écho aux recherches de l'équipe du militant anticorruption et opposant Alexeï Navalny, emprisonné depuis plus d'un an et considéré comme le principal opposant à Vladimir Poutine.

«L'enquête du palais»

L'une de ces enquêtes qui ciblent des hauts responsables du Kremlin concerne notamment le «palais» supposé de Vladimir Poutine sur les bords de la mer Noire. Publiée en janvier 2021 sur YouTube, quelques jours après l'arrestation de Navalny, cette investigation a depuis récolté plus de 121 millions de vues. Le Kremlin a nié que la demeure appartient à Vladimir Poutine.

Neuf médias ciblés

Les médias Dojd, Meduza, Echo de Moscou, Moscow Times et l'agence de presse locale Svobodnye Novosti ont indiqué avoir supprimé les contenus indiqués par Roskomnadzor.

Meduza a précisé avoir cédé «sous la menace d'un blocage de son site en Russie». Les médias Znak et YamalPro se sont dits eux aussi «contraints» de remplir ces exigences pour éviter un blocage.

«Roskomnadzor exige de changer la réalité, de nettoyer internet et d'annuler les faits», a dénoncé sur Twitter Léonid Volkov, un proche en exil de Navalny.

«Censure éhontée en Russie!», a réagi l'ONG Reporters Sans Frontières (RSF), également sur Twitter et condamnant une mesure contre la diffusion «d'enquêtes d'intérêt général».

Roskomnadzor se justifie

Contacté par l'Agence France-presse (AFP), Roskomnadzor a confirmé avoir envoyé des notifications à «un certain nombre» de médias après avoir reçu une demande en ce sens du Parquet russe. Ce dernier aurait demandé la suppression des contenus, car ils seraient liés à une organisation «extrémiste» interdite en Russie.

En juin 2021, les principales organisations d'Alexeï Navalny ont été désignées comme «extrémistes» par la justice, une décision qui a entraîné leur fermeture et des poursuites judiciaires contre nombre de leurs militants.

Une liste sur laquelle Navalny a lui-même été placé le 25 janvier, sous le titre des «terroristes et extrémistes».

En parallèle, les autorités russes n'ont cessé de renforcer leur pression sur internet, à coups d'amendes visant les géants du numérique n'ayant pas supprimé des contenus liés à Navalny, et en bloquant des sites d'opposition. (mbr/ats)

Sinon, Eric Zemmour a fait référence à la Suisse dans une vidéo

Plus d'articles sur les tensions entre Russie et Ukraine

L'armée ukrainienne a-t-elle une chance de résister à une attaque russe?

Link zum Artikel

La crise ukrainienne fait planer le spectre d'une guerre en Europe

Link zum Artikel

Ukraine: le G7 prêt à imposer des sanctions aux «conséquences massives»

Link zum Artikel

Des risques élevés de guerre en Europe, selon ce haut diplomate suisse

Link zum Artikel

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Link zum Artikel

La Russie préparerait une opération pour justifier l'invasion de l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Ces trois femmes défient Poutine et montrent l'exemple à l'Europe
Kaja Kallas, Sanna Marin et Magdalena Andersson: cheffes des gouvernements estoniens, finlandais et suédois, ces trois femmes représentent une nouvelle génération de politiciens en Europe.

Kaja Kallas est la femme la plus dure d'Europe. L'un ou l'autre chef de gouvernement a sans doute déjà été agacé par la Première ministre estonienne. Car sa position claire sur la Russie met en lumière les manœuvres de nombreuses autres capitales.

L’article