DE | FR

La Lituanie défie Poutine et prend une mesure très radicale

Alors qu'ils célèbrent leur propre indépendance vis-à-vis de la Russie le 11 mars 2022, les Lituaniens se montrent solidaires de l'Ukraine.
Alors qu'ils célèbrent leur propre indépendance vis-à-vis de la Russie le 11 mars 2022, les Lituaniens se montrent solidaires de l'Ukraine.Bild: keystone
Le pays balte est désormais indépendant de l'énergie de son immense voisin russe. Et le petit pays n'a pas peur de se frotter aux puissances mondiales, récemment il s'est mis à dos la Chine.
04.04.2022, 19:37
Samuel Schumacher / ch media

La Lituanie fait ce dont tout le reste de l'Europe ne fait que parler jusqu'à présent: le plus méridional des trois Etats baltes a complètement fermé le robinet du gaz russe au début du mois. Le petit pays ne dépend donc plus de Vladimir Poutine pour son approvisionnement.

Le ministre lituanien de l'Energie Dainius Kreivys a déclaré: «Nous sommes le premier pays de l'UE à être indépendant des approvisionnements en gaz russe». Et la Première ministre Ingrida Simonyte a doublé la mise sur Twitter:

«La Lituanie ne consommera plus un centimètre cube du gaz toxique russe»

Depuis, le pays couvre l'entier des besoins de ses 2,8 millions d'habitants avec du gaz liquéfié, qui arrive dans le pays via un terminal spécial dans le port de la ville de Klaipėda situé sur la mer Baltique. La décision ne date pas de la guerre en Ukraine. En effet, dès 2015, la Lituanie avait décidé de construire ce terminal afin de devenir indépendante à moyen terme des livraisons russes.

Tout s'est accéléré récemment. En mars, peu après le début de la guerre en Ukraine, le parlement lituanien a ordonné au gouvernement de franchir le pas «le plus rapidement possible». Jusqu'à présent, le pays importait du pétrole, du gaz et de l'électricité pour une valeur d'environ trois milliards d'euros par an. A noter que le gaz russe, qui circule dans un gazoduc via la Lituanie jusqu'à l'enclave russe de Kaliningrad, n'est pas concerné par la décision.

La première ministre lituanienne Ingrida Simonyte.
La première ministre lituanienne Ingrida Simonyte.image: imago

Avant la Russie, la Chine

C'est déjà la deuxième fois, en l'espace de quelques mois, que ce petit pays balte fait preuve de fermeté et d'assurance face à une grande puissance mondiale. L'automne dernier, la Lituanie a fêté l'ouverture de l'ambassade taïwanaise dans la capitale Vilnius. Elle a ainsi irrité les Chinois au plus haut point. En effet, Pékin considère Taïwan comme une province chinoise sécessionniste.

L'Empire du Milieu et ses 1,4 milliard d'habitants a ensuite imposé de sévères sanctions économiques à la Lituanie. Par exemple, en stoppant les importations de produits agricoles. Auparavant, le pays balte exportait vers la Chine des marchandises pour une valeur d'environ 300 millions d'euros par an. Pékin a également revu à la baisse ses relations diplomatiques avec la Lituanie et n'y offre plus de services consulaires depuis des mois.

Jusqu'à présent, la Lituanie ne s'est guère montrée impressionnée par ces gestes menaçants. Le pays, qui a été l'une des toutes premières républiques ex-soviétiques à déclarer son indépendance de l'URSS, en mars 1990, souligne par sa politique étrangère sa volonté de se libérer, une fois pour toutes, de l'emprise autoritaire des grandes puissances.

Adapté de l'allemand par jah

Les images glaçantes de Marioupol vue du ciel

Plus d'articles sur les armes employées en Ukraine

Le char high-tech de Poutine a été détruit en Ukraine

Link zum Artikel

Les tanks T-72 de Poutine ont un point faible et l'Ukraine le sait

Link zum Artikel

Ce que l'on sait du missile Kinjal, nouvelle super-arme de Poutine

Link zum Artikel

Zelensky voulait des armes modernes et offensives, voici ce qu'il a obtenu

Link zum Artikel

Pourquoi le super char T-14 Armata de Poutine ne roule que lors des défilés

Link zum Artikel

Le «Pinocchio» de Poutine: Voilà pourquoi cette arme répand la peur et la terreur

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«15 ou 20 ans», c'est le temps que pourrait prendre l'adhésion de l'Ukraine à l'UE
L'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne prendra «sans doute 15 ou 20 ans», a estimé dimanche le ministre français délégué aux Affaires européennes.

Clément Beaune a préconisé que Kiev entre en attendant dans la communauté politique européenne proposée par le président Macron.

L’article