International
Russie

Pourquoi Kaliningrad est crucial pour Poutine

L'enclave de Kaliningrad, voisine de la Lituanie et de la Pologne, est un endroit hautement stratégique pour la Russie.
L'enclave de Kaliningrad, voisine de la Lituanie et de la Pologne, est un endroit hautement stratégique pour la Russie. image: shutterstock

Poutine furax contre la Lituanie: pourquoi Kaliningrad est crucial pour lui

La ville et son territoire, séparés du reste du pays, ne peuvent plus être approvisionnés après les sanctions de la Lituanie. Vladimir Poutine promet au pays balte de sérieuses représailles. Logique: Kaliningrad est cruciale et ne peut être affaiblie. On rembobine son histoire.
24.06.2022, 19:01
Suivez-moi
Plus de «International»

Pour beaucoup, en Suisse, Kaliningrad reste associée à la victoire de la Nati contre la Serbie à la Coupe du monde 2018 et la polémique des aigles albanais. Quatre ans plus tard, la présence dans l'actu chaude de la ville-enclave russe ne dépend plus du tout d'un match de football, mais bien de la situation géopolitique très tendue dans la région.

La Lituanie a décidé, le week-end dernier, d'empêcher les marchandises russes à destination de Kaliningrad de transiter par son territoire. De quoi faire rougir de colère Vladimir Poutine, qui a promis de «sérieuses représailles» contre le pays balte, dont la population souffrira de «conséquences négatives».

Si la réaction de la Russie est si agressive, c'est parce que Kaliningrad représente énormément pour elle. Tant symboliquement que militairement.

Racines allemandes et climat favorable

Fondée en 1255, la ville – initialement appelée Königsberg – est restée germanique de ses débuts jusqu'en 1945. Avec la défaite allemande lors de la Seconde Guerre mondiale, son territoire a été rattaché à l'URSS, conformément aux accords de Yalta et Potsdam.

S'en est suivi, logiquement, une politique de soviétisation de la ville et d'effacement de son caractère germanique: populations allemandes chassées au profit de l'arrivée d'habitants de l'URSS, changements de noms de rues et bien sûr de celui de la ville. Elle a été renommée Kaliningrad (la ville de Kalinine) en 1946, en hommage à Mikhaïl Kalinine, le président du Soviet suprême décédé la même année.

L'un des convois censés approvisionner Kaliningrad depuis le reste du territoire russe.
L'un des convois censés approvisionner Kaliningrad depuis le reste du territoire russe. image: keystone

Bastion soviétique le plus occidental, Kaliningrad a servi à l'URSS de balcon sur l'Europe. Il s'est rapidement mué en place forte militairement, de par sa position géographique stratégique. Au bord de la mer Baltique, la ville est, encore aujourd'hui, le siège de la flotte russe de la Baltique. Le port de Kaliningrad présente un grand avantage, tant commercial que militaire: contrairement à celui de Saint-Pétersbourg, il est dépourvu de glace toute l'année, et donc à tout moment praticable.

La situation de Kaliningrad a été bouleversée en 1991, quand les pays baltes ont acquis leur indépendance de l'URSS. Frontalier de la Lituanie, l'oblast de Kaliningrad – 205 kilomètres d’Ouest en Est, 108 du Nord au Sud, soit environ deux fois la Suisse romandes'est retrouvé soudainement isolé. Le territoire, resté russe, a été détaché du reste de la Russie, dont la ville la plus proche (Pskov) est à 600 kilomètres et séparée par trois frontières.

La menace nucléaire et le corridor de l'angoisse

L'isolement de Kaliningrad s'est renforcé quand ses voisins polonais et lituanien ont rejoint l'Otan, respectivement en 1999 et 2004. En réaction à cet encerclement devenu hostile, la Russie a intensifié sa présence militaire dans son enclave. En 1999, elle y lançait sa plus grande manœuvre militaire depuis des années avec un exercice au nom explicite de «Zapad 99» (Ouest 99), qui simulait une attaque de Kaliningrad par l'OTAN.

La situation géographique de Kaliningrad

En rouge: la ligne de chemin de fer qui relie Moscou et Kaliningrad, distantes de 1200 kilomètres. En gris: le corridor de Suwalki entre Kaliningrad et la Biélorussie.
En rouge: la ligne de chemin de fer qui relie Moscou et Kaliningrad, distantes de 1200 kilomètres. En gris: le corridor de Suwalki entre Kaliningrad et la Biélorussie. image: le monde

L'enclave abrite, depuis ce moment, de nombreux missiles dirigés vers l'Ouest. Son armement s'est encore musclé ces dernières années, avec le début des combats dans l'Est de l'Ukraine et en Crimée (2014). Depuis 2016, des missiles nucléaires sont présents à Kaliningrad. Un système de défense antiaérien et antimissile est venu s'ajouter à l'arsenal.

Juste avant l'invasion russe de l'Ukraine en février, ce dernier a été complété par des missiles Kinjal à ogive nucléaire. Leur particularité? Leur portée de 2400 kilomètres. Ils sont donc capables de frapper toutes les capitales d’Europe de l’Ouest, à l'exception de Madrid et Lisbonne.

La cathédrale œcuménique de Kaliningrad, construite au 14e siècle.
La cathédrale œcuménique de Kaliningrad, construite au 14e siècle.image: shutterstock

De quoi, pour l'enclave et ses 10 000 soldats, rouler les mécaniques face à l'Otan et ses deux voisins membres de celui-ci et pro-Ukraine. Outre les menaces militaires, la Lituanie et les deux autres pays baltes (Lettonie et Estonie) peuvent craindre à leur tour un isolement. Seul l'étroit corridor de Suwalki (65 km) les relie – par voie terrestre – au reste des pays de l'Union européenne et de l'Otan. Problème: il est coincé entre l'oblast de Kaliningrad et la Biélorussie, pays allié de la Russie et où sont désormais présents des soldats russes.

Toutes ces caractéristiques font donc de Kaliningrad un endroit hautement stratégique pour la Russie, que celle-ci ne veut et ne peut pas affaiblir.

Echange tendu entre Poutine et Macron en 2018
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ce look de Melania Trump est une déclaration de guerre
Au placard, les robes fleuries de riche retraitée de Floride! A l'occasion d'une rare apparition ce week-end pour la campagne présidentielle de son mari, l'ancienne première dame a dégainé le tailleur noir et l'artillerie lourde. Et comme toujours, avec Melania, ses vêtements ne manquaient pas de messages sous-jacents.

La reine Elizabeth et Melania Trump partagent un point commun. A défaut d'ouvrir la bouche, sauf pour quelques banalités et politesses d'usage, toutes deux sont passées maîtresses dans l'art de communiquer par leur apparence. Nous laissant, à nous autres, pauvres observateurs curieux, tout le loisir de fantasmer, supposer, interpréter. Imaginer les pensées, sentiments ou intentions à travers les vêtements de ces bibelots politiques, posés bien en évidence dans leurs décors dorés et pompeux. Des statues silencieuses. Fascinantes.

L’article