DE | FR

Alexeï Navalny annonce une grève de la faim

epa09025232 Russian opposition leader Alexei Navalny stands inside a glass cage prior to a hearing at the Babushkinsky District Court in Moscow, Russia, 20 February 2021. The Moscow City court will hold a visiting session at the Babushkinsky District Court Building to consider Navalny's lawyers appeal against a court verdict issued on 02 February 2021, to replace the suspended sentence issued to Navalny in the Yves Rocher embezzlement case with an actual term in a penal colony. EPA/YURI KOCHETKOV MANDATORY CREDIT

Image: EPA

Le leader de l'opposition en Russie veut se faire entendre. Pour dénoncer ses conditions de détention, Alexeï Navalny a annoncé mercredi qu'il allait cesser de s'alimenter.



Incarcéré dans une colonie pénitentiaire, Alexeï Navalny a annoncé mercredi une grève de la faim. Il dénonce l'absence d'accès à des soins et une «torture» par privation de sommeil.

«Je déclare une grève de la faim pour demander l'application de la loi et pour qu'on laisse un médecin venir me voir», a écrit sur son compte Instagram l'opposant russe. Il dit souffrir de douleurs au dos et aux jambes.

«Qu'est-ce que je peux faire d'autre? J'ai le droit de faire venir un docteur et de recevoir des médicaments. On ne me donne bêtement ni l'un, ni l'autre», a-t-il poursuivi. Cette annonce intervient alors que ce féroce critique du Kremlin a affirmé la semaine dernière que sa santé se détériorait.

Le Kremlin nie

Victime d'un empoisonnement à un agent neurotoxique en août dernier, il en impute la responsabilité au Kremlin, qui rejette toute implication.

Militant anti-corruption et critique féroce du président Vladimir Poutine, il a été arrêté en janvier, sitôt rentré en Russie de l'Allemagne où il était en convalescence.

Etat «satisfaisant»

En février, il a été condamné à deux ans et demi de prison pour une affaire de fraude datant de 2014, que lui-même, les ONG et de nombreuses capitales occidentales jugent politique.

La semaine dernière, ses proches ont dit craindre pour sa santé en détention. L'administration pénitentiaire a pour sa part estimé qu'il se trouvait dans un état «satisfaisant».

Réveillé «huit fois par nuit»

Mercredi, Alexeï Navalny a affirmé qu'il souffrait également maintenant de la jambe gauche.

«Je ne sens plus des parties de ma jambe droite, et maintenant de ma jambe gauche»

Il a également réaffirmé être victime de «torture par privation de sommeil», assurant être réveillé «huit fois par nuit» lors de contrôles de ses geôliers.

Lundi, Alexeï Navalny a également affirmé sur Instagram avoir reçu plusieurs avertissements depuis son incarcération, ce qui l'expose à un possible placement en cellule disciplinaire. (ats)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

Le président turc humilie la présidente européenne

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

LinkedIn a été victime de piratage. Êtes-vous concerné?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le shaker

Il y a encore eu une alerte à la bombe, mais chut 🤫

Vous avez passé la journée à attendre la suivante? Rassurez-vous: voici une gorgée d'infos essentielles pour ne pas passer pour des procrastinateurs à l'apéro.

Si à 50 ans, tu n'es pas président du conseil d'administration de La Poste, tu as raté ta vie. C'est chose faite pour le Fribourgeois Christian Levrat. Le Conseil fédéral a nommé aujourd'hui l'homme fort de la gauche à la tête du géant jaune. Une relative surprise, puisqu'il s'était notamment glissé dans la course au conseil d'Etat fribourgeois. Cet ancien syndicaliste et fervent défenseur du service public quittera donc totalement le monde politique et prendra son poste (oui, il y a …

Lire l’article
Link zum Artikel