International
Russie

Les Russes affluent vers l'Europe et la Suisse

Les Russes affluent vers l'Europe (et la Suisse) en se faufilant par la Finlande

Dans l'incapacité de prendre l'avion, c'est la voie terrestre qui est privilégiée. La ville d'Helsinki, en Finlande, joue le rôle de porte d'entrée des Russes vers l'Europe. Le pays étant le seul à encore délivrer des visas.
04.08.2022, 06:0304.08.2022, 12:49
Les Russes affluent vers l'Europe, mais y compris en Suisse
Les Russes arrivent en masse en Finlande soit pour y rester pendant l'été, soit pour partir vers l'Europe.
Niels Anner, Copenhague / ch media
Plus de «International»

La période des vacances et des voyages est arrivée. Et cela vaut aussi pour la Russie. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les Russes ont manqué à la Finlande. Du moins dans les villes du sud comme Porvoo ou Lappeenranta, où les grands magasins d'électronique, de cosmétiques ou de produits alimentaires sont vendus avec des inscriptions en russe.

La clientèle de ce pays voisin est ici, et depuis des années, un facteur économique très important. Certes, le pouvoir d'achat a diminué, mais certains Russes ont encore de l'argent pour faire du shopping. D'autres visitent leur maison de vacances au bord d'un paisible lac finlandais, ou profitent tout simplement du confort européen. Les touristes sont les bienvenus en Finlande, malgré l'invasion de l'Ukraine et les sanctions.

Les Russes s'accumulent à la frontière

Contrairement aux pays baltes ou à la Pologne, la Finlande est le seul pays de l'UE qui continue à délivrer des visas aux Russes et à les laisser entrer dans le pays. C'est à nouveau possible depuis le 15 juillet, après qu'Helsinki puis Moscou aient levé les restrictions de voyage – des restrictions dues au Covid, et non à la guerre en Ukraine.

La guerre n'a pas joué de rôle, pas plus que l'adhésion souhaitée de la Finlande à l'OTAN, lorsque Helsinki a de nouveau autorisé l'entrée sur son territoire. Depuis, plus de dix mille visas ont été attribués à des Russes. Ce qui explique les voitures immatriculées en Russie s'accumulant aux postes-frontière. Aussi, au moins une demi-douzaine de cars remplis à ras bord partent chaque jour de Saint-Pétersbourg pour Helsinki.

Continuer vers l'Ouest avec un visa Schengen

Une partie veut se rendre dans la capitale, ou plus loin en Finlande, que ce soit pour rendre visite à des proches ou pour passer des vacances. Mais de nombreux Russes se rendent directement à l'aéroport d'Helsinki. De là, ils partent avec un visa Schengen vers toute l'Europe, par exemple vers la Méditerranée ou la Suisse.

Depuis qu'il n'y a plus de vols vers l'UE, la voie terrestre via la Finlande est l'un des rares moyens pour les Russes de se rendre à l'Ouest. En effet, deux tiers des visas sont délivrés à des fins touristiques et un tiers pour des visites familiales, explique-t-on au ministère des Affaires étrangères. Mais depuis peu, davantage de demandes de visas sont refusées, surtout lorsqu'on soupçonne que l'objectif est de poursuivre directement le voyage pour des vacances dans l'Union européenne.

En effet, la pression de l'opinion publique contre les Russes qui affluent en Finlande s'accroît. Après un débat virulent sur les réseaux sociaux et des commentaires venimeux dans les médias, de plus en plus de politiques s'expriment désormais depuis le début des vacances d'été. Le parlementaire conservateur Jukka Kopra déclare notamment que:

«Il est intolérable que des citoyens ukrainiens, dont des femmes et des enfants, soient tués pendant que des Russes profitent de leurs vacances dans l'UE»

La situation actuelle affaiblit les sanctions contre la Russie. Les hommes et femmes politiques d'une majorité des autres partis s'opposent également à l'industrie du tourisme et souhaitent au moins durcir les règles ou geler complètement les visas touristiques. Certains soulignent qu'il ne faut pas empêcher les dissidents ou les artistes de venir en Finlande.

100 000 visas Schengen ont déjà été délivrés

Le gouvernement semble lui aussi avoir changé d'avis, mais il n'a pas l'intention de faire passer une décision urgente ou même une modification de la loi en pleines vacances d'été. Le ministre social-démocrate Aki Lindé, qui remplace actuellement la chef du gouvernement Sanna Marin, se dit favorable à une approche plus stricte. Mais il faut d'abord clarifier la situation juridique. Le problème réside entre autres dans les quelque 100 000 visas Schengen existants que la Finlande a délivrés à des Russes.

Les visites familiales doivent toujours rester possibles, c'est une opinion largement partagée. Et même davantage, espère Boris Surovtsev de Saint-Pétersbourg. La Finlande est un pays magnifique qu'il visite régulièrement depuis douze ans, a expliqué cet homme de 37 ans aux journalistes.

«Si je ne devais plus pouvoir venir ici, je serais très triste. J'espère que la guerre s'arrêtera bientôt»
Malgré ses promesses, la Russie bombarde encore le sud de l'Ukraine
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
On sait qui a tiré sur Trump
Après que des coups de feu ont été tirés lors d'un meeting de campagne de Donald Trump, le présumé tireur a été abattu. Les premiers détails sur son identité commencent à être dévoilés.

Lors d'un meeting de campagne samedi, un homme a tiré sur l'ancien président américain Donald Trump. Maintenant, les premiers détails sur le tireur présumé commencent à être connus. Trump venait de commencer son discours, à Butler, en Pennsylvanie, lorsque plusieurs coups de feu ont retenti. Le candidat à la présidence s'est baissé, apparemment blessé légèrement à l'oreille. Les autorités ont signalé qu'une autre personne est décédée et que deux autres ont été grièvement blessées.

L’article